L’Internet russe va s’exporter (cas Yandex et Mail.ru)

ceci est un re-post de l'article publié sur 01.net
Les géants du web russe, Yandex et Mail.ru, ont publié des résultats financiers confirmant leur croissance spectaculaire et leurs ambitions à dépasser leur marché d’origine, grâce à de nouveaux produits pour le mobile.
Yandex-MailRu
Les deux portails, l’un basé sur un moteur de recherche et l’autre sur un service de mail, sont largement dominants en Russie, loin devant leurs équivalents américains comme Google ou Yahoo!, mais bénéficient d’une audience confidentielle hors de l’ex-URSS.
Et s’ils continuent d’être surtout dopés par la migration des budgets publicitaires vers les supports numériques, ils cherchent tous les deux à s’internationaliser et à développer de nouveaux produits: jeux pour mobile, films en streaming.

Yandex pourrait développer une offre de streaming

Yandex occupe 62% de part de marchés en Russie pour les recherches sur internet. Il a dégagé l’an dernier un bénéfice net de 13,5 milliards de roubles (275 millions d’euros), en augmentation de 64% par rapport à 2012. Ajusté de certains effets comptables, il ressort en croissance de 38%. Son excédent brut d’exploitation (EBITDA) ajusté a bondi de 32% à 17,4 milliards de roubles (354 millions d’euros), pour un chiffre d’affaires en hausse de 37% à 39,5 milliards de roubles (800 millions d’euros).
Il a annoncé prévoir pour 2014 une hausse de 25% à 30% de son chiffre d’affaires. « Si le marché de la publicité en ligne commence à rencontrer des difficultés, Yandex y résiste bien », ont souligné les analystes de Jefferies. « Nous avons continué de renforcer notre part de marché sur ordinateurs de bureau et sur mobiles », a souligné de son côté le directeur général de Yandex, Arkadi Voloj. « Nous avons mis en oeuvre des changements significatifs dans nos algorithmes, augmenté le nombre d’annonceurs publicitaires sur nos plateformes et élargi notre réseau de partenaires. Nous allons continuer de créer des services qui vont bénéficier à nos utilisateurs », a-t-il ajouté.
Le groupe russe coté à New York vient d’annoncer le lancement de Yandex.Kit, logiciel installé dès la fabrication aux téléphones mobiles fonctionnant sous le système d’exploitation Android de Google. Il regroupe les principales fonctions (recherche, cartes, courrier) développées par Yandex. Il intègre dans le téléphone les ressources en ligne du site (permettant d’identifier un appel entrant même s’il ne figure pas dans les contacts) ou encore une meilleure utilisation de l’alphabet cyrillique, marque de fabrique du groupe.
Yandex a en outre racheté le site consacré au cinéma KinoPoisk, détenu auparavant à 40% par le français AlloCiné, dont il pourrait faire une base pour développer une offre de diffusion de films en streaming.

Mail.ru mise sur les jeux

Pionnier du courrier électronique en Russie, Mail.ru, a lui aussi affiché des résultats financiers en forte progression. Le bénéfice net du groupe s’est élevé en 2013 à 11,5 milliards de roubles (233 millions d’euros), soit 36% de plus qu’un an plus tôt.
Le chiffre d’affaires s’est envolé de 30% à 27,4 milliards de roubles (557 millions d’euros) et l’excédent brut d’exploitation (EBITDA) encore plus fortement, de 30,8% à 15,1 milliards de roubles (300 millions d’euros), grâce à un « contrôle rigoureux des coûts ». Le groupe a notamment vu ses revenus publicitaires augmenter de 24,3% et a dit s’attendre à voir cette croissance se poursuivre. Le directeur général, Dmitri Grichine, a dit prévoir pour 2014 une hausse de 22% à 24% du chiffre d’affaires et que cette croissance « se reflète aussi bien dans la publicité que dans les jeux et les services payants ».
Mail.ru a lancé en novembre My.com, filiale basée aux Etats-Unis spécialisée dans les applications pour téléphones mobiles (courrier, messagerie et jeux). Il met un accent croissant sur les jeux, qui ont connu une croissance de 40,6%, avec son best-seller Jungle Heat qui représente désormais 90% de ses revenus hors de Russie.
Source
Lire également sur notre blog:
Publicités

E! Entertainment Television arrive en Russie et C.E.I.

La semaine dernière nous avons appris que le holding CTC Media préparait le lancement d’une nouvelle chaîne thématique pour les jeunes filles en rentrant en en concurrence directe avec U TV. Et bien, il paraît que cette part de gâteau (les jeunes filles russes) devient de plus en plus convoitée par les médias, car une autre chaîne totalement people de Universal Networks International (UNI) a décidé d’apporter sa chaîne « E! » en Russie et dans les pays la Communauté d’Etats Indépendante (C.E.I.).

E! Entertainment Television

E! Entertainment Television bientôt en langue russe

La chaîne dont la programmation s’articule autour d’actualités divertissantes, de rumeurs, de critiques de musique et ses shows de marque comme « L’incroyable Famille Kardashian », « Fashion Police », ainsi bien qu’une nouvelle émission de télé-réalité inspirée par Instagram et Tumblr #RichKids of Beverly Hills seront disponibles en langue russe dans le deuxième trimestre 2014. 

Créée en en 1987 sous le nom de Movietime, rebaptisée ensuite en 1991, la chaîne E! est aujourd’hui disponible en 26 langues à plus de 180 millions de foyers dans 150 pays du monde entier.

Deuxième multiplex de la TNT est lancé à Moscou

Le passage de la Russie en tout numérique continue avec le deuxième bouquet de TNT qui devient disponible dans la capitale et les région environnantes.

TNT_Russie

Le logo du programme fédéral de passage en tout numérique implémenté par le Réseau Russe de Télévision et de Radiodiffusion (RTRS)

Dans son communiqué, le Réseau Russe de Télévision et de Radiodiffusion (RTRS) annonce que le multiplex RTRS-2, utilisant la technologie DVB-T2, est prêt à offrir aux téléspectateurs un bouquet de neuf chaînes: Ren TV, Spas, CTC, Domashnij, NTV+ Sport Plus, Zvezda, Mir, TNT et Muz TV. Une dixième chaîne (TV3 ou Dozhd) va les rejoindre à l’issue d’un concours le 18 Décembre 2013.

Rappelons, que le premier multiplex de la TNT se compose également de dix chaînes. Quand au troisième – il proposera quatre chaînes municipales (régionales) en définition standard (576i) et une chaîne fédérale en haute définition (1080i).

Source

Lire également sur notre blog: 

Les services en ligne ne menacent pas le cinéma russe (étude)

CinemaVsOnline

Société de recherche « Nevafilm Research » a récemment publié une étude sur les habitudes des spectateurs russes en se basant sur les données recueillies sur Internet et celles obtenues dans les salles de cinéma. Comme il s’est avéré, le public qui va au cinéma ne regarde presque jamais des films sur Internet, et vice versa – ceux qui utilisent les services de cinémas en ligne, ne se déplacent pas fréquemment jusqu’au prochain multiplex.

OuRegardezVousVosFilms_Russ

« En règle générale, les cinémas russes sont incapables d’attirer les « Internautes », et la sortie du film sur le petit écran connecté n’aurait qu’un impact très limité sur ​les entrées au cinéma » – a déclaré l’expert de « Nevafilm Research » Xenia Leontieva. Cela peut signifier que les nouveaux films qui apparaissent sur le réseau simultanément ou peu de temps après leurs premières au cinéma, n’ont pas à se soucier du box-office. Ce qui est prouvé par la pratique, car sur le marché russe une fenêtre entre la sortie du film au cinéma et sa parution sur Internet est beaucoup plus courte par rapport aux pays européens ou bien les Etats-Unis (pour les productions locales cette fenêtre est souvent moins d’un mois).

Cela signifie-t-il que le marché russe de la vidéo en ligne prospère en Russie?

Hélas non. Ce segment du marché est encore peu développé. D’après le Président de « Cinéma sans frontières » Sam Klebanov, le visionnement du film en ligne en Russie est principalement basé sur le modèle gratuit qui ne peut proposer qu’un nombre limité des nouveautés. Ce modèle est particulièrement intéressant pour « …des gens qui sont à la recherche de ce qu’ils peuvent regarder à la télé dans la soirée après le travail ». Cependant, une autre catégorie des gens (ceux qui sont prêts à payer pour de nouveaux films) s’accroît. Ils ne vont pas au cinéma, parce qu’il n’ont pas de temps ou bien ils n’ont pas de cinéma à proximité. (rappelons au lecteur qu’en Russie seuls 40% de la population ont accès au cinéma). Les deux modèles de consommation en ligne peuvent coexister sans que l’un cannibalise l’autre – conclut Klebanov.

DispositifFilmsEn revenant vers le rapport « Nevafilm Research », rappelons qu’aujourd’hui, 64 % de téléspectateurs russes préfèrent de regarder les nouveaux films au cinéma, 24 % – sur les ordinateurs, 10 % – à la télévision et 2 % – sur les appareils mobiles connectés…

Source

Lire également sur notre blog:

Portrait du spectateur russe

Le marché russe du cinéma multiplexe sur le point d’exploser ?

Karo – le premier réseau des salles de cinéma numériques en Russie

Un autre géant russe de l’internet Mail.ru à l’assaut des États-Unis

See on Scoop.itMédias en Russie

Le géant russe de l’internet Mail.ru est arrivé sur le marché américain mardi avec un service de courriels, de messagerie instantanée et des applications de jeux pour appareils mobiles.

mycom_mailru

La société a installé une filiale, My.Com, dans des bureaux situés dans la Silicon Valley, en Californie (ouest). Elle a annoncé le lancement d’applications pour téléphones ou tablettes fonctionnant avec les logiciels Apple ou Android.

«Même si nous possédons des bureaux dans la Silicon Valley la plupart d’entre nous travaillons à Moscou pour le groupe Mail.ru, la plus importante société de langue russe sur internet», précise l’entreprise dans une publication sur un blogue.

«Nous avons une communauté de plus de 100 millions de fans de par le monde qui utilisent nos services chaque mois et cela nous a donné des tonnes d’expérience en matière de communication et de jeux», ajoute la société.

Des applications «myMail» pour les courriels et «myChat» pour les messageries instantanées ont été lancées mardi, qui ont rejoint les logiciels «myGames» pour appareils mobiles. Ces mini programmes font face à de multiples concurrents sur leurs marchés respectifs.

Médias en Russie‘s insight:

Le site My.com indique également qu’une autre application « myCamera » (un éditeur de photos qui vous permet d’appliquer des effets différents à vos clichés) est sur le terrain de lancement. La date reste inconnue.

Le début de l’expansion de Mail.ru Group au-delà Runet date de la fin d’Octobre 2012. Il est aussi à noter qu’une autre société russe Yandex (un des principaux concurrents de Mail.ru) a ouvert son bureau dans la Silicon Valley en 2008.

See on fr.canoe.ca

Les experts prédisent une troisième vague de la revolution du net en Russie

See on Scoop.itMédias en Russie

InternetParRegionRussie

L’Internet russe (Runet) a grandi et est prêt à fusionner avec l’économie réelle, estiment les experts qui se sont réunis à Moscou à l’occasion de la Semaine du net russe (RIW 2013), rapporte ITAR-TASS.

« Une troisième vague du développement de l’Internet s’amorce. La Toile a cessé d’être quelque chose de singulier, c’est notre quotidien, c’est le moyen de résoudre nos problèmes de tous les jours », note Kirill Varlamov, le directeur du Fonds de développement des initiatives Internet. Des communautés d’internautes qui partagent les mêmes intérêts commencent à se former dans le Runet.« C’est une nouvelle fenêtre de possibilités pour les hommes d’affaires », estime-t-il.

« Le net russe a été pendant longtemps un ado autiste qui vivait dans son monde à lui, mais maintenant il a grandi », enchaîne Dmitri Peskov, directeur de la section Jeunes entrepreneurs de l’Agence des initiatives stratégiques.

« Il doit choisir entre trois options : consolidation, fusion ou intégration », et la troisième est la plus probable. D’après Peskov, le marché russe de l’Internet augmentera dans les années à venir grâce à l’intégration dans l’économie réelle, et non par la multiplication de réseaux sociaux. A en juger d’après les résultats d’une étude effectuée par l’Association russe des communications électroniques et l’Ecole supérieure d’économie, étude qui a été présentée le 10 octobre à ITAR-TASS, le marché du contenu et des services de Runet a constitué 563 milliards de roubles en 2012, voire 831,7 milliards à y ajouter les paiements électroniques, à savoir une hausse de 39% par rapport à l’année passée. Les experts prédisent un taux de croissance de 26% pour l’année en cours.

See on french.ruvr.ru

Le marché russe du cinéma multiplexe sur le point d’exploser ?

L’année dernière j’ai mentionné un avenir radieux des cinémas IMAX en Russie (36 cinémas IMAX actuellement; l’ouverture de 23 autres est prévue). Quand au cinéma ‘ordinaire’ il parait que ce marché a un très fort potentiel. Allons voir si c’est vrai.

kinoteatr

D’après Les Echos, le nombre d’écrans en Russie a progressé de 70% entre 2008 et 2012 ce qui est énorme. De plus que l’expansion ne s’y arrête pas, car, selon le directeur de « Kino Expo » Dmitri Kazuto seuls 40% de la population russe ont accès au cinéma. Le développement de l’infrastructure se trouve au stade précoce. Si aujourd’hui la Russie compte près de 3300 salles de cinémas (3228 selon Nevafilm Research) elle aura besoin de tripler ce chiffre pour atteindre le niveau européen, conclut Monsieur Kazuto.

Cependant, même si au premier abord le potentiel du marché paraît très attirant les faits montrent que sa capacité de grandir est assez limitée  (voir les données ci-dessous).

CinemasRussesOuvertureFerme

Mise à part le mécanisme de sélection darwinienne quand les cinémas à une salle avec le matériel obsolète suivis par ceux équipés des projecteurs numériques disparaissent,  il y existe un autre facteur qui freine la croissance : l’expansion des centres commerciaux dotés d’un multiplexe cinématographique. Selon la conjoncture économique l’ouverture de centres pareils n’est pas rentable dans les villes qui comptent moins de 50 000 habitants ; du coup,  les multiplexes n’y vont pas.

C’est pour cela que 60% de la population russe n’ont toujours pas accès au cinéma de proximité et, selon le directeur du « Nevafilm » Oleg Berezin, n’en auront pas dans l’immédiat.  Selon Monsieur Berezin «  …même si les habitants des petites villes (villages) n’ont pas accès au grand écran, ils ont des antennes paraboliques, télévision par câble et Internet … » Autrement dit, l’Internet comblera la niche là où le cinéma multiplexe ne vas pas.  Même si la loi contre le piratage récemment entrée en vigueur a été censée d’augmenter la fréquentation des cinémas elle ne fera qu’augmenter le nombre de consommateurs du contenu légal dans les villes susmentionnées. Personne n’ira en campagne pour ouvrir une salle de cinéma. Selon les calculs de Monsieur Berezin, en deux ans la fréquentation des salles de cinéma n’a pas augmenté contrairement à leur nombre (+30%).

NombreCinemasRusses

On peut en déduire que malgré les chiffres prometteurs et une forte croissance des salles de cinéma le marché russe va bientôt arriver à sa saturation en se heurtant à un mur des écrans de grande diagonale de plus en plus accessibles et de l’Internet haut débit qui continue sa marche triomphante à travers la Russie.

Lire également sur notre blog :

Sputnik.ru – un nouveau moteur de recherche étatique sera lancé en 2014

See on Scoop.itMédias en Russie

Rostelekom_Sputnik

L’opérateur télécom contrôlé par la Russie, Rostelecom, a avancé sur le projet de création d’un nouveau moteur de recherche sur le territoire. Baptisé Sputnik, il sera prochainement disponible pour les utilisateurs du pays, malgré une concurrence déjà bien implantée, Yandex, Google et Mail.ru en tête.

Rostelecom arrive au terme de son projet visant à déployer un nouveau moteur de recherche en Russie. L’opérateur, dont les principales décisions sont dictées par la présidence du pays, prévoit ainsi de lancer sputnik.ru d’ici 3 ou 4 mois. Pour ce faire, il embaucherait actuellement de nouveaux développeurs chargés d’améliorer les fonctionnalités du service.

Selon Vedomosti, le projet est né en 2008, date à laquelle plusieurs élus russes ont reconnu l’impact sur les internautes des contenus publiés en ligne, notamment ceux relatifs à la guerre en Géorgie. Plus tard, en 2010, le ministère des communications relançait le projet avec une enveloppe estimée à 20 millions de dollars, explique le site.

Concernant l’éventuel filtrage des données consultables par ce biais, un porte-parole du gouvernement a tenu à assurer qu’aucune censure ne sera à l’œuvre. Toutefois, certaines publications considérées comme étant répréhensibles seront bloquées, comme celles pouvant contenir des « contenus hostiles ».

Cependant, la tâche de Sputnik (du nom du premier satellite artificiel lancé dans l’Espace par l’Homme) sera ardue au regard de la concurrence sévissant sur le marché russe. Ainsi, Yandex détiendrait déjà environ 60% du marché local, devant Google et Mail.ru. D’ailleurs, les observateurs annoncent déjà qu’il sera compliqué d’attaquer Yandex et Google frontalement sur leur propre terrain, d’autant que Rostelecom n’a jusqu’à présent aucune expérience dans ce type de projet.

Médias en Russie‘s insight:

En vérité le projet était déjà en développement depuis quelques années. C’est la société russe « KM Media » qui s’en occupait et qui a été rachetée par Rostelecom l’année dernière.

Quand à l’utilité de ce nouveau moteur de recherche … Soit! Mais je ne comprends pas pourquoi l’État russe tout puissant veut créer un moteur de recherche à lui seul au lieu d’aider Yandex qui avec un support pareil aurait pu concurrencer Google à l’échelle mondiale ? N’est-ce un témoignage de la méfiance que l’État éprouve envers son secteur privé voire ses propres citoyens ?

See on www.clubic.com

Lire également sur notre blog:

Sotal-Cloud : une nouvelle plateforme de distribution de contenu à l’horizon

L'office de SOTAL Interactive

L’office de SOTAL Interactive

L’entreprise russe Sotal-Cloud et le fonds de capital-risque Pelanga ont levé 31 millions de roubles (+/- 718 000 EUR) pour assurer le développement de la plate-forme universelle de distribution vidéo pour les opérateurs télécoms et les fournisseurs de contenu.

Ce financement a été réalisé par le Fonds de stimulation RBK(*) et la compagnie Sotal-Interactive.

La nouvelle plate-forme sera conçue pour fournir aux propriétaires et producteurs de contenu vidéo l’accès direct au spectateur, prenant en charge les problèmes liés au partage de vidéos en ligne :  chargement, encodage, stockage, protection, gestion de contenu, sa monétization et la distribution à tous les écrans disponibles : fixes ou mobiles.

L’accès à la plate-forme sera fourni selon le modèle populaire PaaS (Platforme as a Service) qui permettra aux propriétaires et aux exploitants d’augmenter le volume de services disponibles au fur et à mesure que l’entreprise grandit.

Sotal-Cloud se donne un an et demi pour réaliser le développement de cette plateforme ‘nuageuse’ après quoi la compagnie compte d’attirer davantage d’investissements étrangers pour assurer la sortie sur le marché mondial.

(*) RBK – un fonds de fonds de l’Etat avec un capital social de plus de 30 milliards de roubles.

Source

Lire également sur notre blog :

Karo – le premier réseau des salles de cinéma numériques en Russie

KaroFilm

A partir du 1 Juin 2013 Karo Film est «  – le premier réseaux des salles de cinéma entièrement équipées de projecteurs numériques » – a annoncé le PDG de Karo Film Management Alexei Chirikhin.

500px-Bundesstraße_68_number.svg

68% des salles de cinéma russes sont passées en tout numérique

Selon les données de « Nevafilm Research » l’équipement numérique a été installé dans 68% des salles de cinéma en Russie. Parmi les leaders sont les réseaux suivants : « Cinema Park » – 206 chambres (76% du nombre total de salles) et « Formula Kino » – 155 (67%). Quand à « Karo Film », désormais il occupe la première place dans la liste des cinémas qui sont passés en tout numérique : 180 de ses salles de cinéma sont équipées des installations ad-hoc.

Et en France?

A titre d’exemple, 5 177 écrans cinématographiques en France ont été équipés pour la projection numérique (données CNC, mars 2013), soit 93,6 % de l’ensemble des écrans actifs sur le territoire national.