Les services en ligne ne menacent pas le cinéma russe (étude)

CinemaVsOnline

Société de recherche « Nevafilm Research » a récemment publié une étude sur les habitudes des spectateurs russes en se basant sur les données recueillies sur Internet et celles obtenues dans les salles de cinéma. Comme il s’est avéré, le public qui va au cinéma ne regarde presque jamais des films sur Internet, et vice versa – ceux qui utilisent les services de cinémas en ligne, ne se déplacent pas fréquemment jusqu’au prochain multiplex.

OuRegardezVousVosFilms_Russ

« En règle générale, les cinémas russes sont incapables d’attirer les « Internautes », et la sortie du film sur le petit écran connecté n’aurait qu’un impact très limité sur ​les entrées au cinéma » – a déclaré l’expert de « Nevafilm Research » Xenia Leontieva. Cela peut signifier que les nouveaux films qui apparaissent sur le réseau simultanément ou peu de temps après leurs premières au cinéma, n’ont pas à se soucier du box-office. Ce qui est prouvé par la pratique, car sur le marché russe une fenêtre entre la sortie du film au cinéma et sa parution sur Internet est beaucoup plus courte par rapport aux pays européens ou bien les Etats-Unis (pour les productions locales cette fenêtre est souvent moins d’un mois).

Cela signifie-t-il que le marché russe de la vidéo en ligne prospère en Russie?

Hélas non. Ce segment du marché est encore peu développé. D’après le Président de « Cinéma sans frontières » Sam Klebanov, le visionnement du film en ligne en Russie est principalement basé sur le modèle gratuit qui ne peut proposer qu’un nombre limité des nouveautés. Ce modèle est particulièrement intéressant pour « …des gens qui sont à la recherche de ce qu’ils peuvent regarder à la télé dans la soirée après le travail ». Cependant, une autre catégorie des gens (ceux qui sont prêts à payer pour de nouveaux films) s’accroît. Ils ne vont pas au cinéma, parce qu’il n’ont pas de temps ou bien ils n’ont pas de cinéma à proximité. (rappelons au lecteur qu’en Russie seuls 40% de la population ont accès au cinéma). Les deux modèles de consommation en ligne peuvent coexister sans que l’un cannibalise l’autre – conclut Klebanov.

DispositifFilmsEn revenant vers le rapport « Nevafilm Research », rappelons qu’aujourd’hui, 64 % de téléspectateurs russes préfèrent de regarder les nouveaux films au cinéma, 24 % – sur les ordinateurs, 10 % – à la télévision et 2 % – sur les appareils mobiles connectés…

Source

Lire également sur notre blog:

Portrait du spectateur russe

Le marché russe du cinéma multiplexe sur le point d’exploser ?

Karo – le premier réseau des salles de cinéma numériques en Russie

Publicités

Le marché russe du cinéma multiplexe sur le point d’exploser ?

L’année dernière j’ai mentionné un avenir radieux des cinémas IMAX en Russie (36 cinémas IMAX actuellement; l’ouverture de 23 autres est prévue). Quand au cinéma ‘ordinaire’ il parait que ce marché a un très fort potentiel. Allons voir si c’est vrai.

kinoteatr

D’après Les Echos, le nombre d’écrans en Russie a progressé de 70% entre 2008 et 2012 ce qui est énorme. De plus que l’expansion ne s’y arrête pas, car, selon le directeur de « Kino Expo » Dmitri Kazuto seuls 40% de la population russe ont accès au cinéma. Le développement de l’infrastructure se trouve au stade précoce. Si aujourd’hui la Russie compte près de 3300 salles de cinémas (3228 selon Nevafilm Research) elle aura besoin de tripler ce chiffre pour atteindre le niveau européen, conclut Monsieur Kazuto.

Cependant, même si au premier abord le potentiel du marché paraît très attirant les faits montrent que sa capacité de grandir est assez limitée  (voir les données ci-dessous).

CinemasRussesOuvertureFerme

Mise à part le mécanisme de sélection darwinienne quand les cinémas à une salle avec le matériel obsolète suivis par ceux équipés des projecteurs numériques disparaissent,  il y existe un autre facteur qui freine la croissance : l’expansion des centres commerciaux dotés d’un multiplexe cinématographique. Selon la conjoncture économique l’ouverture de centres pareils n’est pas rentable dans les villes qui comptent moins de 50 000 habitants ; du coup,  les multiplexes n’y vont pas.

C’est pour cela que 60% de la population russe n’ont toujours pas accès au cinéma de proximité et, selon le directeur du « Nevafilm » Oleg Berezin, n’en auront pas dans l’immédiat.  Selon Monsieur Berezin «  …même si les habitants des petites villes (villages) n’ont pas accès au grand écran, ils ont des antennes paraboliques, télévision par câble et Internet … » Autrement dit, l’Internet comblera la niche là où le cinéma multiplexe ne vas pas.  Même si la loi contre le piratage récemment entrée en vigueur a été censée d’augmenter la fréquentation des cinémas elle ne fera qu’augmenter le nombre de consommateurs du contenu légal dans les villes susmentionnées. Personne n’ira en campagne pour ouvrir une salle de cinéma. Selon les calculs de Monsieur Berezin, en deux ans la fréquentation des salles de cinéma n’a pas augmenté contrairement à leur nombre (+30%).

NombreCinemasRusses

On peut en déduire que malgré les chiffres prometteurs et une forte croissance des salles de cinéma le marché russe va bientôt arriver à sa saturation en se heurtant à un mur des écrans de grande diagonale de plus en plus accessibles et de l’Internet haut débit qui continue sa marche triomphante à travers la Russie.

Lire également sur notre blog :

Imax prévoit ouvrir trois nouvelles salles de cinéma en Russie

See on Scoop.itMédias en Russie

Imax (TSX:IMX) s’est entendue avec des partenaires afin d’ouvrir trois nouveaux théâtres dotés d’écrans géants en Russie. L’entreprise a annoncé vendredi l’accord conclu avec la société russe Kinomaxm et deux nouveaux partenaires, Monitor et People’s Cinema, en prévision de ces ouvertures.

Le nombre de salles Imax ouvertes ou en construction passera ainsi à 49 en Russie et dans les anciennes républiques soviétiques, qui forment maintenant la Communauté des États indépendants.

Les trois nouveaux théâtres Imax en sol russe seront situés à Anapa, ville sur la côte nord de la mer Noire; à Oulan-Oude, la capitale de la Bouriatie; et à Samara, sixième ville en importance en Russie située au nord de la frontière du Kazakhstan.

Lire également notre article: 

See on www.lesaffaires.com

« Stalingrad » sera le premier film russe en 3D

F. Bondarchuk sur le lieu de tournage du film

D’après l’article paru dans Vedomosti, la version stéréoscopique du film  « Stalingrad » de Fyodor Bondarchuk sera diffusée aux cinémas en octobre 2013. Ce drame historique imbibé de sang et de souffrances de la Seconde Guerre Monidale sera le premier film russe en format IMAX® 3D. Comme l’explique le directeur du film  « ...il est très important pour nous de créer un sentiment de présence, une immersion totale pour que le spectateur se retrouve dans les tranchées à coté des combattants« .

L’adaptation du film en 3D sera effectuée par la société IMAX qui, selon l’accord avec des producteurs, bénéficiera d’une clause d’exclusivité de deux semaines sur la distribution du film au cinémas; et aura une part du box-office  « un peu plus élevée que d’habitude » (10-15%).

En nous tournant vers les statistiques il est intéressant de noter qu’au total 21 films IMAX sont sortis en Russie et CEI en 2011 en apportant 31,2 millions de dollars de recettes (une fois et demie de plus qu’en 2010). En nombre de salles IMAX (19) la Russie est le troisième marché mondial (après les États-Unis et la Chine).

Greg Foster, IMAX

Le président de IMAX Filmed Entertainment Greg Foster confirme que le secteur est en bonne santé: « Dans les deux prochaines années nous allons ouvrir 22 autres salles IMAX en C.E.I. [NDA : amenant le nombre total des salles au 45] Le marché est en progression et il existe une demande pour les films produits localement« , dit-il dans son interview à Vedomosti. Source

Le poster du film "Stalingrad"
                               Le poster du film « Stalingrad » (2012)

Il est aussi curieux de noter que 37 ans auparavant le grand cinéaste et comédien Sergeï Bondarchuk (le père de Fyodor Bondarchuk) a réalisé un film de guerre extraordinaire « Ils ont combattu pour la patrie » (IMDb) dont l’action se passe aux alentour de Stalingrad. Le film fait découvrir au spectateur l’état d’esprit des combattants qui sous l’uniforme cachent des histoires personnelles très différentes et de divers milieux et  explique la variété de  leurs comportements dans ces conditions exceptionnelles.

Le poster du film "Ils ont combattu pour la patrie"

Le poster du film "Ils ont combattu pour la patrie" (1975)