L’Internet russe va s’exporter (cas Yandex et Mail.ru)

ceci est un re-post de l'article publié sur 01.net
Les géants du web russe, Yandex et Mail.ru, ont publié des résultats financiers confirmant leur croissance spectaculaire et leurs ambitions à dépasser leur marché d’origine, grâce à de nouveaux produits pour le mobile.
Yandex-MailRu
Les deux portails, l’un basé sur un moteur de recherche et l’autre sur un service de mail, sont largement dominants en Russie, loin devant leurs équivalents américains comme Google ou Yahoo!, mais bénéficient d’une audience confidentielle hors de l’ex-URSS.
Et s’ils continuent d’être surtout dopés par la migration des budgets publicitaires vers les supports numériques, ils cherchent tous les deux à s’internationaliser et à développer de nouveaux produits: jeux pour mobile, films en streaming.

Yandex pourrait développer une offre de streaming

Yandex occupe 62% de part de marchés en Russie pour les recherches sur internet. Il a dégagé l’an dernier un bénéfice net de 13,5 milliards de roubles (275 millions d’euros), en augmentation de 64% par rapport à 2012. Ajusté de certains effets comptables, il ressort en croissance de 38%. Son excédent brut d’exploitation (EBITDA) ajusté a bondi de 32% à 17,4 milliards de roubles (354 millions d’euros), pour un chiffre d’affaires en hausse de 37% à 39,5 milliards de roubles (800 millions d’euros).
Il a annoncé prévoir pour 2014 une hausse de 25% à 30% de son chiffre d’affaires. « Si le marché de la publicité en ligne commence à rencontrer des difficultés, Yandex y résiste bien », ont souligné les analystes de Jefferies. « Nous avons continué de renforcer notre part de marché sur ordinateurs de bureau et sur mobiles », a souligné de son côté le directeur général de Yandex, Arkadi Voloj. « Nous avons mis en oeuvre des changements significatifs dans nos algorithmes, augmenté le nombre d’annonceurs publicitaires sur nos plateformes et élargi notre réseau de partenaires. Nous allons continuer de créer des services qui vont bénéficier à nos utilisateurs », a-t-il ajouté.
Le groupe russe coté à New York vient d’annoncer le lancement de Yandex.Kit, logiciel installé dès la fabrication aux téléphones mobiles fonctionnant sous le système d’exploitation Android de Google. Il regroupe les principales fonctions (recherche, cartes, courrier) développées par Yandex. Il intègre dans le téléphone les ressources en ligne du site (permettant d’identifier un appel entrant même s’il ne figure pas dans les contacts) ou encore une meilleure utilisation de l’alphabet cyrillique, marque de fabrique du groupe.
Yandex a en outre racheté le site consacré au cinéma KinoPoisk, détenu auparavant à 40% par le français AlloCiné, dont il pourrait faire une base pour développer une offre de diffusion de films en streaming.

Mail.ru mise sur les jeux

Pionnier du courrier électronique en Russie, Mail.ru, a lui aussi affiché des résultats financiers en forte progression. Le bénéfice net du groupe s’est élevé en 2013 à 11,5 milliards de roubles (233 millions d’euros), soit 36% de plus qu’un an plus tôt.
Le chiffre d’affaires s’est envolé de 30% à 27,4 milliards de roubles (557 millions d’euros) et l’excédent brut d’exploitation (EBITDA) encore plus fortement, de 30,8% à 15,1 milliards de roubles (300 millions d’euros), grâce à un « contrôle rigoureux des coûts ». Le groupe a notamment vu ses revenus publicitaires augmenter de 24,3% et a dit s’attendre à voir cette croissance se poursuivre. Le directeur général, Dmitri Grichine, a dit prévoir pour 2014 une hausse de 22% à 24% du chiffre d’affaires et que cette croissance « se reflète aussi bien dans la publicité que dans les jeux et les services payants ».
Mail.ru a lancé en novembre My.com, filiale basée aux Etats-Unis spécialisée dans les applications pour téléphones mobiles (courrier, messagerie et jeux). Il met un accent croissant sur les jeux, qui ont connu une croissance de 40,6%, avec son best-seller Jungle Heat qui représente désormais 90% de ses revenus hors de Russie.
Source
Lire également sur notre blog:

Un allié du Kremlin fait main basse sur le « Facebook russe »

See on Scoop.itMédias en Russie

Le groupe Internet russe Mail.ru a annoncé, mardi 18 mars, l’acquisition de 12 % du capital du premier réseau social russe VKontakte (VK), ce qui lui permet de devenir l’actionnaire majoritaire du « Facebook russe », agité par un conflit entre ses propriétaires.

MailRu_VkontakteLe portail contrôlé par le milliardaire Alicher Ousmanov possède désormais 52 % du capital de VK après avoir racheté Bullion Development, société qui détenait cette participation pour un montant non précisé. Bullion était jusqu’à présent détenue par Ivan Tavrine, directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile MegaFon, lui-même contrôlé par M. Ousmanov.

Conflit interne

Alicher Ousmanov, originaire d’Ouzbékistan et allié du Kremlin, est l’un des deux hommes qui monopolisent la propriété des médias en Russie, et de plus en plus celle des réseaux sociaux, depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000. Cette opération doit permettre au Kremlin d’étendre son emprise sur les médias.

Alicher Ousmanov, dont la fortune est estimée à 18,6 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros) par le magazine américain Forbes, possède également le quotidien Kommersant et des investissements dans les télécoms et la production de minerai de fer et de d’acier.

Cette acquisition formalise le contrôle du milliardaire sur VK au moment où le réseau se trouve agité par un conflit entre son jeune patron Pavel Dourov, soutenu par Mail.ru, et le fonds d’investissement United Capital Partners (UCP), à la tête de 48 % du capital.

UCP accuse M. Dourov d’avoir utilisé les ressources de VK pour créer l’an dernier l’application de messagerie instantanée Telegram, indépendante du réseau social, qui a remporté un vif succès. A la fin de février, il a menacé de s’en remettre aux tribunaux pour résoudre le conflit.

See on www.lemonde.fr

Mail.ru goûte à la VoD en lançant son service de vidéo à la demande

En Décembre 2013, Afisha.Mail.ru a lancé sa propre plate-forme fournissant un accès à un contenu audio et vidéo (AVOD). Dans le cadre du projet, plusieurs centaines de séries russes et étrangers ont été mises à disposition des utilisateurs de RuNet. Le contenu et les services sont disponibles gratuitement à condition que l’utilisateur regarde un court spot publicitaire lors du démarrage d’une vidéo.

L'agrégateur de contenu en ligne Afisha.mail.ru fomente une stratégie pour devenir un service VOD à part entière

L’agrégateur de contenu en ligne Afisha.mail.ru fomente une stratégie pour devenir un service VOD à part entière

« Il est encore tôt pour dire quand et comment le contenu payant sera disponible sur notre site web », a déclaré Chargée des relations publiques du Groupe Elena Melnikova. Cependant, elle a souligné que le contenu payant deviendrait prochainement une offre supplémentaire à l’offre existante sur http://afisha.mail.ru.

Cette intention montre une fois de plus que le vecteur VOD, très attirant pour les investisseurs, est devenu un des plus importants champs de bataille du RuNet (Internet russe).  Les salles de cinéma en ligne et les agrégateurs de contenu comme Yandex (qui a récemment acquis la base de données consacrée au cinéma et séries télé Kinopoisk.ru) ou bien Mail.ru (qui depuis l’année dernière coopère avec les géants de la VoD russe Tvigle.ru, Megogo, Ivi.ru, Zoomby.ru et Now.ru) tous se battent pour les audiences.

Lire également sur notre blog:

Un autre géant russe de l’internet Mail.ru à l’assaut des États-Unis

See on Scoop.itMédias en Russie

Le géant russe de l’internet Mail.ru est arrivé sur le marché américain mardi avec un service de courriels, de messagerie instantanée et des applications de jeux pour appareils mobiles.

mycom_mailru

La société a installé une filiale, My.Com, dans des bureaux situés dans la Silicon Valley, en Californie (ouest). Elle a annoncé le lancement d’applications pour téléphones ou tablettes fonctionnant avec les logiciels Apple ou Android.

«Même si nous possédons des bureaux dans la Silicon Valley la plupart d’entre nous travaillons à Moscou pour le groupe Mail.ru, la plus importante société de langue russe sur internet», précise l’entreprise dans une publication sur un blogue.

«Nous avons une communauté de plus de 100 millions de fans de par le monde qui utilisent nos services chaque mois et cela nous a donné des tonnes d’expérience en matière de communication et de jeux», ajoute la société.

Des applications «myMail» pour les courriels et «myChat» pour les messageries instantanées ont été lancées mardi, qui ont rejoint les logiciels «myGames» pour appareils mobiles. Ces mini programmes font face à de multiples concurrents sur leurs marchés respectifs.

Médias en Russie‘s insight:

Le site My.com indique également qu’une autre application « myCamera » (un éditeur de photos qui vous permet d’appliquer des effets différents à vos clichés) est sur le terrain de lancement. La date reste inconnue.

Le début de l’expansion de Mail.ru Group au-delà Runet date de la fin d’Octobre 2012. Il est aussi à noter qu’une autre société russe Yandex (un des principaux concurrents de Mail.ru) a ouvert son bureau dans la Silicon Valley en 2008.

See on fr.canoe.ca

Les experts prédisent une troisième vague de la revolution du net en Russie

See on Scoop.itMédias en Russie

InternetParRegionRussie

L’Internet russe (Runet) a grandi et est prêt à fusionner avec l’économie réelle, estiment les experts qui se sont réunis à Moscou à l’occasion de la Semaine du net russe (RIW 2013), rapporte ITAR-TASS.

« Une troisième vague du développement de l’Internet s’amorce. La Toile a cessé d’être quelque chose de singulier, c’est notre quotidien, c’est le moyen de résoudre nos problèmes de tous les jours », note Kirill Varlamov, le directeur du Fonds de développement des initiatives Internet. Des communautés d’internautes qui partagent les mêmes intérêts commencent à se former dans le Runet.« C’est une nouvelle fenêtre de possibilités pour les hommes d’affaires », estime-t-il.

« Le net russe a été pendant longtemps un ado autiste qui vivait dans son monde à lui, mais maintenant il a grandi », enchaîne Dmitri Peskov, directeur de la section Jeunes entrepreneurs de l’Agence des initiatives stratégiques.

« Il doit choisir entre trois options : consolidation, fusion ou intégration », et la troisième est la plus probable. D’après Peskov, le marché russe de l’Internet augmentera dans les années à venir grâce à l’intégration dans l’économie réelle, et non par la multiplication de réseaux sociaux. A en juger d’après les résultats d’une étude effectuée par l’Association russe des communications électroniques et l’Ecole supérieure d’économie, étude qui a été présentée le 10 octobre à ITAR-TASS, le marché du contenu et des services de Runet a constitué 563 milliards de roubles en 2012, voire 831,7 milliards à y ajouter les paiements électroniques, à savoir une hausse de 39% par rapport à l’année passée. Les experts prédisent un taux de croissance de 26% pour l’année en cours.

See on french.ruvr.ru

Yandex acquiert Allo Ciné russe

See on Scoop.itMédias en Russie

Kinopoisk

Le groupe internet russe Yandex a annoncé mardi l’acquisition du site Kinopoisk.ru, base de données consacrée au cinéma et séries télés détenue à 40% par le français Allociné.

Le propriétaire du premier moteur de recherches russe n’a pas dévoilé le montant de la transaction, mais la presse a évoqué récemment des valorisations dépassant les 50 millions de dollars, soit dix fois plus qu’en 2009, quand Allociné avait investi dans le site.

Détenu à 40% par le site français et à 60% par ses fondateurs, Kinopoisk est « le site le plus important et le plus complet en russe consacré aux films, programmes de télévision et célébrités », a souligné Yandex.

Avec 18,6 millions de visiteurs par mois, il se place à la 16e place des sites russes.

Yandex compte développer la vaste base de données de Kinopoisk à l’aide de ses technologies de recherche pour en faire « un large système de recommandation de films conçu pour prendre en compte les préférences et intérêts des utilisateurs ». Kinopoisk conservera son nom de domaine.

Le groupe russe coté à New York souligne aussi que cette acquisition cadre avec sa stratégie de renforcer ses relations avec les détenteurs de droits d’auteur (musique et films).

Médias en Russie‘s insight:

Très très sage de la part de Yandex qui se prépare à la bataille avec Sputnik.ru sur l’ensemble du territoire russe et C.E.I.

See on www.fusacq.com

Sputnik.ru – un nouveau moteur de recherche étatique sera lancé en 2014

See on Scoop.itMédias en Russie

Rostelekom_Sputnik

L’opérateur télécom contrôlé par la Russie, Rostelecom, a avancé sur le projet de création d’un nouveau moteur de recherche sur le territoire. Baptisé Sputnik, il sera prochainement disponible pour les utilisateurs du pays, malgré une concurrence déjà bien implantée, Yandex, Google et Mail.ru en tête.

Rostelecom arrive au terme de son projet visant à déployer un nouveau moteur de recherche en Russie. L’opérateur, dont les principales décisions sont dictées par la présidence du pays, prévoit ainsi de lancer sputnik.ru d’ici 3 ou 4 mois. Pour ce faire, il embaucherait actuellement de nouveaux développeurs chargés d’améliorer les fonctionnalités du service.

Selon Vedomosti, le projet est né en 2008, date à laquelle plusieurs élus russes ont reconnu l’impact sur les internautes des contenus publiés en ligne, notamment ceux relatifs à la guerre en Géorgie. Plus tard, en 2010, le ministère des communications relançait le projet avec une enveloppe estimée à 20 millions de dollars, explique le site.

Concernant l’éventuel filtrage des données consultables par ce biais, un porte-parole du gouvernement a tenu à assurer qu’aucune censure ne sera à l’œuvre. Toutefois, certaines publications considérées comme étant répréhensibles seront bloquées, comme celles pouvant contenir des « contenus hostiles ».

Cependant, la tâche de Sputnik (du nom du premier satellite artificiel lancé dans l’Espace par l’Homme) sera ardue au regard de la concurrence sévissant sur le marché russe. Ainsi, Yandex détiendrait déjà environ 60% du marché local, devant Google et Mail.ru. D’ailleurs, les observateurs annoncent déjà qu’il sera compliqué d’attaquer Yandex et Google frontalement sur leur propre terrain, d’autant que Rostelecom n’a jusqu’à présent aucune expérience dans ce type de projet.

Médias en Russie‘s insight:

En vérité le projet était déjà en développement depuis quelques années. C’est la société russe « KM Media » qui s’en occupait et qui a été rachetée par Rostelecom l’année dernière.

Quand à l’utilité de ce nouveau moteur de recherche … Soit! Mais je ne comprends pas pourquoi l’État russe tout puissant veut créer un moteur de recherche à lui seul au lieu d’aider Yandex qui avec un support pareil aurait pu concurrencer Google à l’échelle mondiale ? N’est-ce un témoignage de la méfiance que l’État éprouve envers son secteur privé voire ses propres citoyens ?

See on www.clubic.com

Lire également sur notre blog:

Un pas en avant pour le marché de la vidéo en ligne en Russie

Bonjour mes chers lecteurs ! Le blog @mediasrusses est de retour après de longues vacances suivies des semaines de travail acharné 🙂 qui ne me laissait pas de temps pour vous informer du développement du marché audiovisuel russes. Et des nouvelles, il y en a.

russian_online_cinemas

Depuis que nous nous sommes quittés la loi ‘bancale’ contre le piratage sur Internet a été approuvé par le Président russe et elle est entrée en vigueur le 1 août, comme c’était prévu. Les mécontents ont été demandés de se taire (comme c’est souvent le cas en Russie) mais, de l’autre côté, les autorités n’ont pas commencé à appliquer la nouvelle loi pour tous les opérateurs en les donnant une période « de grâce » afin que chacun puisse s’adapter et il parait que cette décision a marché.

Concrètement, le plus grand réseau social VKontakte est en train de revoir ses relations avec les ayant droits en ce qui concerne la distribution de leur contenu en ligne. Ainsi,  la VGTRK (une compagnie pan-russe d’État de télévision et de radiodiffusion) a signé l’accord avec VKontakte selon lequel le réseau social aura droit de visionner le contenu du holding en plaçant la publicité au début de chaque émission. Les revenus de cette activité seront partagés moitié-moitié.  La VGTRK est allée encore plus loin en mandatant la société IMHO Vi (« Video International ») de développer un partenariat stratégique avec tous les réseaux sociaux et les plateformes de la téléphonie mobile pour la vente d’espaces publicitaires de ses vidéos.   Aujourd’hui près de 400 000 publicités de VGTRK sont visualisées chaque jour sur Internet et réseaux sociaux. Le holding a également ouvert ses chaînes officielles sur YouTube.

Mais l’initiative vient aussi de la part des distributeurs. Fin septembre, les cinémas en ligne russes ont décidé de former une association dont la fonction principale serait d’interagir avec les ayant droits (pour faciliter l’obtention de droits de contenu peu après la sortie) et des services de recherche (pour la promotion de sites avec un contenu légal). Les services tels que Amediateka.ru, 1tv.ru, Ivi.ru, Megogo.net, Molodejj.tv, Now.ru, Stream.ru, Tvigle.ru, Tvzavr.ru, Viaplay.ru et Zoomby.ru qui occupent un total de 10% du marché de la vidéo légale ont été parmi les premiers adhérents.

Donc, l’entrée en vigueur de la loi a été  un signal politique et psychologique important sur le changement du vecteur dans le développement du marché de la vidéo en ligne en Russie. Cependant, je suis persuadé que même si le mécanisme d’autorégulation du business a été lancé, la loi sera corrigée prochainement.

A suivre…

****

Selon ComScore (données août 2013) l’audience de téléspectateurs uniques de vidéo en ligne en Russie est de 60 millions (le marché est estimé à 45 millions de dollars) et grandit chaque jour. Selon les prévisions ce chiffre devrait atteindre 100 millions d’abonnés. 

Lire également sur notre blog:

Le réseau social russe VKontakte négocie avec les maisons de disque

See on Scoop.itMédias en Russie

music_vkontakte

Le premier réseau social en Russie, VKontakte, souvent accusé de permettre le piratage, négocie avec les principales maisons de disque pour que ses utilisateurs puissent écouter légalement de la musique en ligne.

Révélées vendredi par le quotidien Vedomosti, ces discussions avec Sony Music, Warner Music et Universal Music ont été confirmées à l’AFP par le « Facebook russe », qui revendique 210 millions d’utilisateurs enregistrés.

Leur objectif est de trouver un accord avec les maisons de disque « sans préjudice pour les internautes russes », a expliqué au journal le fondateur de VKontakte Pavel Dourov.

Jusqu’à récemment, le réseau social permettait à ses utilisateurs de mettre en ligne musique et films, disponibles aux autres membres. Mais le groupe se trouve sous la pression accrue des autorités russes, qui tentent de muscler la lutte contre le piratage notamment à la suite de l’entrée de la Russie dans l’Organisation mondiale du commerce.

Le Parlement russe a adopté fin juin une loi autorisant la justice à bloquer tout site qui diffuse un film piraté sur simple demande du détenteur des droits d’auteur.

Médias en Russie‘s insight:

Une décision opportune de Pavel Dourov qui est censée de sauver le géant du ruNet. Quand à la loi contre le piratage elle vient d’être approuvée par le Président russe Vladimir Poutine et entrera en vigueur le 1 août 2013. Une décision discutable (voir notre article : http://wp.me/p29tnH-tB), qui a  certainement été prise à la hâte ce qui pourrait semer le chaos dans l’Internet russe.

See on www.lesechos.fr

Lire également sur notre blog : 

La Russie attaque les pirates de l’Internet avec du napalm

 « Si par malheur le cordonnier commence à faire les tartes et le boulanger se lance dans la fabrication des chaussures  il n’y aura que des problèmes; c’est sûr. »

(I.A. Krylov,  « Le brochet et le Chat », 1813 )

russianpirates

La Russie a renforcé la lutte contre le piratage sur Internet en vue de son entrée à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2012, mais des dizaines de sites russes proposent toujours de télécharger gratuitement des films ou de les regarder en ligne. Parmi eux se trouve le plus grand réseau social russe VKontakte dont le succès doit beaucoup aux vidéos et la musique que ses utilisateurs exposaient sur leurs profiles en les rendant disponibles à toute personne ayant un compte sur VKontakte (inutile de dire que 90% de ce contenu était piraté).

Cette situation ne pouvait durer éternellement et le premier coût de tonnerre s’est retenti vendredi dernier quand les députés russes ont adopté une loi visant à lutter contre le piratage de films sur Internet. Cette loi va « mettre fin à la diffusion du contenu piraté sur le net », a affirmé un vice-président de la Douma (chambre basse) et député du parti au pouvoir Russie Unie, Sergueï Jelezniak. Pourtant malgré de bonnes intentions des représentants du peuple le projet a provoqué de vives critiques des géants du net qui y ont vu une menace pour le développement de leur industrie en Russie. En voici quelques unes de ces réactions :

googleicon« Cette loi menace toute l’industrie du net en Russie », a déclaré l’antenne russe de Google dans un communiqué envoyé à l’AFP.

yandex« C’est une mesure inadéquate et inacceptable (…) susceptible de freiner considérablement le développement de l’Internet en Russie », a dénoncé pour sa part le plus grand moteur de recherche russe, Yandex.

Pourquoi autant de critiques ?

Formulation floue, méthodes inefficaces.

Selon le texte de la loi, tout site diffusant des films piratés ou donnant les informations nécessaires pour pouvoir les télécharger peut être désormais bloqué par le tribunal municipal de Moscou sur demande du détenteur des droits d’auteur, y compris par une demande envoyée via Internet, sans attendre que l’ayant droit porte officiellement plainte. Le détenteur des droits d’auteur aura ensuite 15 jours pour enregistrer officiellement sa plainte auprès du tribunal. Si le plaignant ne le fait pas, le tribunal de Moscou doit ordonner le déblocage du site à l’expiration de ce délai.

Personne n’y parle comment les sites d’hébergement doivent veiller sur l’application de la loi : est-ce que les détenteurs des droits doivent soumettre le lien direct sur le contenu illégal ou bien l’opérateur doit le prendre à sa charge (une procédure très coûteuse et peu efficace).

« Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. »

Selon le document, la lutte contre le piratage sera réalisée par les blocages des adresses IP des ressources qui hébergent du contenu illégal. Une pratique discutable car aucun opérateur ne peut se permettre de donner autant d’adresses IP dédiées à leurs clients. Des milliers de ressources utilisent les adresses partagées et la majorité des utilisateurs d’Internet ont des adresses IP dynamiques. Avec la nouvelle loi l’épée de Damoclès punira tous : coupables et non-coupables qui, par malchance, auront les mêmes adresse IP.

BlockIP

D’ailleurs, la logique saine aurait préférée la voie d’interdiction d’accès au contenu spécifique et non pas pour l’ensemble du site.

Bref, on voit bien que les auteurs de la loi ont élaboré le texte sans avoir demandé l’avis des représentants de l’industrie, ni tenu compte de la législation qui existe déjà dans d’autres pays (voir le Digital Millennium Copyright Act (DMCA)). Pire !  A l’origine, la loi devait concerner également les œuvres littéraires et musicales mais sa version définitive votée vendredi ne concerne que les films et les vidéos.

Cependant, les acteurs majeurs du RuNet (Internet russe) ont déjà commencé à paniquer. Tel le réseau social VKontakte que nous avons évoqué au début de cet article.  imagesLe fameux réseau qui compte 210 million d’utilisateurs enregistrés et près de 50 million de visiteurs uniques quotidiens a organisé le nettoyage général  en bloquant les compositions musicales ‘suspectes’ dans les comptes des utilisateurs ce qui a engendré une vague de protestations. Le ‘hashtag’ #вернитемузыкувVK (rendez-moi la musique dans VKontakte) est devenu vite une tendance principale dans le Twitter russe. Des mesures pareilles à l’égard de la vidéo vont inévitablement entraîner la migration des utilisateurs vers d’autres plateformes en fragilisant VKontakte qui ne bénéficiera plus de son titre de l’hébergeur principal du contenu audiovisuel de RuNet. Un scénario pareil offrira un avantage majeur aux ressources étrangers dont Facebook qui jusqu’à maintenant avait du mal à s’installer dans l’ensemble des pays de la C.E.I. (Communauté des Etats Indépendants).

Certes, il est encore trop tôt pour paniquer car la loi doit  être approuvée par le Conseil de Fédération (chambre haute du parlement) et promulguée par le président Vladimir Poutine. Mais si rien ne se passe (et il doit se passer quelque chose !) la nouvelle loi entrera en vigueur le 1er août 2013. Tout de même, selon mes perceptions et au vu des vacances parlementaires la discussion sera remise et le texte de la loi sera réexaminé et complété quelques mois plus tard.  

Lire également sur notre blog :