Les voyages interplanétaires en Russie soviétique

La nuit du 12 avril 1961 au cours de laquelle Youri Gagarine devenait le premier homme à accomplir un vol dans l’espace est rentrée dans l’histoire de l’humanité. Depuis, la Journée mondiale de l’astronautique est célébrée un peu partout dans le monde ; Cependant, il faut admettre que c’est bien avant cette datte que l’homme a commencé une exploration de l’espace à travers des livres et des films. Le Voyage dans la Lune (1902) de Georges Méliès en est un bon exemple. Quand aux vols interplanétaires c’est bien le réalisateur russe Iakov Protazanov qui, il y a 90 ans, a tourné un film de science fiction d’après un roman d’Alexei Tolstoï.

Aelita

Affiche du film en 1927, par Izrail Bograd

Aelita (1924) était le premier film à gros budget fait en Russie soviétique.  En dehors du kitsch martien à la sauce bolchevique (le film a servi la propagande bolchevique pour faire la comparaison entre la Russie de 1921 et Mars qui est devenue une planète capitaliste), l’oeuvre de Iakov Protazanov a une véritable importance historique. D’un côté, le film documente de manière très réaliste l’ambiance qui régnait à Moscou (où de nombreuses scènes se déroulent) durant la Nouvelle Politique Économique post révolutionnaire. D’autre part Il s’agit de l’unique superproduction du cinéma soviétique : une distraction populaire, politiquement correcte, mais capable de concurrencer l’envahissement du cinéma hollywoodien. D’ailleurs, les décors incroyables et avant-gardistes réalisés par Alexandra Exter et son protégé Isaak Rabinovich seraient bientôt repris par Fritz Lang dans Métropolis.

Synopsys

aelita (1)L’histoire s’inspire d’Pendant les difficiles années du communisme de guerre, l’ingénieur Los construit un appareil destiné à voler vers la planète Mars. Ce qui le stimule dans l’accomplissement de cette invention, ce n’est pas tant le rêve de découvrir des mondes inconnus que les innombrables difficultés quotidiennes qu’il rencontre sur la Terre. Loss veut quitter cette Terre maudite, ou l’on a faim et froid , ou le voisin de palier fait une cour assidue à sa femme.  Après une querelle conjugale,  Loss dans un  accès de jalousie tire sur sa femme et s’enfuit de la maison, décidant de s’envoler immédiatement sur Mars…

Si vous êtes intéressé je vous recommande de lire un très bon article de Franck Lubet sur le film Aelita. Vous pouvez même regardez le film complet avec les sous-titres anglais sur YouTube. Sinon, je sais que la compagnie RUSCICO a fait une belle édition DVD avec des sous-titres français qui est disponible ici au prix de 12 euro.

PS: C’est juste intéressant de remarquer que la planète Mars sera plus proche de nous que jamais ce lundi 14 avril. 🙂 Vous pouvez l’observer à l’œil nu et si le temps le permet, peut être, seriez-vous capable de distinguer les descendants de l’ingénieur Loss 😉 

D’autres articles sur notre blog: 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Les voyages interplanétaires en Russie soviétique »

  1. L’AEROSPATIAL, un aéro-astronef spacieux pour des vols interplanétaires habités à vitesse hypersonique ( Mach 12 et plus).

    Communiqué 2 (modifié le 13 mai 2014)

    Didier Delmotte, Président fondateur de la compagnie AIR LITTORAL déclare :

    Le brevet DELPLANE est un « fuselage volant » dont l’une des nombreuses applications est d’être un aéro-astronef, c’est-à-dire un aéronef à la fois aéronautique et astronautique. Cet aéro-astronef nommé AEROSPATIAL est ainsi développé :

    Une surface alaire rectangulaire de plus de 1.000 m² en forme de profil d’aile d’avion et une pluralité de quatre à huit turboréacteurs sont agencées pour permettre à l’AEROSPATIAL d’atteindre à vitesse ascensionnelle élevée, c’est-à-dire en peu de temps, une altitude préliminaire de 35 à 50 km.

    Un (ou plusieurs) moteur-fusée triple corps est agencé sur l’extrados et à l’intrados de l’aéro-astronef : un corps accélérateur à l’arrière (1), un corps pour la décélération à l’avant (2) et un corps consistant en un réservoir de propergol gélifié par MBDA et non polluant au centre (3) du moteur-fusée. Il est d’ailleurs aisé d’installer, si besoin est, plusieurs moteurs-fusées de ce type, vu la surface disponible sur l’extrados comme à l’intrados de l’aéro-astronef en question. Ces moteurs-fusées sont rechargeables en vol, car escamotables de la même façon que le sont les atterrisseurs (tous ces procédés sont brevetés).

    Chaque moteur-fusée est agencé pour propulser progressivement l’AEROSPATIAL de l’altitude préliminaire aux altitudes et vitesses requises qui permettront soit un vol hypersonique longue distance, soit un vol suborbital, soit une mise en orbite, soit l’installation d’un nano-satellite ou soit un voyage interplanétaire.

    Pour le retour sur Terre, des rétrofusées d’un modèle connu sont agencées pour donner une incidence d’autofreinage à l’aéro-astronef ou bien la décélération est obtenue par combustion de propergol gélifié MBDA comme indiqué ci-dessus ou par tout autre moyen approprié connu, afin que l’AEROSPATIAL obtienne une vitesse et un positionnement compatibles avec un vol normal lors d’un retour en atmosphère terrestre en vue d’une approche et d’un atterrissage classiques au moyen des turboréacteurs (9).

    A noter que l’aéro-astronef n’est polluant et bruyant que lors des phases de décollage et de montée rapide ainsi que lors des phases d’approche et d’atterrissage, c’est-à-dire peu de temps.

    Il est précisé que le financement du projet est assuré par la Fondation Indépendante du Développement Durable Didier Delmotte (FIDD Foundation) qui recherche des partenaires industriels «avionneur» qui disposeront d’une concession industrielle exclusive gratuite (licence) pour une Région, un Pays ou un Etat déterminé ainsi qu’une assistance technique appropriée.

    Documentation technico-commerciale préliminaire illustrée (en français) sur demande.

    Contacts: didier.delmotte2@orange.fr 0033139977159 and 0033675575142

    The AEROSPATIAL, one, a roomy aéro-spacecraft for interplanetary flights inhabited at hypersonic speed (Mach 12 and more).

    Modified official statement 2 (May 13, 2014)

    Didier Delmotte, President Founder of the company AIR LITTORAL declares:

    DELPLANE patent is a “fuselage flying” of which one of the many applications is to be a aero-spacecraft, i.e. that it is at the same time an aeronautical and astronautic aircraft. This named aero-spacecraft ”AEROSPATIAL” is thus developed :

    A rectangular wing surface of more than 1.000 m² in the form of profile of wing of plane and a plurality from four to eight turbojets are arranged to make it possible AEROSPATIAL to reach at high climbing speed, i.e. in little time, a preliminary altitude from 35 to 50 km.

    One (or several) rocket engine triples body is arranged on the suction face and with the under-surface of the aero-spacecraft : an accelerating body with the back (1), a body for deceleration with before (2) and a consistent body in a propellant tank gelled by MBDA and not polluting, arranged in the center (3) of the rocket engine. It is easy besides to install if need be, several rocket engines of this type, considering the importance of surface available on the suction face as to the under-surface of the AEROSPATIAL aero-spacecraft. These rocket engines are refillable in flight, because retractable in the same way that are to it the undercarriages (all these processes are patented).

    Each rocket engine is arranged to propel gradually l’AEROSPATIAL preliminary altitude at the necessary altitudes and speeds which will allow either a hypersonic flight long distance, or a suborbital flight, or a placing in orbit, or the installation of a nano-satellite or is a space flight.

    For the return on Earth, of the retrorockets are arranged to give an incidence of self-braking or deceleration is obtained by propellant combustion gelled MBDA as indicated above or by any other known suitable means, so that the aircraft obtains a speed and a positioning compatible with a normal flight at the time of a return in Earth’s atmosphere for a traditional landing by means of the turbojets (9).

    It should be noted that the aero-spacecraft is not polluting and noisy only at the time of the phases of take-off and fast rise like at the time of the phases of approach and landing,
    i.e. little time.

    It is specified that the financing of the project is ensured by the Foundation Independent of the Durable Development Didier Delmotte (FIDD Foundation) which seeks industrial partners “airframe manufacturer”. Free exclusive industrial concession for a given country as well as a suitable technical aid.

    Preliminary technical-commercial documentation illustrated (in French) on request.

    Contacts: didier.delmotte2@orange.fr 0033139977159 and 0033675575142

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s