L’Internet russe va s’exporter (cas Yandex et Mail.ru)

ceci est un re-post de l'article publié sur 01.net
Les géants du web russe, Yandex et Mail.ru, ont publié des résultats financiers confirmant leur croissance spectaculaire et leurs ambitions à dépasser leur marché d’origine, grâce à de nouveaux produits pour le mobile.
Yandex-MailRu
Les deux portails, l’un basé sur un moteur de recherche et l’autre sur un service de mail, sont largement dominants en Russie, loin devant leurs équivalents américains comme Google ou Yahoo!, mais bénéficient d’une audience confidentielle hors de l’ex-URSS.
Et s’ils continuent d’être surtout dopés par la migration des budgets publicitaires vers les supports numériques, ils cherchent tous les deux à s’internationaliser et à développer de nouveaux produits: jeux pour mobile, films en streaming.

Yandex pourrait développer une offre de streaming

Yandex occupe 62% de part de marchés en Russie pour les recherches sur internet. Il a dégagé l’an dernier un bénéfice net de 13,5 milliards de roubles (275 millions d’euros), en augmentation de 64% par rapport à 2012. Ajusté de certains effets comptables, il ressort en croissance de 38%. Son excédent brut d’exploitation (EBITDA) ajusté a bondi de 32% à 17,4 milliards de roubles (354 millions d’euros), pour un chiffre d’affaires en hausse de 37% à 39,5 milliards de roubles (800 millions d’euros).
Il a annoncé prévoir pour 2014 une hausse de 25% à 30% de son chiffre d’affaires. « Si le marché de la publicité en ligne commence à rencontrer des difficultés, Yandex y résiste bien », ont souligné les analystes de Jefferies. « Nous avons continué de renforcer notre part de marché sur ordinateurs de bureau et sur mobiles », a souligné de son côté le directeur général de Yandex, Arkadi Voloj. « Nous avons mis en oeuvre des changements significatifs dans nos algorithmes, augmenté le nombre d’annonceurs publicitaires sur nos plateformes et élargi notre réseau de partenaires. Nous allons continuer de créer des services qui vont bénéficier à nos utilisateurs », a-t-il ajouté.
Le groupe russe coté à New York vient d’annoncer le lancement de Yandex.Kit, logiciel installé dès la fabrication aux téléphones mobiles fonctionnant sous le système d’exploitation Android de Google. Il regroupe les principales fonctions (recherche, cartes, courrier) développées par Yandex. Il intègre dans le téléphone les ressources en ligne du site (permettant d’identifier un appel entrant même s’il ne figure pas dans les contacts) ou encore une meilleure utilisation de l’alphabet cyrillique, marque de fabrique du groupe.
Yandex a en outre racheté le site consacré au cinéma KinoPoisk, détenu auparavant à 40% par le français AlloCiné, dont il pourrait faire une base pour développer une offre de diffusion de films en streaming.

Mail.ru mise sur les jeux

Pionnier du courrier électronique en Russie, Mail.ru, a lui aussi affiché des résultats financiers en forte progression. Le bénéfice net du groupe s’est élevé en 2013 à 11,5 milliards de roubles (233 millions d’euros), soit 36% de plus qu’un an plus tôt.
Le chiffre d’affaires s’est envolé de 30% à 27,4 milliards de roubles (557 millions d’euros) et l’excédent brut d’exploitation (EBITDA) encore plus fortement, de 30,8% à 15,1 milliards de roubles (300 millions d’euros), grâce à un « contrôle rigoureux des coûts ». Le groupe a notamment vu ses revenus publicitaires augmenter de 24,3% et a dit s’attendre à voir cette croissance se poursuivre. Le directeur général, Dmitri Grichine, a dit prévoir pour 2014 une hausse de 22% à 24% du chiffre d’affaires et que cette croissance « se reflète aussi bien dans la publicité que dans les jeux et les services payants ».
Mail.ru a lancé en novembre My.com, filiale basée aux Etats-Unis spécialisée dans les applications pour téléphones mobiles (courrier, messagerie et jeux). Il met un accent croissant sur les jeux, qui ont connu une croissance de 40,6%, avec son best-seller Jungle Heat qui représente désormais 90% de ses revenus hors de Russie.
Source
Lire également sur notre blog:
Publicités

Mail.ru goûte à la VoD en lançant son service de vidéo à la demande

En Décembre 2013, Afisha.Mail.ru a lancé sa propre plate-forme fournissant un accès à un contenu audio et vidéo (AVOD). Dans le cadre du projet, plusieurs centaines de séries russes et étrangers ont été mises à disposition des utilisateurs de RuNet. Le contenu et les services sont disponibles gratuitement à condition que l’utilisateur regarde un court spot publicitaire lors du démarrage d’une vidéo.

L'agrégateur de contenu en ligne Afisha.mail.ru fomente une stratégie pour devenir un service VOD à part entière

L’agrégateur de contenu en ligne Afisha.mail.ru fomente une stratégie pour devenir un service VOD à part entière

« Il est encore tôt pour dire quand et comment le contenu payant sera disponible sur notre site web », a déclaré Chargée des relations publiques du Groupe Elena Melnikova. Cependant, elle a souligné que le contenu payant deviendrait prochainement une offre supplémentaire à l’offre existante sur http://afisha.mail.ru.

Cette intention montre une fois de plus que le vecteur VOD, très attirant pour les investisseurs, est devenu un des plus importants champs de bataille du RuNet (Internet russe).  Les salles de cinéma en ligne et les agrégateurs de contenu comme Yandex (qui a récemment acquis la base de données consacrée au cinéma et séries télé Kinopoisk.ru) ou bien Mail.ru (qui depuis l’année dernière coopère avec les géants de la VoD russe Tvigle.ru, Megogo, Ivi.ru, Zoomby.ru et Now.ru) tous se battent pour les audiences.

Lire également sur notre blog:

Yandex acquiert Allo Ciné russe

See on Scoop.itMédias en Russie

Kinopoisk

Le groupe internet russe Yandex a annoncé mardi l’acquisition du site Kinopoisk.ru, base de données consacrée au cinéma et séries télés détenue à 40% par le français Allociné.

Le propriétaire du premier moteur de recherches russe n’a pas dévoilé le montant de la transaction, mais la presse a évoqué récemment des valorisations dépassant les 50 millions de dollars, soit dix fois plus qu’en 2009, quand Allociné avait investi dans le site.

Détenu à 40% par le site français et à 60% par ses fondateurs, Kinopoisk est « le site le plus important et le plus complet en russe consacré aux films, programmes de télévision et célébrités », a souligné Yandex.

Avec 18,6 millions de visiteurs par mois, il se place à la 16e place des sites russes.

Yandex compte développer la vaste base de données de Kinopoisk à l’aide de ses technologies de recherche pour en faire « un large système de recommandation de films conçu pour prendre en compte les préférences et intérêts des utilisateurs ». Kinopoisk conservera son nom de domaine.

Le groupe russe coté à New York souligne aussi que cette acquisition cadre avec sa stratégie de renforcer ses relations avec les détenteurs de droits d’auteur (musique et films).

Médias en Russie‘s insight:

Très très sage de la part de Yandex qui se prépare à la bataille avec Sputnik.ru sur l’ensemble du territoire russe et C.E.I.

See on www.fusacq.com

Sputnik.ru – un nouveau moteur de recherche étatique sera lancé en 2014

See on Scoop.itMédias en Russie

Rostelekom_Sputnik

L’opérateur télécom contrôlé par la Russie, Rostelecom, a avancé sur le projet de création d’un nouveau moteur de recherche sur le territoire. Baptisé Sputnik, il sera prochainement disponible pour les utilisateurs du pays, malgré une concurrence déjà bien implantée, Yandex, Google et Mail.ru en tête.

Rostelecom arrive au terme de son projet visant à déployer un nouveau moteur de recherche en Russie. L’opérateur, dont les principales décisions sont dictées par la présidence du pays, prévoit ainsi de lancer sputnik.ru d’ici 3 ou 4 mois. Pour ce faire, il embaucherait actuellement de nouveaux développeurs chargés d’améliorer les fonctionnalités du service.

Selon Vedomosti, le projet est né en 2008, date à laquelle plusieurs élus russes ont reconnu l’impact sur les internautes des contenus publiés en ligne, notamment ceux relatifs à la guerre en Géorgie. Plus tard, en 2010, le ministère des communications relançait le projet avec une enveloppe estimée à 20 millions de dollars, explique le site.

Concernant l’éventuel filtrage des données consultables par ce biais, un porte-parole du gouvernement a tenu à assurer qu’aucune censure ne sera à l’œuvre. Toutefois, certaines publications considérées comme étant répréhensibles seront bloquées, comme celles pouvant contenir des « contenus hostiles ».

Cependant, la tâche de Sputnik (du nom du premier satellite artificiel lancé dans l’Espace par l’Homme) sera ardue au regard de la concurrence sévissant sur le marché russe. Ainsi, Yandex détiendrait déjà environ 60% du marché local, devant Google et Mail.ru. D’ailleurs, les observateurs annoncent déjà qu’il sera compliqué d’attaquer Yandex et Google frontalement sur leur propre terrain, d’autant que Rostelecom n’a jusqu’à présent aucune expérience dans ce type de projet.

Médias en Russie‘s insight:

En vérité le projet était déjà en développement depuis quelques années. C’est la société russe « KM Media » qui s’en occupait et qui a été rachetée par Rostelecom l’année dernière.

Quand à l’utilité de ce nouveau moteur de recherche … Soit! Mais je ne comprends pas pourquoi l’État russe tout puissant veut créer un moteur de recherche à lui seul au lieu d’aider Yandex qui avec un support pareil aurait pu concurrencer Google à l’échelle mondiale ? N’est-ce un témoignage de la méfiance que l’État éprouve envers son secteur privé voire ses propres citoyens ?

See on www.clubic.com

Lire également sur notre blog:

Mail.ru annule la coopération avec Google et lance son propre moteur de recherche

mailru

Il parait qu’avec PRISM et le fait que Google transmette des données personnelles aux services secrets américains, Mail.ru décide de ne plus utiliser Google et de le remplacer par une solution interne.

Depuis 2004, Mail.ru travaille sur un moteur de recherche. Aujourd’hui, ils ont 200 personnes impliquées dans le développement de son moteur de recherche et une base de données de 10 milliards de documents rapporte EWDN.

Même si la décision du géant du web russe a été soufflée par le contexte politique actuel; la composante économique  ne doit pas être écartée, car Mail.ru payait 20 millions de dollars à Google pour utilisation de son moteur de recherche et était obligé d’utiliser les publicités Google dans les pages de résultats.

Un peu de statistiques

En juin 2013, les parts de marché des moteurs de recherche se divisent pour la Russie à 53% pour Yandex, 34,3% pour Google et 9% pour Mail.ru. Ces 9% représentent 39,5 millions de visiteurs pour le mois de mai 2013.

Source

Lire également sur notre blog :

Yandex fomente un projet d’une télévision personnalisée

YandexTV
Le géant de l’Internet russe Yandex est devenu une ressource média très influente à son insu: une société agrégateur de nouvelles, un moteur de recherche avec de nombreuses applications forment une image de la journée qui est souvent très différente de celle proposée par des chaînes de télévision fédérales.
La société Yandex Labs (une filiale de Yandex) en collaboration avec l’Université Carnegie Mellon développe un nouveau projet pour la télévision: la TV personnalisée contrôlée par des gestes. Une application spéciale analysera l’activité sociale des amis sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram et Foursquare, et proposera de visionner le contenu le plus populaire.
L’interface de cette application s’appuiera sur les gestes de l’utilisateur (téléspectateur) et sera assuré grâce au capteur de mouvements Kinect de Microsoft. Le projet de la télévision personnalisée est actuellement en phase test. Cependant, s’il se développe il sera vite adapté par les chaînes TV qui cherchent comment garder leur audience face à l’avancé rapide de la façon de regarder la TV en différé. Ceci pourrait même avoir une conséquence sur la qualité de l’information car les gens auront tendance choisir les émissions moins censurées (ce qui ne peut pas plaire au Gouvernement, bien évidemment). A suivre…
Lire également sur notre blog:

Yandex domine Google sur son propre terrain

See on Scoop.itMédias en Russie

Yandex-VS-Google

Dans le duel David contre Goliath de la recherche sur Internet, Yandex continue de prouver qu’on peut tenir tête au géant américain avec un bon produit. Le moteur de recherche russe (qui est coté sur le Nasdaq) voit augmenter le nombre de requêtes depuis le navigateur Chrome de Google jusqu’à 50,2% contre une régression de quelques points à 35% pour le leader mondial des moteurs de recherche. Ces résultats révélés par le site LiveInternet sont d’autant plus surprenants que Google est le moteur de recherche par défaut de Chrome depuis novembre 2011.

Parallèlement, Yandex a développé son propre navigateur, depuis lequel 89% des requêtes vont naturellement vers son moteur de recherche. Mais Chrome reste un terrain de bataille vital pour Yandex, car sa part de marché parmi les navigateurs progresse fortement (de 8,6% en janvier 2011 à 23,5% en décembre dernier). Chrome est aussi installé par défaut sur les smartphones Android (62,6% du marché russe). Autrement dit, le lancement de Chrome représentait une menace mortelle pour Yandex.

Selon une étude de Morgan Stanley publiée mercredi, Yandex devrait toutefois subir un léger effritement de sa part de marché au bénéfice de Google au cours de 2013, mais sans perdre sa position dominante. « Sa priorité doit être de mettre au point une stratégie internationale dans le développement et la distribution sur le segment des appareils portables », estiment les analystes de la banque, qui notent que Google fait une percée parmi les nouveaux et les jeunes internautes en province, particulièrement ceux disposant de revenus modestes.

Médias en Russie‘s insight:

Comme je le disais dans mon interview, bénéficiant d’un monopole quasi-total en Russie, où le secteur Internet et ses millions d’utilisateurs est en plein essor, les sociétés russes, dont Yandex, affichent désormais de plus larges ambitions et veulent conquérir l’étranger et ébranler le monopole de géants comme Google.

Voici une brève vidéo (mini-interview) de l’AFP avec Arkadi VOLOJ, Directeur Général de Yandex (leadeur de l’Internet russe).

Durée: 00:47 Lien: http://dai.ly/LGJnlg  via @Dailymotion

Rappelons également aux lecteurs que la part de marché de Yandex tous moteurs de recherches confondus dépasse les 60% tandis que le géant américain n’atteint pas encore les 25% en Russie.  Le géant du web russe est aussi un leader dans d’autres pays de la C.E.I. (ex-URSS) et a fait son entrée sur le marché turc en automne 2011 (cependant, sans beaucoup de succès, car il n’a obtenu que 1 % de part de marché sur le champs de bataille des moteurs de recherche).

See on www.latribune.fr

Lire également sur notre blog :

Internet, web et e-commerce en Russie

See on Scoop.it – Médias en Russie

La Russie est en 2012 le premier pays par nombre d’internautes dans la zone européenne. Il y a environ 80 millions d’internautes russes dont 20 millions à l’extérieur de la Russie (Allemagne: 50 millions; France 40 millions). 29 millions d’internautes russes passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux (dont les fameux odnoklassniki et vkontakte). 21 millions d’internautes russes sur mobile avec un taux de pénétration de smartphones d’environ 17% pour une consommation mensuelle en moyenne de 500 mo.

A noter que les chiffres indiquent 1,5 de téléphone par russe (il est courant d’avoir plusieurs téléphones) et que MTS, premier opérateur mobile russe avec 31% du marché a 70 millions d’abonnés ! (Orange en france en a 26 ou 27 millions). Les 2 autres principauex opérateurs mobiles du marché russe (Beeline et Megafon) ont 24% et 27% du marché, c’est-à-dire aussi d’énormes quantités d’abonnés.

La pénétration d’internet en Russie est de l’ordre de 50-60% avec de fortes disparités entre les 2 capitales Moscou et St-Petersbourg (où ce taux est sensiblement le même qu’en France) et la province. Parmi les 4 plus gros sites web d’Europe en nombre de visiteurs, 3 sont russes:

  • mailgroupe.ru* avec 79,5 millions de vus
  • Axel Springer avec 73,8 millions de vus
  • Yandex avec 71 millions de vus
  • Vkontakte.ru avec 67 millions de vus

Si les 3 premiers sont en fait plusieurs sites (comme quand le Figaro compte et annonce dans son audience plusieurs sites web), Vkontakte est UN seul site (sorte de Facebook à la mode russe). Singularité russe: Google est loin de faire la loi. Yandex est leader de la recherche avec environ 60% du marché devant Google (25%), mail.ru et rambler. On estime le marché du e-commerce russe à 10 milliards de dollars dont 8 milliards concernent des marchandises physiques. Cela représente 89 millions de commandes dont 45 millions venant des régions (c’est-à-dire d’autres endroits que de Moscou et St-Petersbourg).

Au niveau investissements, l’argent coule à flots sur, dans et sous .. le web russe.

En 2011 les principales opérations ont été bien sûr l’ IPO de Yandex (1,3 milliard de dollars) mais aussi les investissements de différents fonds dans:

  • Qiwi (150 millions de dollars par Mitsui&Co)
  • Vkontakte (112 millions de dollars par mail.ru cf Yuri Milner DST)
  • Ozon ( 100 millions par Rakuten, Alpha Associates, Index Ventures)
  • KupiVIP (55 millions par Accel Partners, Mangrove Capital, Balderton Capital)

Attention quand même à ne pas voir la Russie comme le nouvel eldorado formidable de l’internet.

La super machine Rocket internet et le roi de la blitzkrieg Oliver Samwer en a fait l’expérience. Tout d’abord la Russie est grande géographiquement mais pas aussi imposante économiquement (PIB de 1800 alors que la pauvre France qu’on voit tant en déclin en a un de 2800 ;-)). Beaucoup moins que les autres BRIC. Le PIB par habitant est de l’ordre de celui des habitants de la Polynésie française et de la Croatie.

L’IT russe est certes séduisant. 300000 personnes y travaillent dont à peu près 100000 dans le web (on estime à 100000 aussi le nombre de développeurs sur ces 300000 personnes) MAIS il est non seulement très difficile de recruter (et ceci d’autant plus que les jeunes et nouveaux diplômés sont moins nombreux qu’il y a quelques années car ils sont la génération née pendant la perestroika, génération moins nombreuse) mais aussi compliqué de garder les gens (car il existe en Russie une vraie inflation des salaires et un énorme turn-over).

Ne croyez pas avoir en Russie du développeur et du web-truc pas cher. A Moscou notamment les prix et coûts sont couvent plus élevés qu’en France. Si le salaire moyen d’un développeur russe est d’environ 1500 dollars, la différence est énorme entre Moscou, St-Petersbourg et les villes de province.

Enormément de projets internet et web lancés en Russie n’ont aucun intérêt économique et aucune viabilité. Cela peut être le résultat d’une lubie, d’un caprice ou d’une mode que finance pendant quelques temps un oligarche qui ne sait que faire de l’argent du pétrole et des ressources naturelles.

Des projets internet peuvent être aussi un excellent moyen de blanchir/noircir/sortir de l’argent de Russie car pour certaines fortunes, il vaut mieux avoir 50 sous sécurisés aux USA que 100 sous en Russie où on ne sait jamais ce que peut inventer l’état si une fortune a été faite en débordant trop de la route officielle ;-). Attention sur certains projets à en être conscient.

Source : tubbudev.com

Lire également sur les pages de notre blog: 

INTERNET: Les géants du web russe à la conquête du monde

See on Scoop.itMédias en Russie

Bénéficiant d’un monopole quasi-total en Russie, où le secteur Internet et ses millions d’utilisateurs est en plein essor, les sociétés russes affichent désormais de plus larges ambitions et veulent conquérir l’étranger et ébranler le monopole de géants comme Google.

Voici une brève vidéo (mini-interview) avec Arkadi VOLOJ, Directeur Général de Yandex (leadeur de l’Internet russe).  Durée: 00:47 Lien: http://dai.ly/LGJnlg  via @Dailymotion

Bio d’Arkadi VOLOJ (en anglais). A ce jour Arkadi est le plus grand actionnaire de Yandex. Il détient presque 20% des actions du groupe.

See on fr.news.yahoo.com