Les films russes gagnent des points au box-office national

En passant

De janvier à novembre 2013, les films russes  ont rapporté plus de 7,2 milliards de roubles (159 millions d’euros), un chiffre d’affaires d’un tiers supérieur à l’année dernière, indique le Bulletin des distributeurs.

FilmRussesBoxOfficeNational

Si les spectateurs s’intéressent plus au cinéma « Made in Russia », c’est notamment grâce à des grands titres tels le blockbuster Stalingrad qui a déjà rapporté 1,7 milliards de roubles (37 millions d’euros) ou la comédie Gorko qui arrive en deuxième place avec 800 millions de roubles de recettes.  La surprise de l’année Le Géographe a bu son globe, avec 130 millions de roubles (2,8 millions d’euros), est à la troisième position actuellement.

La part des films russes dans le box-office national est ainsi passée à 18%, soit un record absolu depuis les quatre dernières années au cours desquelles les recettes du cinéma russe étaient régulièrement en baisse (voir le graphique en haut). Bref, une bonne année pour le cinéma russe. De plus que les 18% n’est qu’un chiffre provisoire, car les deux grandes premières nationales (« Arbre de Noël – 3 » et « Ivan Tsarévitch et le Loup Gris – 2 ») sont planifiées à la fin de ce mois pour améliorer la côte de l’année 2013.

Rappelons au lecteur que pour cette année  le gouvernement s’est fixé un objectif de franchir le seuil de 13% dans le box-office national. Le but est atteint, mais tout le monde est déjà soucieux de l’année prochaine. Est-ce que la croissance va durer ? Tout dépend de ce que les grands réalisateurs russes nous préparent…

Source

Lire également sur notre blog:

Publicités

Stalingrad devient le plus gros succès de l’histoire moderne du box-office national

Le poster du film "Stalingrad"

Le poster du film « Stalingrad »

Une petite brève cinématographique avant le weekend, car le nouveau film de Fedor Bondarchuk « Stalingrad » bat le record du box-office russe.  Deux semaines après sa sortie aux écrans le film a recueilli 1 milliard 223 millions de roubles (29 million d’euro). Ainsi, Stalingrad est devenu le plus gros succès de l’histoire moderne du box-office national.

Avant c’est le film « L’ironie du sort. Suite » de Timur Bekmambetov, une adaptation de la comédie dramatique culte que tous les Russes regardaient le Jour de l’An (une sorte de « Père Noël est une ordure »), qui occupait la première position avec les recettes de 1 milliard 200 millions de roubles.

« Stalingrad » est le premier format de film russe sorti en IMAX 3D.

A lire: 

Les films russes les plus et les moins rentables en 2012 et 2013?..

Le poster du films d'animation à rendement de 912% (lire ci-dessous)

Le poster du film d’animation à rendement de 912% (lire ci-dessous)

En mettant le point pour les bilans de l’année 2012 nous vous proposons de découvrir une sélection des films les plus et moins rentables du cinéma russe de l’année dernière.

Pour la première place, il n’y a pas de surprise.Comme en 2011, le film d’animation « Ivan Tsarévitch et le loup gris » a été le plus vu aux salles de cinéma (très beau rapport de recettes aux dépenses à 912%; comme à l’époque de distribution centralisée sous le régime communiste, belle époque…). Le pire résultat (5%* de rendement) revient à « Faust » d’Alexandre Sokourov (le meilleur film de l’année selon la guilde des critiques de cinéma russes).

Pour plus de détails nous vous invitons à regarder le tableau ci-dessous qui est un résultat du travail d’Hercule (pourvu que ce ne soit pas celui de Sisyphe) de l’agence RIA Novosti et de votre aimable serviteur :

Télécharger l’infographie: image ou .pdf haute résolution (conseillé)

FilmsRusses2012_rentabiliteComme vous voyez seuls 15 films des 68 tournés en 2012 ont été rentables (trois de ces films ont bénéficié des subventions de l’Etat); le reste (73%) c’est de la perte. Cependant, ce n’est pas cela qui dérange les spécialistes (à titre d’exemple en France 86% des films produits en 2012 on perdu l’argent) c’est la part de marché des films russes qui, malgré l’augmentation des revenus, reste encore très bas. Elle a même diminué de 15,9% à 13,8% (-2% par rapport à 2011).  Par ailleurs, aucun des films russes n’est entré dans la TOP-10 du box office national où presque toutes les places ont été occupées par les franchises hollywoodiennes. C’est cette proportion que le Gouvernement russe voudrait changer dans les deux années à venir quitte à introduire les quotas obligeant les distributeurs et les exploitants à montrer un minimum de 20% de films russes sur les écrans. Une mesure qui nous renvoie aux années 30 du siècle dernier quand plusieurs pays (Italie, France, Grande-Bretagne) adoptaient ce modèle protectionniste qui souvent se soldait par l’augmentation du nombre de films produits au détriment de leur qualité. A notre avis, seules la concurrence et la formation des professionnels seraient capables de remédier aux problèmes mentionnés ci-dessus.

Mais alors, sur quels films russes pourront-nous compter en 2013?

Stalingrad_3D1. Les principaux espoirs sont liés au « Stalingrad »,  une super-production russe aux accents d’Hollywood qui sortira à l’occasion des 70ème anniversaire de la terrible bataille. Le film de Fedor Bondarchuck est actuellement au stade de montage et doit sortir aux écrans en automne. Il est claire que ce premier film russe en 3D va avoir du succès chez les spectateurs locaux, et, fort probablement à l’étranger. En tout cas, tous mes amis qui ont eu la chance de voir quelques images de « Stalingrad » au dernier MIPCOM ont été agréablement surpris.

2. Un autre film prometteur est la production d’Alexander Rodnyansky « Le Mystère du col Dyatlov« , ou bien « Le Mystère du passage Dyatlov » (un thriller, voire le film d’horreur sur la disparition d’un groupe de randonneurs tous massacrés par une créature de neige, un Yeti).

3. Le studio de Nikita Mikhalkov « TRITE » mise sur le sport et sur les grands athlètes russes en particulier : « Ivan Poddubny » de Gleb Orlov, et « La légende № 17 » avec Oleg Menchikov et Danila Kozlovsky sur la vie de Valeri Kharlamov, une méga-star du hockey sur glace soviétique, mondialement connu.

4. Un nouveau projet de « Direktsiya Kino » (producteur des films « Amiral », « Night Watch ») sortira au mois d’octobre 2013. Ce sera une comédie « Courrier du Paradis » de Michail Khleborodov, un film très original, et plein d’humour et de réflexions sur notre existence.

5. Finalement, la suite de la comédie « Arbres de Noël » (un des plus grands succès dans l’histoire du cinéma russe) est également prévue. « Arbre de Noël – 3 » produit par le studio Bazelevs de Timour Bekmambetov sortira à la fin de l’année pour écrémer les recettes du box-office festif (n’oublions pas qu’en Russie les festivités de fin d’année peuvent durer jusqu’à deux semaines 😉 )

Sources: RiA Novosti, Cinemotion Lab, Kinobusiness

* Le ratio est calculé en fonction des recettes du film en Russie uniquement et ne tient pas compte du revenu perçu à l’étranger (0,56 millions de dollars).

Lire également sur notre blog : 

Le box-office des films russes en 2012

Encore un petit bilan de 2012. Cette fois-ci il s’agit des recettes des films russes sortis en 2012 au box-office national. Les drames et les comédies dépassent tous les autres genres.  (Click sur l’image ci-dessous)

BoxOffice2012_FilmsRusseGen

Et cela aussi aussi peut être vu d’un point de vue positif quand aux changements produits en 2012, car le box-office global a battu un nouveau record cette année, même pour les films russes.

Et quand à l’international? 

Seuls trois films russes ont sortis aux salles de cinémas à l’étranger à partir du 1 Janvier au 23 Décembre 2012 (les projections dans le cadre des festivals du cinéma russe ne sont pas prises en compte). Il s’agit bien du drama « Ovsyanki » (ou Le Dernier voyage de Tanya) d’Alexei Fedorchenko, « Faust » d’Alexander Sokurov et « Elena » d’Andreï Zviaguintsev.

elena1. Le film « Elena », sorti dans sept pays de l’Union européenne, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en Australie a gagné 2,44 millions de dollars dont 230 milles dollars gagnés dans les 13 salles de cinéma nord-américains.

2. La parabole philosophique « Faust » (le meilleur film de l’année selon les critiques de cinéma russes) a recueilli  0,56 millions de dollars dans huit pays européens et au Brésil.

3. Les recettes du drama « Ovsyanki » provenant de deux pays européens et d’Australie remontent à 0,15 million de dollars. C’est-à-dire que les films russes sortis en 2012 ont recueilli 3,15 millions de dollars (-1,31 million de dollars en moins par rapport à 2011, soit la baisse de 29,4%).*

Malgré tout le box-office global a battu un nouveau record cette année en Russie, même pour les films russes (+15% d’entrées par rapport à 2011). Les spécialistes de Romir Movie Research sont très optimistes pour l’année suivante. Selon leur étude, le box-office va encore croître de 12% en 2013 pour atteindre 44,8 milliards de roubles / 1,1 milliard d’euros et le box-office des films nationaux verra l’augmentation de près de 36% (7,5 milliards de roubles / 185 millions d’euros).

Source 1;  Source 2

* en 2011 neuf films russe et un film soviétique ont recueilli 4,46 millions de dollars.

Lire également sur notre blog:

Un dessin animé s’est avéré le plus rentable des films russes sortis en 2011

L’Edition « Kinobusiness Segodnia» a établi une liste des films russes les plus et les moins rentables de année 2011.

Le critère utilisé n’était pas celui de la recette apportée mais le ratio de la recette au budget de production du film. Il s’est avéré que le dessin animé « Les Trois Preux et La Reine de Chamakhan » de Sergueï Glézine est devenu le film le plus rentable de l’année. Avec le budget de 3 millions de dollars il a recueilli 19 millions de dollars de recettes.

Une place bien méritée, d’autant plus que le film qui se trouve à la deuxième position dans la liste fait  pâle figure. Il s’agit bien du film  « Les personnes inadéquates » de Roman Karimov (0,59 millions de dollars de recettes  pour un budget extrêmement bas de 0,1  millions tout compris). La troisième place est détenue par « L’enceint«   de Sarik Andréasian (7,37 millions de dollars de recettes pour 2 millions de budget).

Allez, « fail » time!

Le film de Slava Ross « Sibérie. Monamour » a été mis en tête de liste des films les moins rentables de l’année (22 700 de dollars de recettes pour un budget de 3,5  millions de dollars).  Les films « Un cible«  (« Mishen' ») et « Une maison » (« Dom ») occupent respectivement la deuxième et la troisième places dans la liste lugubre de l’édition.

 

Source: Kinobusiness.com