On revient après une courte page de publicité!.. Vraiment?

Tout le monde connait cet avertissement à la télé qui nous demande de ne pas changer de chaîne pendant la courte pause publicitaire. Mais que faire si la pause se prolonge?

Rossia_Pub_Champion

La Russie devient un leader incontestable par rapport au volume de la publicité diffusée à la télévision. Selon une étude menée par l’agence média Initiative le nombre hebdomadaire d’annonces commerciales par téléspectateur augmentait légèrement depuis trois ans : 441 en 2010, 444 en 2011 et 447 en 2012. Cependant, 2013 est devenu témoin de la prolifération publicitaire sans précédent: 470 spots par semaine et par téléspectateur ce qui est 20% supérieur à la moyenne mondiale! Pourtant, le temps de la pause publicitaire n’a pas beaucoup bougé. Où est le problème ?

Cela est principalement du à une hausse des tarifs du temps d’antenne (+15% en moyenne selon l’agence Media First). Les annonceurs, touchés par la crise économique, y ont régit par le raccourcissement de leurs spots publicitaires ce qui a fait des troues dans les blocs de publicité prévus par la grille des programmes. Le résultat ? Toutes les chaînes du marché sans exceptions se sont précipitées pour combler les lacunes. Ainsi, Disney a enregistré la croissance de 90% en volume de la publicité par rapport à l’année dernière. D’autres chaînes thématiques (ni généralistes) ne sont point des exceptions à la règle : Domashniy (+16%), TV3 (+13%), Peretz (+11%). 

Au final, l’annonceur a encore plus de mal d’atteindre le public ciblé qu’auparavant. Selon les experts de Initiative, 10% de téléspectateurs russes ont tendance de changer la chaîne pour ne pas regarder la publicité. Cette chiffre est encore plus importante quand il s’agit de ceux qui ont cessé prêter leur attention à la pub qui envahissent tous leurs écrans : mobiles ou fixes. Le consommateur devient immunisé contre la publicité, en quelque sorte ce qui est un signe inquiétant.

Personnellement j’ai fait un test pendant le weekend dernier en regardant les 10 chaînes de la télévision russe diffusée en clair. La différence s’est faite sentir au bout de 30 minutes de visionnage. Comme on dit, trop de pub tue la pub …

Source

PS: Pendant les vacances de Noël les chaînes russes ont gagné 2,85 milliards de roubles (6 milliards d’euro) contre 2,45 milliards en 2013. Sochi 2014, Comité International Olympique, Pampers, Microsoft, Sorti, M-Vidéo, Google ont été les marques les plus annoncées à la télé pendant cette période.

Publicités

E! Entertainment Television arrive en Russie et C.E.I.

La semaine dernière nous avons appris que le holding CTC Media préparait le lancement d’une nouvelle chaîne thématique pour les jeunes filles en rentrant en en concurrence directe avec U TV. Et bien, il paraît que cette part de gâteau (les jeunes filles russes) devient de plus en plus convoitée par les médias, car une autre chaîne totalement people de Universal Networks International (UNI) a décidé d’apporter sa chaîne « E! » en Russie et dans les pays la Communauté d’Etats Indépendante (C.E.I.).

E! Entertainment Television

E! Entertainment Television bientôt en langue russe

La chaîne dont la programmation s’articule autour d’actualités divertissantes, de rumeurs, de critiques de musique et ses shows de marque comme « L’incroyable Famille Kardashian », « Fashion Police », ainsi bien qu’une nouvelle émission de télé-réalité inspirée par Instagram et Tumblr #RichKids of Beverly Hills seront disponibles en langue russe dans le deuxième trimestre 2014. 

Créée en en 1987 sous le nom de Movietime, rebaptisée ensuite en 1991, la chaîne E! est aujourd’hui disponible en 26 langues à plus de 180 millions de foyers dans 150 pays du monde entier.

RT, le soft power russe en images

La chaîne d’information du Kremlin Russia Today (RT) a fait beaucoup de bruit (et a eu autant de succès) lors des deux dernières années. Voici un article de Vassily KLIMENTOV, qui vous aidera à comprendre l’histoire du succès de la chaîne à deux lettres.   

rt
Lancée en 2005 par le Kremlin et présentée comme un équivalent russe de la BBC – un média financé par l’État, mais possédant une ligne éditoriale indépendante –, RT, tout en voulant faire concurrence à la BBC, Deutsche Welle, France 24 et surtout Al Jazeera, s’est clairement positionnée comme le porte-voix international de Moscou. Adossée à l’agence de presse étatique RIA Novosti par l’intermédiaire de la compagnie TV-Novosti, Russia Today s’est diversifiée avec la création de la chaîne arabophone Rusiya Al-Yaum (RT Arabic) en mai 2007, de la chaîne hispanophone RT en Español en décembre 2009, de la chaîne spécifiquement destinée au marché américain RT America en 2010 et finalement de la chaîne RT Documentary en juin 2011. Ce développement a été rendu possible par l’augmentation du financement, sans que celle-ci ne se fasse de manière toujours transparente, qui est passé de 30 millions de dollars en 2005 à près de 350 millions en 2011, pour s’établir légèrement au-dessus des 340 millions de dollars en 2012. 
En 2013, RT – grâce à une décision exceptionnelle de Vladimir Poutine – fait partie des médias dont le financement a été maintenu malgré les recommandations du ministère des Finances qui préconisait des coupes budgétaires. RT est aujourd’hui clairement la figure de proue dusoft power russe, aux côtés par exemple du journal officiel Rossijskaja Gazeta qui édite des suppléments mensuels en partenariat pour plusieurs journaux dans le monde, dont La Russie d’Aujourd’hui pour Le Figaro en France.
Autour du slogan « Question more », l’objectif affiché de RT est de présenter une information «alternative» à ce que ses dirigeants décrivent comme les médias mainstream. Cependant, de fait, ni la direction de la chaîne, ni le pouvoir russe – malgré des éléments de langage récurrents soulignant la liberté éditoriale de la chaîne – n’ont jamais fait d’efforts particuliers pour nier le caractère engagé de RT. En juillet 2012, Margarita Simonyan, la rédactrice en chef de RT que l’on peut retrouver sur Live Journal, l’assume d’ailleurs ouvertement dans une interview pour le journal russe Itogi en rappelant qu’au sein de la chaîne : « nous sommes complètement solidaires de la politique étrangère de notre pays. Plus encore, lorsque nous avons commencé, nous avons ouvertement dit que nous allions présenter le point de vue russe sur le monde ». Du côté de Vladimir Poutine, le propos, exprimé dans une interview à RT en juin 2013 largement reprise par les médias américains, est plus ambigu et la contradiction à peine masquée : « Nous voulions amener une chaîne d’information absolument indépendante dans l’arène de l’information. Assurément la chaîne est financée par le gouvernement, donc elle ne peut faire autrement que de refléter la position officielle du gouvernement russe sur les événements dans notre pays et dans le reste du monde d’une manière ou d’une autre ».
Plus simplement, sans aller dans la caricature présentée dans certains médias du soft power américain comme Voice of America, le cœur du concept RT reste de mettre l’accent – souvent avec des moyens qui n’ont de journalistique que le nom – sur des sujets que la Russie veut promouvoir à l’international, allant de l’opposition à l’exploitation du gaz de schiste dont l’arrivée sur le marché impacte à la baisse sur le prix du gaz russe au soutien inconditionnel au régime syrien que la Russie défend.
Who poses the greater nuclear threat? (Campagne de RT à Londres)

Who poses the greater nuclear threat? (Campagne de RT à Londres)

Le tout teinté d’un antiaméricanisme prononcé et d’un temps de parole démesuré accordé aux tenants de différentes théories du complot, lesquels remettent en cause la « version officielle » du 11 septembre 2001, la naissance du président Obama en territoire américain ou le changement climatique.
Présenté ainsi, RT ressemble à s’y méprendre à certains médias de l’époque soviétique – une analogie jusque dans les procédés utilisés que nombre de commentateurs, y compris russes, n’ont pas manqué de noter. La technique la plus simple, et la plus efficace assurément, étant toujours de refuser de discuter des problèmes russes, ou des pays alliés ou amis, en arguant que l’Occident est loin d’être irréprochable, perdant au passage tout sens de la mesure. Mais, aussi paradoxal que cela puisse paraître, la force de RT réside pourtant dans son caractère ouvertement biaisé pour la majorité de l’auditoire international. Dans un système où l’information médiatique, même au niveau international, tend à l’uniformisation alors que beaucoup de médias recherchent une objectivité qui sera toujours factice, la chaîne russe assume, presque sans gêne, une information dirigée, mettant ouvertement l’accent sur les problèmes de l’Occident, donnant l’occasion de s’exprimer à tous les autocrates et organisant des débats parfois à la limite du grotesque.
De fait, au moins deux points méritent d’être soulevés pour expliquer le succès de RT. D’abord sur le fond, il est évident, que même en ayant connaissance de l’agenda politique qui saute aux yeux et même en comprenant que l’information est filtrée, reste qu’il n’existe pas d’autres chaînes de télévision où l’on peut voir une interview du président syrien Bachar el-Assad ou de ses représentants, un entretien avec le leader du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, ou avec le défunt président du Venezuela Hugo Chàvez. Dans un style différent, la chaîne russe est aussi une scène parfois ouverte où il est possible de voir le philosophe Slavoj Žižek en débat avec David Horowitz. Ensuite, sur la forme, et en admettant que RT ne fait pas réellement dans le journalisme et que, de fait, son objectif est fondamentalement différent de celui d’informer sérieusement, la chaîne est passée maître dans l’art tendance de l’infotainment. Sa force est d’être à mi-chemin entre l’information et le show, de ne pas être liée par les codes du journalisme, de faire dans une forme événementielle où, qu’il s’agisse des débats ou des reportages, se mêlent jugements de valeur et information, l’objectif est de susciter le choc, de provoquer la controverse – de finalement faire du divertissement.
Derrière cela, et en plus d’une campagne de publicité très agressive, un vrai travail technique et stratégique pour proposer de nouvelles formes de programmes, plus éloignées d’un journalisme « sérieux » à la CNN, a aussi été fait. Comme illustration d’une stratégie tournée vers le sensationnel, RT a, par exemple, reçu la Nymphe d’Or à Monte Carlo en juin 2013 pour sa couverture de l’explosion de météorite au-dessus de la Sibérie, typiquement un sujet événementiel pour lequel la chaîne a récupéré de nombreuses vidéos amateurs. Encore plus symptomatique de cette idée de l’infotainment, la chaîne RT

Dans un cas pareil le présentateur n'est plus une tête parlante et doit certainemnt avoir le talent d'acteur .l

Dans un cas pareil le présentateur n’est plus une tête parlante et doit certainement avoir le talent d’acteur .

Arabic a récemment mis en place un JT utilisant des effets 3D  pour traiter notamment d’un sujet aussi sérieux que la situation au Moyen-Orient : le présentateur devient presque acteur jouant avec un tank qui, sortant de l’écran, vient envahir le plateau ou encore avec des étincelles volant de l’écran pour atterrir sur son complet. Clairement, le journalisme passe ici au second plan, tout est fait pour captiver le public sur la forme plus que sur le fond. En parallèle, la chaîne est complètement adaptée au marché local, n’utilisant pratiquement que des présentateurs de langue maternelle, une autre manière de paraître accessible.

La stratégie de RT passe aussi par le recrutement de personnalités emblématiques, recrutement qui peut être fait grâce aux ressources financières de la chaîne, mais pas seulement. Il est évident par exemple que le sulfureux fondateur de Wikileaks, Julian Assange, aurait sûrement eu du mal à devenir intervieweur sur une autre chaîne lorsqu’il a finalement rejoint RT en 2012. Comme pour l’obtention des invités politiques, la force de RT est d’être une chaîne officiellement adossée au Kremlin, bénéficiant de son appui pour attirer des personnalités. Plus récemment, M. Simonyan a annoncé en grande pompe que l’emblématique Larry King, connu au passage pour son admiration de Vladimir Poutine, allait, dès juin 2013, animer un programme d’interviews, Larry King Now, sur RT et en créer éventuellement un spécialement pour la chaîne par la suite. Évidemment, RT n’a pas la capacité de recruter tous les présentateurs qu’elle voudrait, certains refusent de s’associer à un tel projet. Il semble, par exemple, que Phil Donahue ait récemment refusé une offre de la chaîne russe.
La combinaison de ces facteurs explique le succès relatif de RT dans le monde, son accession au statut de 3e chaîne d’information en Grande-Bretagne avec un demi-million de téléspectateurs quotidiens d’après Voice of Russia et sa capacité à s’imposer comme le média étranger le plus regardé dans les villes américaines de Washington, New York, San Francisco, Los Angeles et Chicago d’après une étude menée l’année dernière par la firme américaine Nielsen Media Research. En 2012, RT a également réussi à doubler son audience aux États-Unis par rapport à l’année précédente. Cependant, comme l’illustre le succès rencontré sur YouTube, où RT a atteint le milliard de vues et possède à ce jour plus de 978 000 abonnés, son format est peut-être plus adapté au web  qu’à la télévision classique. Internet propose une interactivité accrue pour les spectateurs, élément fondamental pour partager des vidéos virales en multipliant les commentaires. À ce titre, le fait que les vidéos de RT soient parmi les plus commentées sur la plateforme, malgré la présence de seulement 19 000 vidéos au total, ne relève clairement pas du hasard. Pour accélérer la propagation de « son » information, RT autorise officiellement les utilisateurs à republier sur leurs propres chaînes les vidéos qu’elle a postées, à condition d’en mentionner l’origine. Aujourd’hui, la chaîne russe peut se targuer de compter entre 800 000 et un million de visiteurs par jour sur ses vidéos, un résultat qui sort de l’ordinaire.
Finalement, pour l’ex-Russia Today, l’objectif ultime de populariser la Russie prédomine largement sur le financier et le but n’est pas de faire de RT un projet rentable. Ainsi, si la publicité est présente sur certaines vidéos, elle demeure très effacée – un choix délibéré des dirigeants qui veulent avant tout faire passer un agenda politique et non gagner de l’argent. Pour cela, comme au temps de l’URSS, il n’est pas réellement nécessaire d’être journaliste, il s’agit plus d’un travail de communicant.
Lire également sur notre blog :

A la TV russe c’est ‘Vendredi’ yuppie ! Tous les jours…

Pyatnitza

En tout cas, c’est ce que le président du groupe  ProfMedia Nikolai Kartozia a promis lors de la présentation de sa nouvelle chaîne thématique d’infotainment « Pyatnitza » (trad. Vendredi) lancée le 1 juin.

Cette chaîne, qui remplace définitivement la version russe de MTV, et ressemblera à TNT ou CTC ; c’est-à-dire, sa grille des programmes sera principalement composée des  émissions humoristiques et des séries pour les jeunes (audience 14+) ainsi que des programmes pour toute la famille. La chaîne débutera par les retransmissions alternées des anciennes émissions de divertissement satiriques (Projectorparishilton, Bolshaya Raznitsa) et des nouveaux programmes produits par ProfMedia (ex: Les gens de vendredi, une émission sur les coulisses de projets de télévision).

Parmi les projets qui sortent de l’ordinaire on peut citer les « Vivants » (Живые) – un cycle des programmes d’auteur dans lequel les gens bien connus en Russie seront amenés à lire leurs poèmes préférés aux téléspectateurs. Cette émission qui a évoqué l’intérêt des vedettes et des politiques russes ainsi que de certains acteurs britanniques et hollywoodiens (à ce propos, Hugh Laurie, le fameux Dr. House va également lire sa poésie préférée dans un épisode de « Vivants »). Ce projet ambitieux inaugura un bloc des programmes intellectuels  qui seront également présents sur la nouvelle chaîne « Pyatnitsa ».

kartozia

Le président du group ProfMedia Nikolai Kartozia à la présentation de sa nouvelle chaîne ‘Pyatnitza’

Le président de ProfMedia Nikolai Kartozia a commenté: «… il y a une croyance que la chaîne de divertissement et une télévision intelligente – ce sont deux pôles différents. Je pense que c’est un non-sens absolu inventé par les managers de télévision ineptes. Après tout, ce qu’on appelle des grands genres et des petits genres  – c’est aussi du non-sens. Chez l’homme, le grand et le petit vont de paire, on en trouve toujours, tout dépend dans quelle proportion … ». En décrivant la nouvelle chaîne, il a ajouté: « Globalement « Pyatnitza » est destiné à un public de 14 à 44 ans, mais, en fait, il s’agit d’un canal pour ceux qui veulent se sentir jeune ». 

Grace à une forte campagne marketing et un concept prometteur « Pyatnitza » a déjà « réservé » une place dans toute la distribution des médias. En plus de la diffusion hertzienne la nouvelle chaîne sera présente dans les réseaux de tous les acteurs majeurs de la télévision payante :  « Tricolor TV », « Rostelecom« , « MTS« , « Orion Express »  et autres.

Quand au positionnement de « Pyatnitza TV » la question reste posée. Les experts des médias ont été surpris (pour ne pas dire abasourdis) lorsqu’ils ont appris le montant que le  holding « ProfMedia » était prêt à dépenser pour un redémarrage. Selon Vedomosti, près de 100 million de dollars seront dépensés pour assurer le fonctionnement de la nouvelle chaîne lors de deux premières années. (rappelons-nous que même la télévision publique russe n’a eu que 60 million pour assurer son fonctionnement). Une démesure ? Peut-être. Selon Alexander Rodnyansky, l’ancien président du CTC Media, c’est un investissement agressif qui ressemble à un pari au casino : gagné ou perdu. « On dépense un montant pareil pour faire sortir la petite chaîne de télévision au premier plan pour qu’elle s’esquisse entre les leaders » – dit Rodnyansky. Le marché de télévision russe n’a vu que quelques-uns de succès pareils :  la NTV, TV 6, CTC et TNT.

N’oublions pas que la concurrence sur le marché des chaînes de divertissement est d’envergure : CTC, Peretz, U, Muz-TV sont bien installées. Par ailleurs, la chaîne MTV Russie (désormais gérée par Viacom) ne veut pas quitter la Russie et sera toujours présente dans les réseaux des opérateurs du câble et du satellite.

Lire également sur notre blog :

Via

Le métro de Moscou veut sa propre chaîne TV

Ça y est! A partir de 2014 le métro de Moscou aura sa propre chaîne de télévision dont la vocation sera d’informer les passagers sur les dernières nouvelles, l’état du trafic routier et souterrain de la capitale, des accidents et des règles de conduite en cas d’urgence.

MetroTV

La nouvelle chaîne sera disponible sur les écrans mobiles et statiques repartis sur l’ensemble du réseau et diffusera de 5h30 à 1h00 sans interruption. Les bulletins d’information sous-titrés paraîtront au moins une fois par heure, d’autres émissions en direct seront aussi à l’antenne dont 70% du contenu devra être accessible par la radiodiffusion en mode silencieux.

Comment évaluer cette nouveauté ? A en croire les spécialistes du marketing et les journalistes qui reprennent leurs propos, la nouvelle chaîne ouvrira un grand potentiel pour les annonceurs qui pourront accéder aux 7 – 8 millions de passagers qui se déplacent quotidiennement dans les tunnels du « palais souterrain » et qui, de leur côté, en rêvaient depuis longtemps et n’attendaient que ça…. Est-ce vrai?

MetroRushOurPour répondre permettez-nous de vous poser une seule question: avez-vous pris le métro à Moscou? Si oui, nous pensons qu’à part l’art décoratif des années 1930, vous devez garder souvenir des flots de gens qui marchent épaule contre épaule dans les passages interminables ou bien du « tsunami » provoqué par l’ouverture  des portes à l’heure du pointe, des clochards qui font la manche et du sifflement à l’intérieur de la rame et du bruit extérieur assez fort qui s’intensifie grâce aux plafonds voûtés des stations. Alors, toujours envie de regarder la télé?… 🙂

Metro_WiFiBlagues à part, il nous est vraiment difficile d’imaginer le public de la nouvelle chaîne de télévision du métro de Moscou. Des ados ? Allez! On les voit bien avec leurs oreilles cachées sous les casques de tous genres, en mitraillant leurs amis des textos ou des messages sur les réseaux sociaux. Les jeunes de 21 à 35 ans ? La plupart d’eux ne regarde plus la télé linéaire et sont intégralement occupés par « le monde merveilleux » des smartphones, des tablettes ou bien des consoles des jeux vidéo portables. Les cadres confirmés? C’est du pareil au même; sauf que parmi eux on peut encore rencontrer les individus passionné de la lecture (livre, magazine, journal … peu importe), si non la plupart choisit de ne pas quitter son boulot et voyager collé à l’écran de l’ordinateur. Des retraités alors ?  Possible, mais ce n’est pas eux qui ont le pouvoir d’achat, de plus le prix de la publicité dans les transports est normalement très élevé (plus qu’à la télé pendant les « heures creuses »).

Donc, Il faut que l’offre soit VRAIMENT intéressante aussi bien pour les « petits » que pour les « grands ». Si non, des passagers constamment dérangés par le va-et-vient,  étourdis par le bruit des rames ne regarderont pas la télé et n’absorberont pas la pub pendant leur trajet.

Il s’en suit que le chantier capital du développeur de la chaîne sera de choisir un contenu pertinent et de qualité qui soit diffusé avec la publicité mélangée à des bloques de l’information utile (l’état du trafic, la météo, les accidents et même les sujets courts sur le bon comportement dans le transport). Cela permettra à la « chaîne souterraine » de trouver son audience et ne pas répéter les fautes de la chaîne de télévision de métro à Kiev (Ukraine) où la composition de la grille des programmes a été pris à la léger et s’est soldé par des « allergies » de nombreux passagers obligés de voir les défilés de mode interminables, des shows de ou « à la »  Mr. Bean et des images des chiens qui tournaient en rond coupés par la pub …

TravailDeSiziphA notre avis, c’est un travail de Sisyph, car tous les passagers du métro auront bientôt accès à WiFi ; c’est à dire, ils vont choisir eux-mêmes quel contenu regarder et quelle application utiliser pour s’informer ou se divertir pendant le trajet. Si nous étions en mesure de donner les conseils aux dirigeants du métro de Moscou, nous aurions suggéré d’abandonner ce projet et de développer une bonne application pour les appareils mobiles connectés en gardant les écrans déjà installés dans les halls des stations pour la publicité et les infos pratiques. Les passagers apprécieront, vous verrez!..

Lire également sur notre blog (si le sujet du métro russe vous intéresse:) :

VGTRK lance sa dixième chaîne thématique!

La direction de la VGTRK (une compagnie pan-russe d’État de télévision et de radiodiffusion) réfléchissait longtemps sur le projet qui pourrait compléter son bouquet thématique des chaînes éducatives déjà lancées : Nauka 2.0 (trad. Sience 2.0) et Moya Planeta (trad. Ma planète) et qui pourrait faire la concurrence à d’autres chaînes thématiques présentes sur le marché. Le pari a été placé sur l’histoire.

Historya

L’Histoire (Historya, en russe), c’est le nom de la nouvelle chaîne de télévision qui sera lancée aujourd’hui, le Jour de la Victoire qui se fête le 9 mai en Russie, à 15h00. Sa grille de programmes sera à 75% remplie de contenu produit en interne par VGTRK. Les 25% restants seront occupés par les émissions populaires des grandes chaînes étrangères comme BBC, History Channel, SkyVision et autres … Les documentaires, les films, les reconstructions historiques seront parmi les genres les plus représentés ; En même temps d’autres projets intéressants seront également mis à l’antenne plus tard: des émissions analytiques, des talk-shows  ainsi que des formats courts permettant de prouver au jeune public que l’histoire peut être amusante, passionnante et instructive à la fois.

Historya_PromoVoir la promo de la  nouvelle chaîne de télévision Historya

«Ce sera un canal pour un public familial. Nous voulons nous assurer que les gens de différentes générations pourraient y trouver quelque chose d’intéressant. Cependant, nous ne voulons pas que le chaîne soit perçue comme édifiante… » – a déclaré le rédacteur en chef de la chaîne de télévision Historya Alexey Denisov

La nouvelle chaîne sera la 10ème dans le bouquet thématique de VGTRK et sera diffusée sur tous les réseaux câbles, satellites, IPTV en Russie et dans les pays de la Communauté d’Etats Indépendants (C.E.I.)

Source Lire également sur notre blog :

La Russie se dote de sa chaîne parlementaire

Vmeste-RF

L’heure a sonné pour le Conseil de la Fédération qui, suite à des promesses de Mme Matvienko, a lancé sa propre chaîne TV « Vmeste-RF » (trad. Ensemble-FR (abrégé de Fédération de Russie)) le 27 avril 2013.

La nouvelle chaîne vise à doter la Russie d’un organe similaire au Public Sénat, capable de rendre compte en direct de l’activité parlementaire. A part des transmissions des séances du Conseil de la Fédération et des bulletins d’information journaliers elle proposera des films, des documentaires et des reportages d’auteur.

Pour commencer « Vmeste-RF » s’est dotée d’un budget modeste de 80 millions de roubles (1,97 million d’euro). D’ores et déjà elle est accessible gratuitement par Internet en streaming et serait probablement incluse dans un bouquet de Tricolor TV qui est le plus grand opérateur de la télévision payante par satellite en Russie.

Source

Lire également sur notre blog:

Emissions des années 90s sont de retour

UstamiMladenca

Samedi dernier (27 avril 2013), la version russe de la chaîne Disney a présenté la première émission du jeu télévisé « Ustami Mladentza » (Réf. à une expression « La vérité sort de la bouche des enfants« ), un quiz-show très populaire dans les années 90s où les adultes ont concouraient pour deviner les mots spécifiques expliqués par les enfants. Selon les commentaires sur les forums de discussions la nouvelle version du show animé par l’acteur Maksim Vitorgan a été bien accueilli par le public. Donc, on peut féliciter Disney et bonne chance pour ce projet.

En même temps il est intéressant de noter que depuis le début 2013 d’autres anciennes émissions ont réapparu aux petits écrans : « Fort Boyard », « Ugaday Melodyu » (« Name That Tune »), « Poymi Menja » (Comprends-moi), « Bodroye utro » (trad. Matin badin), « 12 Zlobnykh zritelei » ( trad. 12 spectateurs en colère). Est-ce un signe de quelque chose?  Une nouvelle tendance? A notre avis, il s’agit plutôt de la volonté des diffuseurs de miser sur « les valeurs sûres » afin de pouvoir affronter la diminution des budgets d’acquisition et faire des économies. Une triste tendance, alors… A suivre …

TV: Le factuel domine la Russie

See on Scoop.itMédias en Russie

 La carte des genres prédominants à travers le monde. (c) Médiamétrie - Eurodata TV

La carte des genres prédominants à travers le monde. (c) Médiamétrie – Eurodata TV

Médias en Russie‘s insight:

Selon l’étude réalisée par Eurodata TV, le factuel (info, magazine, politique, documentaire) a généré les meilleurs audiences en Russie et les pays de la C.E.I. au cours de l’année dernière.

Une belle exception à la règle – l’haltérophilie (un sport consistant à soulever des poids) qui a réalisé une part d’audience de 63,3% au Kazakhstan.

(source Eurodata TV / Worldwide)

L’article complet: http://goo.gl/5Crcz

Une nouvelle chaîne 3D est lancée en Russie

HD_Media3D

A l’heure où l’industrie de la télévision se plaint de son manque de contenu au format 3D, la compagnie russe HD Media lance une nouvelle chaîne 3D, disponible 24/24h et 7j/7.

La grille de programmes de la nouvelle chaîne est composée de trois blocs : « Mouvement perpétuel » qui raconte les réalisations de la civilisation dans le domaine des transports; « Le monde de l’esthétique » qui se concentre sur l’industrie de la beauté, SPA, médecine esthétique, cosmétologie, etc. et le troisième bloc qui s’appelle « Terra Incognita » entièrement consacré aux mystères de notre planète.

Selon le communiqué de presse de la compagnie sa chaîne HD Media 3D a commencé sa diffusion en mode test depuis le 27 décembre 2012. Maintenant elle devient disponible dans les bouquets des opérateurs satellitaires, les réseaux câbles, mais aussi en streaming via le boîtier décodeur VINTERA.TV qui délivre le contenu sur tous les supports dont les téléphones mobiles sous iOS et Android.

Logo de la chaîne NTV 3D

Logo de la chaîne NTV 3D

C’est la deuxième chaîne russe entièrement disponible en 3D.  La première a été lancée en 2010 par NTV et a été cobrandée avec Panasonic jusqu’au novembre 2012 (son nom actuel est NTV-3D). A la différence de HD Media 3D qui se concentrera (dans le premier temps) sur infotainment, « la fille 3D » de NTV offre un choix plus large des programmes: films, documentaires, programmes de sport, musique ou animation.

Et quand au format ULTRA HD? 😉

Prenons une pause de … un an, peut-être, avant de revenir à ce sujet…

Source

Lire également sur notre blog: