Un allié du Kremlin fait main basse sur le « Facebook russe »

See on Scoop.itMédias en Russie

Le groupe Internet russe Mail.ru a annoncé, mardi 18 mars, l’acquisition de 12 % du capital du premier réseau social russe VKontakte (VK), ce qui lui permet de devenir l’actionnaire majoritaire du « Facebook russe », agité par un conflit entre ses propriétaires.

MailRu_VkontakteLe portail contrôlé par le milliardaire Alicher Ousmanov possède désormais 52 % du capital de VK après avoir racheté Bullion Development, société qui détenait cette participation pour un montant non précisé. Bullion était jusqu’à présent détenue par Ivan Tavrine, directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile MegaFon, lui-même contrôlé par M. Ousmanov.

Conflit interne

Alicher Ousmanov, originaire d’Ouzbékistan et allié du Kremlin, est l’un des deux hommes qui monopolisent la propriété des médias en Russie, et de plus en plus celle des réseaux sociaux, depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000. Cette opération doit permettre au Kremlin d’étendre son emprise sur les médias.

Alicher Ousmanov, dont la fortune est estimée à 18,6 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros) par le magazine américain Forbes, possède également le quotidien Kommersant et des investissements dans les télécoms et la production de minerai de fer et de d’acier.

Cette acquisition formalise le contrôle du milliardaire sur VK au moment où le réseau se trouve agité par un conflit entre son jeune patron Pavel Dourov, soutenu par Mail.ru, et le fonds d’investissement United Capital Partners (UCP), à la tête de 48 % du capital.

UCP accuse M. Dourov d’avoir utilisé les ressources de VK pour créer l’an dernier l’application de messagerie instantanée Telegram, indépendante du réseau social, qui a remporté un vif succès. A la fin de février, il a menacé de s’en remettre aux tribunaux pour résoudre le conflit.

See on www.lemonde.fr

Publicités

Un pas en avant pour le marché de la vidéo en ligne en Russie

Bonjour mes chers lecteurs ! Le blog @mediasrusses est de retour après de longues vacances suivies des semaines de travail acharné 🙂 qui ne me laissait pas de temps pour vous informer du développement du marché audiovisuel russes. Et des nouvelles, il y en a.

russian_online_cinemas

Depuis que nous nous sommes quittés la loi ‘bancale’ contre le piratage sur Internet a été approuvé par le Président russe et elle est entrée en vigueur le 1 août, comme c’était prévu. Les mécontents ont été demandés de se taire (comme c’est souvent le cas en Russie) mais, de l’autre côté, les autorités n’ont pas commencé à appliquer la nouvelle loi pour tous les opérateurs en les donnant une période « de grâce » afin que chacun puisse s’adapter et il parait que cette décision a marché.

Concrètement, le plus grand réseau social VKontakte est en train de revoir ses relations avec les ayant droits en ce qui concerne la distribution de leur contenu en ligne. Ainsi,  la VGTRK (une compagnie pan-russe d’État de télévision et de radiodiffusion) a signé l’accord avec VKontakte selon lequel le réseau social aura droit de visionner le contenu du holding en plaçant la publicité au début de chaque émission. Les revenus de cette activité seront partagés moitié-moitié.  La VGTRK est allée encore plus loin en mandatant la société IMHO Vi (« Video International ») de développer un partenariat stratégique avec tous les réseaux sociaux et les plateformes de la téléphonie mobile pour la vente d’espaces publicitaires de ses vidéos.   Aujourd’hui près de 400 000 publicités de VGTRK sont visualisées chaque jour sur Internet et réseaux sociaux. Le holding a également ouvert ses chaînes officielles sur YouTube.

Mais l’initiative vient aussi de la part des distributeurs. Fin septembre, les cinémas en ligne russes ont décidé de former une association dont la fonction principale serait d’interagir avec les ayant droits (pour faciliter l’obtention de droits de contenu peu après la sortie) et des services de recherche (pour la promotion de sites avec un contenu légal). Les services tels que Amediateka.ru, 1tv.ru, Ivi.ru, Megogo.net, Molodejj.tv, Now.ru, Stream.ru, Tvigle.ru, Tvzavr.ru, Viaplay.ru et Zoomby.ru qui occupent un total de 10% du marché de la vidéo légale ont été parmi les premiers adhérents.

Donc, l’entrée en vigueur de la loi a été  un signal politique et psychologique important sur le changement du vecteur dans le développement du marché de la vidéo en ligne en Russie. Cependant, je suis persuadé que même si le mécanisme d’autorégulation du business a été lancé, la loi sera corrigée prochainement.

A suivre…

****

Selon ComScore (données août 2013) l’audience de téléspectateurs uniques de vidéo en ligne en Russie est de 60 millions (le marché est estimé à 45 millions de dollars) et grandit chaque jour. Selon les prévisions ce chiffre devrait atteindre 100 millions d’abonnés. 

Lire également sur notre blog:

Le réseau social russe VKontakte négocie avec les maisons de disque

See on Scoop.itMédias en Russie

music_vkontakte

Le premier réseau social en Russie, VKontakte, souvent accusé de permettre le piratage, négocie avec les principales maisons de disque pour que ses utilisateurs puissent écouter légalement de la musique en ligne.

Révélées vendredi par le quotidien Vedomosti, ces discussions avec Sony Music, Warner Music et Universal Music ont été confirmées à l’AFP par le « Facebook russe », qui revendique 210 millions d’utilisateurs enregistrés.

Leur objectif est de trouver un accord avec les maisons de disque « sans préjudice pour les internautes russes », a expliqué au journal le fondateur de VKontakte Pavel Dourov.

Jusqu’à récemment, le réseau social permettait à ses utilisateurs de mettre en ligne musique et films, disponibles aux autres membres. Mais le groupe se trouve sous la pression accrue des autorités russes, qui tentent de muscler la lutte contre le piratage notamment à la suite de l’entrée de la Russie dans l’Organisation mondiale du commerce.

Le Parlement russe a adopté fin juin une loi autorisant la justice à bloquer tout site qui diffuse un film piraté sur simple demande du détenteur des droits d’auteur.

Médias en Russie‘s insight:

Une décision opportune de Pavel Dourov qui est censée de sauver le géant du ruNet. Quand à la loi contre le piratage elle vient d’être approuvée par le Président russe Vladimir Poutine et entrera en vigueur le 1 août 2013. Une décision discutable (voir notre article : http://wp.me/p29tnH-tB), qui a  certainement été prise à la hâte ce qui pourrait semer le chaos dans l’Internet russe.

See on www.lesechos.fr

Lire également sur notre blog : 

La Russie attaque les pirates de l’Internet avec du napalm

 « Si par malheur le cordonnier commence à faire les tartes et le boulanger se lance dans la fabrication des chaussures  il n’y aura que des problèmes; c’est sûr. »

(I.A. Krylov,  « Le brochet et le Chat », 1813 )

russianpirates

La Russie a renforcé la lutte contre le piratage sur Internet en vue de son entrée à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2012, mais des dizaines de sites russes proposent toujours de télécharger gratuitement des films ou de les regarder en ligne. Parmi eux se trouve le plus grand réseau social russe VKontakte dont le succès doit beaucoup aux vidéos et la musique que ses utilisateurs exposaient sur leurs profiles en les rendant disponibles à toute personne ayant un compte sur VKontakte (inutile de dire que 90% de ce contenu était piraté).

Cette situation ne pouvait durer éternellement et le premier coût de tonnerre s’est retenti vendredi dernier quand les députés russes ont adopté une loi visant à lutter contre le piratage de films sur Internet. Cette loi va « mettre fin à la diffusion du contenu piraté sur le net », a affirmé un vice-président de la Douma (chambre basse) et député du parti au pouvoir Russie Unie, Sergueï Jelezniak. Pourtant malgré de bonnes intentions des représentants du peuple le projet a provoqué de vives critiques des géants du net qui y ont vu une menace pour le développement de leur industrie en Russie. En voici quelques unes de ces réactions :

googleicon« Cette loi menace toute l’industrie du net en Russie », a déclaré l’antenne russe de Google dans un communiqué envoyé à l’AFP.

yandex« C’est une mesure inadéquate et inacceptable (…) susceptible de freiner considérablement le développement de l’Internet en Russie », a dénoncé pour sa part le plus grand moteur de recherche russe, Yandex.

Pourquoi autant de critiques ?

Formulation floue, méthodes inefficaces.

Selon le texte de la loi, tout site diffusant des films piratés ou donnant les informations nécessaires pour pouvoir les télécharger peut être désormais bloqué par le tribunal municipal de Moscou sur demande du détenteur des droits d’auteur, y compris par une demande envoyée via Internet, sans attendre que l’ayant droit porte officiellement plainte. Le détenteur des droits d’auteur aura ensuite 15 jours pour enregistrer officiellement sa plainte auprès du tribunal. Si le plaignant ne le fait pas, le tribunal de Moscou doit ordonner le déblocage du site à l’expiration de ce délai.

Personne n’y parle comment les sites d’hébergement doivent veiller sur l’application de la loi : est-ce que les détenteurs des droits doivent soumettre le lien direct sur le contenu illégal ou bien l’opérateur doit le prendre à sa charge (une procédure très coûteuse et peu efficace).

« Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens. »

Selon le document, la lutte contre le piratage sera réalisée par les blocages des adresses IP des ressources qui hébergent du contenu illégal. Une pratique discutable car aucun opérateur ne peut se permettre de donner autant d’adresses IP dédiées à leurs clients. Des milliers de ressources utilisent les adresses partagées et la majorité des utilisateurs d’Internet ont des adresses IP dynamiques. Avec la nouvelle loi l’épée de Damoclès punira tous : coupables et non-coupables qui, par malchance, auront les mêmes adresse IP.

BlockIP

D’ailleurs, la logique saine aurait préférée la voie d’interdiction d’accès au contenu spécifique et non pas pour l’ensemble du site.

Bref, on voit bien que les auteurs de la loi ont élaboré le texte sans avoir demandé l’avis des représentants de l’industrie, ni tenu compte de la législation qui existe déjà dans d’autres pays (voir le Digital Millennium Copyright Act (DMCA)). Pire !  A l’origine, la loi devait concerner également les œuvres littéraires et musicales mais sa version définitive votée vendredi ne concerne que les films et les vidéos.

Cependant, les acteurs majeurs du RuNet (Internet russe) ont déjà commencé à paniquer. Tel le réseau social VKontakte que nous avons évoqué au début de cet article.  imagesLe fameux réseau qui compte 210 million d’utilisateurs enregistrés et près de 50 million de visiteurs uniques quotidiens a organisé le nettoyage général  en bloquant les compositions musicales ‘suspectes’ dans les comptes des utilisateurs ce qui a engendré une vague de protestations. Le ‘hashtag’ #вернитемузыкувVK (rendez-moi la musique dans VKontakte) est devenu vite une tendance principale dans le Twitter russe. Des mesures pareilles à l’égard de la vidéo vont inévitablement entraîner la migration des utilisateurs vers d’autres plateformes en fragilisant VKontakte qui ne bénéficiera plus de son titre de l’hébergeur principal du contenu audiovisuel de RuNet. Un scénario pareil offrira un avantage majeur aux ressources étrangers dont Facebook qui jusqu’à maintenant avait du mal à s’installer dans l’ensemble des pays de la C.E.I. (Communauté des Etats Indépendants).

Certes, il est encore trop tôt pour paniquer car la loi doit  être approuvée par le Conseil de Fédération (chambre haute du parlement) et promulguée par le président Vladimir Poutine. Mais si rien ne se passe (et il doit se passer quelque chose !) la nouvelle loi entrera en vigueur le 1er août 2013. Tout de même, selon mes perceptions et au vu des vacances parlementaires la discussion sera remise et le texte de la loi sera réexaminé et complété quelques mois plus tard.  

Lire également sur notre blog : 

Le fondateur du Facebook va en Russie

Le fondateur et PDG de Facebook Mark Zuckerberg se rend pour la première fois en Russie et doit rencontrer lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, féru de technologies, a indiqué vendredi la porte-parole de ce dernier.

« La rencontre aura lieu le 1er octobre », a déclaré Natalia Timakova, citée par les agences russes. Les deux hommes discuteront des perspectives de « coopération dans secteur de l’internet » à Skolkovo, dans la banlieue de Moscou, où doit s’élever la future Silicon Valley russe, un projet lancé par M. Medvedev lorsqu’il était président.

Cette visite intervient alors que le secteur de l’internet est en plein essor en Russie, un marché toutefois monopolisé par des sociétés locales. À la fin de l’année dernière, Facebook, avec une audience mondiale de plus de 800 millions d’internautes, comptait 9,3 millions d’utilisateurs russes, ont calculé les chercheurs de ComScore. Par comparaison, le réseau social russe VKontakte compte plus de 34,3 millions d’inscrits et Odnoklassniki (analogue russe de « Copains d’avant ») 27 millions.

Et pourtant, le fameux réseau social a classé la Russie parmi les pays prioritaires pour son expansion future. C’est aussi de Russie qu’est originaire l’un des principaux actionnaires étrangers Facebook, tête de liste des 200 hommes d’affaires les plus riches du pays selon Forbes, Alisher Usmanov. Mail.ru Group, contrôlé par le milliardaire, et DST, qu’il possède en partenariat avec Yuri Milner, ont gagné environ 2,44 milliards de dollars lors de l’introduction en bourse du réseau social.

Il est fort possible que Mark Zuckerberg participera également à l’un des programmes télévisés russes les plus regardés, « Vetcherni Ourgant » (Ourgant du soir) sur la Première chaîne. Le présentateur du programme et la direction de la chaîne ont refusé de commenter officiellement cette information, mais nous pouvons supposer que l’apparition dans ce show du soir (très populaire chez les jeunes actifs) n’apporterait que de bénéfices à « l’enfant chéri de Mark ». Il est à noter que les préparatifs de l’apparition de Mark Zuckerberg dans l’émission à succès de la Première chaîne ont commencé à l’avance. Dimanche 23 septembre, la chaîne a diffusé le film The Social Network sur le fondateur de Facebook, puis un documentaire sur ce sujet.

De toutes les manières cette visite a ébranlé le tissu médiatique de Russie ne serait-ce qu’à en juger par la recherche effectuée en langue russe Lundi dernier (la requête la plus fréquente sur Google était « Mark+Zuckerberg » 🙂 ).

Source

Lire également sur notre blog: