Pokémons reviennent en Russie

Les fans Pokémon de Russie pourront à nouveau visionner leurs épisodes favoris du dessin animé, puisque Pokémon et le diffuseur à accès libre russe 2X2 ont récemment signé une entente pour débuter la diffusion des séries et des longs métrages de Pokémon Company International pendant la durée de 5 ans.

Pokemon2x2La grande première aura lieu le 1 mai 2014 quand la chaîne va entamer la diffusion de la saison « Pokémon: Black & White ». En ce qui concerne  la nouvelle série : XY elle sera disponible sur 2×2 dès septembre prochain. Le sponsor de l’événement sera un partenaire de longue date de la marque « Pokemon » – la société Nintendo, qui en Octobre 2013 a sorti  le jeu vidéo « Pokémon X » et « Pokémon Y » pour les consoles Nintendo 3DS, Nintendo 3DS XL et Nintendo 2DS.

Cette nouvelle saison XY, qui est déjà en cours de diffusion dans plusieurs marchés à travers le monde, portera le nombre total d’épisodes Pokémon à près de 800.

2X2 se joint aux autres partenaires européens comprenant CITV au Royaume-Uni, Gulli en France, K2 en Italie, YEP! en Allemagne, Clan TV en Espagne, TV4 en Suède, TV2 en Norvège, VT4 et Club RTL en Belgique et Disney XD dans différents marchés à travers l’Europe. D’autres partenaires incluent Cartoon Network aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Amérique latine; Eleven en Australie; etv en Afrique du Sud; et YTV au Canada.

Source

La série animée russe à la 15e position du classement mondial des chaînes YouTube

En octobre dernier je vous ai parlé du classement mondial des chaînes YouTube Tubefilter* dans lequel les quatre (!) chaînes des séries animées russes ont été incluses. Aujourd’hui j’ai parcouru un nouveau rapport de Tubefilter et oh la surprise …

La chaîne de la série animée "Masha et l'Ours" monte à la quinzième position du classement mondial Tubefilter

La chaîne de la série animée « Masha et l’Ours » monte à la quinzième position du classement mondial Tubefilter

Non seulement toutes les quatre y sont présentes mais elles continuent à monter les échelons! Ainsi, mashamedvedtv (une chaîne de la série animée qui existe en russe et beaucoup d’autres langues dont le français) est désormais à la 15ème position (+27 depuis octobre 2013), un agrégateur de contenu familial getmovies est le deuxième – 32ème place (+8). Quand au leader automnal, une chaîne du dessin animé Luntik est devenue troisième avec 41ème position (-15) par rapport au classement fait en octobre ; La quatrième chaîne russe reste toujours celle de la série animée éducative fixiki : 81ème place (+12).

Une très belle performance! Bravo.

Je suis certain que les autres dessins animée auraient pu avoir un grand succès à l’international si ils étaient traduits en plusieurs langues étrangers (comme « Masha et l’Ours » ou bien « Luntik »…)

Source

Lire également sur notre blog:

(La note mensuelle Tubefilter a été créé sur la base de la plate-forme analytique OpenSlate, qui suit les statistiques de 50000+ chaînes YouTube).

Quatre chaînes d’animation russe dans le classement mondial Top 100 de Tubefilter!

TubefilterTop100Rus

Le mois dernier, quatre chaînes d’animation russe ont été incluses dans le classement mondial  Top 100 de Tubefilter(*).  Ainsi, la série animée éducative « Fixiki » (fixiki, 36 millions de visites par mois) s’est grimpée à la 93e place, une autre série, très populaire à l’étranger, « Masha et l’ours » (mashamedvedtv, 51 millions de visites par mois) a occupé 42e place, la chaîne Getmovies, un aggrégateur de contenu familial (getmovies) a enregistré 52 millions de visites lui assurant la 40e position.

Le champion (26e place dans la liste de Tubefilter) des chaînes YouTube russes a été celle de « Luntik », une célèbre créature duveteux tombée de la Lune qui essaye de s’intégrer dans un nouveau monde terrestre). Sa chaîne (Luntik) a cumulé 61 millions de visites par mois!..

Il est curieux de voir que parmi tout le contenu russe disponible sur YouTube seules les chaînes d’animation (l’industrie qui ne se porte pas trop bien) ont été remarquées. Est-ce un signe de la renaissance de l’animation russe? Pourvu que ce soit vrai et que nous assistions à la guérison de l’industrie qui commence à s’adapter aux nouvelles réalités de la distribution de contenu en ligne.

*(La note mensuelle Tubefilter a été créé sur la base de la plate-forme analytique OpenSlate, qui suit les statistiques de 50000+ chaînes YouTube).

Source

Lire également sur notre blog: 

La ballade de Babouchka, vive l’animation russe!

See on Scoop.itMédias en Russie
babouchka2_wzn

Ce film fait partie d’une série intitulée « La Montagne des Joyaux », une succession de dessins animés racontant des contes folkloriques russes. Chaque film se compose de plusieurs courts métrages, de 13 minutes chacun.

Un programme de 4 courts à l’esthétique variée et pleins de poésie, où des animaux rigolos transmettent aux plus petits un peu de l’âme slave et où on apprend, avant chaque épisode un peu de l’histoire de la Russie. Bref, un DVD Instructif et poétique en même temps!

Médias en Russie‘s insight:

Le DVD est édité par Arte Vidéo. Très bon recueil de compte de fées russes.

See on www.baz-art.org

Lire également sur notre blog les articles qui parlent de l’animation russe.

« Le parapluie » de Brassens en film d’animation russe

Vidéo

Bonjour chers amis. En fin de cette semaine Je vous propose de découvrir un petit film d’animation de Nikolai Bogayevski qui est une version russe du « Parapluie » de Georges Brassens interprété par Alexandre Avanessov.

ParapluieBrassens

>>> Voir la vidéo

Alexandre Avanessov est non seulement chanteur et musicien, mais aussi interprète et traducteur de talent. On peut dire que si Brassens était né Russe, il se serait nommé Alexandre Avanessov 🙂

Ses traductions sont fidèles, mais et là est le talent de traducteur d’Alexandre, reflète l’âme des versions originales.

Cette vidéo a été consacrée au 90-ème anniversaire de la naissance du poète. Donc, il ne s’agit pas la d’une commande richement payée, mais d’un élan d’âme, tout aussi modeste)

Bonne visualisation! Et bon weekend !

TF1 intéressée par une série d’animation russe

MIFA_Last_Day

Cet article fait la suite à la publication d’hier dans laquelle j’ai annoncé quelques nouvelles provenant du Marché International du Film d’Animation à Annecy. L’événement touche à sa fin et bien que plusieurs animateurs ne soient pas satisfaits de la sélection de cette année  les producteurs russes sont très content des résultats des rendez-vous professionnel. Voici quelques faits saillants :

  • Cadre du film d'animation "Hoffmanianda" (Soyuzmultfilm)

    Cadre du film d’animation « Hoffmanianda » (Soyuzmultfilm)

    D’abord, le studio Soyuzmultfilm, si chère à l’auteur de ce blog, a  tenu une série de réunions fructueuses sur la coproduction de « Hoffmaniada » (en russe: Гофманиада), un long métrage d’animation en volume qui a suscité l’intérêt des animateurs venant de France, de Canada, d’Angleterre et d’Allemagne. Le film sera basé les trois contes d’Hoffmann (Le Petit Zachée, Surnommé Cinabre, Le Pot d’Or et L’Homme au sable) où le personage principal sera Hoffmann lui-même. Il mettra l’accent sur la dualité entre l’univers imaginé de ses écrits et sa profession de la vie réelle  d’un commis de l’État (la narration sera basée sur les lettres et journaux intimes d’Hoffmann). Le projet requiert 3 millions de dollars environ pour être terminé et j’espère que cela se fasse vraiment, car les premières épisodes de Hoffmaniada ont été produites en … 2006. Et oui, cela fait 7 ans que le projet est en cours de réalisation, mais il faut dire ces dernières années n’étaient pas les meilleurs pour le studio Soyuzmutfilm.

  • La série "Macha et l'Ours" peut être connu en France sous le nom "Masha et Michka"

    La série « Macha et l’Ours » peut être connu en France sous le nom « Masha et Michka »

    Le dirigeant du studio Animacord  Dmitry Loveiko (a part des pourparlers productifs avec DreamWorks Animation) a vu les représentants de la plus grande chaîne de télévision française TF1 qui voulaient acheter les droits de diffusion de la série « Macha et l’Ours » (un projet à succès international dont les droits sont déjà vendus à une quarantaine de pays). « Macha et l’Ours » est une série de dessins animés comiques russes en animation 3D créée en 2009. Chaque épisode de 7 à 8 minutes parle des aventures d’une petite fille (Macha) pleine d’initiatives et de ressources dont le but principal est de s’amuser et de profiter de la vie avec joie.

  • Le projet « Défenseurs » du studio Mult a finalement reçu des offres de coproduction venant des animateurs canadiens, coréens et espagnols. Par ailleurs, la compagnie chinoise a proposé de faire un jeu informatique basé sur le sujet de la série.
  • Finalement, un distributeur de film israélien dont, on n’a pas droit de citer le nom, s’est montré très intéressé par des longs métrages russes pour organiser leur distribution dans les salles de cinéma en Israël.

Crayons_Geants

Le marché a été également productif au niveau des échanges culturels : le ministre de la Culture de France Aurélie Filippetti ainsi que les représentant de l’Ecole de l’Image Gobellins se sont rendus sur le stand commun de l’animation russe afin de discuter les projets de coopération. Ainsi, les premiers étudiants des Gobelins arriveront en Russie pour faire leurs stage dès le mois de Juillet ! Les animateurs russes ont offert les crayons géants qui décoraient leur stand aux collègues des Gobelins. Maintenant ces crayons seront exposés dans la salle de visionnement de l’Ecole à Paris.

Source: Association du film d’animation russe

Lire également sur notre blog : 

Les brèves du MIFA (Annecy)

Image

Parmi les dernières nouvelles arrivant du Marché International du Film d’Animation qui se tient à Annecy où la délégation russe est présentée par 15 sociétés, je peux mettre en valeur les suivantes :

  • Il parait que la société DreamWorks Animation a montré un grand intérêt pour l’animation russe. En tout cas, son représentant Shelley Page a passé toute la journée aux rendez-vous avec les chefs des studios russes, spécialisés en 3D. Selon ses paroles la Russie est une région très prometteuse pour DreamWorks car leurs films y recueillent les plus importantes recettes au monde. (sur la photo, à droite : Shelley Page s’entretient avec  Dmitry Loveiko, ANIMACORD (projet: Macha et l’ours) 
  • Série animée "Les animaux volants"  (Da!)

    Série animée « Les animaux volants » (Da!)

    Le film d’animation « Animaux volants«  de studio « DA! » a suscité un grand intérêt de la plateforme pour enfants Nemo. « DA! » a annoncé qu’il était au stade de la discussion des nuances du contrat.

  • Les producteurs canadiens ont été très intéressés par le projet « Défenseurs » de studio MULT. Les négociations sur la co-production possible sont en cours. 
  • "Belka et Strelka" ()

    Série animée « Belka et Strelka » (Kinoatis)

    Le dirigeant du studio KINOATIS (projet: Belka et Strelka) Vadim Sotskov a également tenu plusieurs réunions importantes avec les représentants canadiens, espagnols, chinois, indiens …

Tant mieux ! On attend avec impatience la fin du marché et les contrats signés ! 😉

Source: Association du film d’animation russe

Animateurs russes débarquent à Annecy

(mise-à-jour : 14/06/2013): le court métrage d'Anna BUDANOVA "Obida" a recçu le prix spécial du jury. Félicitations à Anna ! 

SoyuzMultfilm

En ce jour en 1936, le studio d’animation russe « Soyuzdetfilm » a été créé. Un an plus tard  « Soyuzdetfilm » est devenu « Soyuzmultfilm », un studio légendaire qui a crée d’innombrables chefs-oeuvre de  l’animation dont des générations de parents se sont servis (et continuent à le faire) pour éduquer leur petits. C’est également aujourd’hui qu’un des plus grands événements dans le monde de l’animation commence. Il s’agit du Festivals International du Film d’Animation d’Annecy qui se tiendra du 10 au 15 juin.

Obida_AnnecyLes animateurs russe y seront (bien sûr) présents. Quand au projet d’Anna BUDANOVA, son dessin animé de 9 minutes Obida (Offense) qui présente une histoire d’une petite fille dont les ressentiments prennent la forme d’une créature hirsute dont elle devient inséparable, a été choisi par les sélectionneurs pour la compétition officielle, section « Courts métrages ».

Trois autres dessins animés russes : Moya Mama Samoliet (Ma mère est un avion) de Yulia ARONOVA, The Snow Queen (La Reine des Neiges) de Maxim SVESHNIKOV, Vladlen BARBE et Buratino’s Return (Le Retour de Buratino) de Ekaterina MIKHAILOVA seront montrés hors compétition pendant le festival.

Les animateurs russes participeront aussi au Marché international du film d’animation (MIFA) où l’Association du film d’animation russe les rassemblera sous un seul toit. Au total 15 studios d’animation russes présenteront leurs nouveaux  projets et chercheront des opportunités de co-production avec les professionnels du monde entier. Ce sera notamment le sujet principal de la présentation « From Russia with Co » organisée par l’Association du film d’animation russe qui se tiendra Jeudi le 13 Juin à 17h.

Caviar et vodka seront offerts aux meilleurs cerveaux ! 🙂

Lire également sur notre blog :

Le Maître et Marguerite en dessin animé

En finissant cette semaine nous vous proposons de vous distraire un peu en regardant ce dessin animée russe qui est une jolie tentative d’adaptation du roman de M. Boulgakov.

MM

Le petit film dont il est question ici a été réalisé en 1997 (par Svetlana Petrova et Natalia Berezovaya), sous la forme d’un dessin animé, sobre et élégant. Ce qui est plutôt amusant, c’est que cette jolie réalisation ferait parfaitement l’affaire de book trailer (bande-annonce) pour donner envie de lire le livre.

Ce n’était bien évidemment pas l’intention de l’équipe qui a donné vie à ce projet, l’idée de faire des bandes-annonce pour des livres étant assez récente.

On retiendra aussi que c’est un petit tour de force d’adapter ce roman en un film de 2 minutes. En effet, beaucoup de réalisateurs ont abandonné devant l’idée de faire un long-métrage du roman de Boulgakov, qui, chemin faisant, a acquis la réputation d’oeuvre impossible à porter à l’écran.

À cet égard, une adaptation avait été réalisée par Vladimir Bortko en 2005. Résultat : un film de dix heures. Alors, faire de même en deux minutes, c’est plutôt impressionnant. Jugez plutôt.

Médias en Russie‘s insight:

Pari réussi! Bravo! Merci à @openculture pour la retrouvaille

Voir la vidéo: http://youtu.be/GmlWd15L0oQ

See on www.actualitte.com

Animation russe : une lutte pour le court-métrage

See on Scoop.itMédias en Russie (Le post ci-dessous est une traduction de l’article paru dans « Moskovski Komsomoletz » le 1 Avril 2013. Un homme légende de l’animation russe Garry Bardin y parle de ses projets, de l’état actuel de l’animation russe, des nouvelles technologies et la 3D…. (L’article a été traduit par l’équipe de « La Russie d’Aujourd’hui »)
GarryBardinEmployé par le principal studio soviétique d’animation Soyouzmoultfilm depuis 1975, M.Bardine y a créé 15 films, dont plusieurs ont remporté des prix à des festivals internationaux. Parmi ses œuvres figurent Bateau volant, Le Loup gris & le Petit Chaperon rouge, Le Chat botté, La nounou et Le vilain petit canard. En 1991, le réalisateur a créé son studio d’animation Stayer, qu’il dirige encore aujourd’hui.

Moskovskie Novosti : Les technologies numériques modernes ont-elles beaucoup changé l’animation ?

Garri Bardine : Moi, je suis un conservateur et j’utilise toujours une caméra 35 mm ordinaire. Je ne veux pas me presser. Je préfère travailler à la main, plutôt qu’utiliser l’ordinateur. Et le montage, nous le faisons à l’ancienne, sur la pellicule photographique. Nous tournons un film en utilisant plusieurs maquettes. Après, nous prenons des petits morceaux de la pellicule (5,6 ou 7 secondes) et nous les développons pour déterminer s’il y a des imperfections. S’il n’y en a pas, nous commençons le montage: nous avons une ancienne table de montage, fabriquée à Odessa. Cependant, plusieurs studios montent actuellement leurs films à l’aide de l’ordinateur en se servant  de logiciels de montage. 

Vous avez travaillé au sein du studio Soyouzmoultfilm après la dislocation de l’URSS. Est-ce que le marché libre qui est du coup apparu dans le pays, a fait changer l’industrie de l’animation ?

VilainPetitCanard

« Le vilain petit Canard » de Garry Bardine est sortie en France en 2011Ceux qui n’ont pas vu ce dessin animé, voici le lien http://goo.gl/GB9Bs

G.B.: L’essentiel pour les producteurs et les distributeurs, c’est de vendre le film, et ils s’intéressent donc exclusivement aux long-métrages. Mais l’animation, c’est souvent de la métaphore, qui privilégie le court-métrage, qui peut exprimer beaucoup de choses. Parfois, en dix minutes on peut dire ce qui ne peut être exprimé dans un long-métrage. Prenons par exemple Le Hérisson dans le brouillard par Youri Norstein – c’est un court-métrage métaphorique consacré à la découverte de l’Univers autour de soi, qui a une immense profondeur philosophique compressée en dix minutes. Toutefois, les producteurs veulent actuellement que les réalisateurs créent des grands films pour les montrer aux cinémas. Et si on produit parfois des court-métrages, ça se fait pour des festivals, tandis que les spectateurs ne peuvent pas les voir ni au cinéma, ni à la télévision.

Est-ce que la politique de l’État dans le domaine de l’animation est efficace ?

G.B.: Il y a trois ans, nous avons parlé à Vladimir Poutine. Lors de cette réunion, les réalisateurs d’animation se prononçaient sur les défis actuels et prônaient l’augmentation des fonds publics octroyés à l’industrie. On proposait de créer une académie d’animation pour restaurer l’industrie nationale et faire face à la concurrence étrangère, américaine et japonaise. L’État n’a pas réagi.

Quel est le secret du succès d’un film d’animation ? Est-ce qu’on peut combiner la profondeur et la popularité ?

… Lire la suite sur le site de la Russie d’Aujourd’hui

Commentaires

Ivan Maksimov, réalisateur d’animation et artiste, et sa vision de l’animation russe

Nos films animés sont plus humanistes et plus touchants, il y a plus d’amour. La raison pour cela est le conservatisme de nos enseignants. Pour la culture occidentale, c’est le postmodernisme qui règne, ils n’aiment pas des oeuvres qui sont consacrées à l’amour. C’est pourquoi j’aime plus l’animation russe. Nous sommes toujours en retard, et nous conservons donc nos traditions, bien que nous-même, nous ne le voulions pas.

Maria Terechtchenko, journaliste, sélectionneur du Grand festival russe d’animation

Les particularités de l’école russe d’animation sont malheureusement obscurcies par un manque de compétences techniques, un « manque de formation ». Notre animation possède certaines traditions et la volonté de les maintenir, mais les écoles spécialisées russes ne sont pas nombreuses, et plusieurs d’entre elles ne donnent pas une bonne formation (…) Il y a une autre tendance, très visible dans les films d’animation réalisés à des fins commerciales : nous pensons que le film doit être mignon. Et pour les animateurs américains, par exemple, c’est du passé. Si on regarde leurs séries d’animation pour les enfants, on peut voir que les personnages sont souvent non-conventionnels et même laids, mais cela présente un charme et une signification très particulières.

Gueorgui Vassiliev, producteur de la série éducative Les Fixiki

Durant les 20 dernières années, la Russie a investi dans l’industrie d’animation des centaines de millions. Au moins 4,6 millions d’euros de subventions sont repartis parmi les studios d’animation annuellement. Des projets réalisés à l’aide de ces fonds, nous voyons à la télé 20% ou moins. Durant les 20 dernières années, les studios ont produit des centaines de nouveaux films inconnus au public. Les animateurs ne sont pas en contact avec les spectateurs, il n’y a pas de feedback. Les studios produisent des dessins animés, sachant qu’ils ne sortira pas sur les écrans et ils peuvent faire ce qu’ils veulent.

Source 2

Lire également sur notre blog: