Le PDG de la Channel One Russia reçoit la Médaille d’Honneur au MIPTV

Le MIPTV, le premier marché mondial du contenu, a honoré cette année quatre grandes personnalités de la télévision internationale dont le PDG de la chaîne russe Channel One Russia Konstantin Ernst (ci-dessous).

Les lauréats de la Médaille d'Honneur du MIPTV 2014

Les lauréats de la Médaille d’Honneur du MIPTV 2014

C’est Monsieur Paul Zilk, Président de Reed MIDEM, qui a décerné Les Médailles d’Honneur au cours d’un dîner de gala, le mercredi 9 avril à l’hôtel Carlton de Cannes. 

Félicitons Monsieur Ernst car il l’a mérité ! Pourvu que cela l’inspire et l’aide à trouver une solution qui ferait de sa chaîne une entreprise qui génère un vrai profit. Rappelons à nos lecteurs que Channel One Russia a terminé l’année dernière avec une perte de plus de 1 milliard de roubles (20,3 million d’euro) . 

Voici quelques photos de la cérémonie: 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Qui est Monsieur Ernst ? 

13379393837Konstantin Ernst, CEO de Channel One Russie, Producteur TV et cinéma. Konstantin Ernst qui dirige depuis 1995 le premier réseau de diffusion russe, Channel One Russie, suivi par plus de 250 millions de téléspectateurs dans le monde, est l’une des personnalités les plus influentes des médias en Russie. Il fut notamment Chief Creative Director et scénariste des cérémonies d’ouverture et de clôture des jeux olympiques d’hiver de Sochi en 2014. Konstantin Ernst a lancé avec succès en Russie de très nombreux programmes TV locaux et internationaux tels que « Survivor », « Danse avec les stars », « Qui veut gagner des millions » et « The Voice ». Il fut d’ailleurs sept fois lauréat du TEFI Award décerné par la Russian Television Academy. Il a également produit de nombreux films à succès dont « The Turkish Gambit », « Night Watch », « Day Watch » et « My Love », nominé aux Oscars.

(*) Créée à l’occasion du 50ème anniversaire du MIPTV en 2013, la prestigieuse Médaille d’Honneur récompense les personnalités de la télévision internationale qui grâce à leur talent, leur leadership et leur passion ont grandement contribué au développement de l’industrie globale de la télévision et de sa communauté.

Lire également sur notre blog :

 

JO 2014 à Sochi: préparez vos télés !

Près de 90 pays, 3.000 athlètes, autant d’accompagnateurs, 13.000 journalistes: voici quelques-uns des principaux chiffres des jeux Olympiques d’hiver organisés à Sotchi qui vont commencer dans quelques heures (début de la cérémonie à 20:14 temps de Moscou).

Trois compagnies russes ont acquis les droits de diffusion des Jeux Olympiques 2014 à Sotchi qui seront diffusés sur les 11 chaînes : « Channel One », « Rossya 1 » et « Rossya 2 » et « Sport 1 HD » de VGTRK, ainsi que les sept chaînes du groupe NTV (les chaînes à péage de la famille NTV-PLUS sont incluses).

Sochi2014_CommencentAu total plus de 200 diffuseurs vont assurer la couverture des XXIIe Jeux Olympiques d’Hiver à Sochi.

En France, durant la quinzaine olympique, France Télévisions va consacrer deux cents heures de direct aux épreuves de Sotchi, soit quatorze heures par jour, de 7 heures à 21 heures. Il faut également ajouter neuf cents heures sur Internet avec un site dédié (FranceTVsport.fr/les-jeux-olympiques), où il sera possible de suivre quatre épreuves simultanément sur le même écran.

Et que les meilleurs gagnent !

Voire également l’infographie liée à ce sujet:

Le jeu de Takeshi Kitano prend ses racines en Russie

Takeshi_Castle_Russia

Le jeu télévisé japonaise « Le Château de Takeshi » (Takeshi’s Castle) créé par le réalisateur et acteur Takeshi Kitano, arrive cet automne en Russie où il sera adapté pour la première chaîne nationale « Perviy Kanal ».

Les candidats de « Takeshi’s Castle » sont invités à traverser une série d’épreuves physiques, à la fin desquelles seul un petit nombre de candidats participe à l’épreuve finale qui consiste à affronter  le compte Kitano et ses gardes qui défendent le château.

TakeshiCastle2En 2011 l’adaptation britannique du show a déjà été traduite en russe et mise à l’antenne du canal « 2×2 » sous le nom « Amusements japonais » (Японские забавы) qui continue à être diffusée jusque aujourd’hui. Quand à la version de « Perviy Kanal » elle deviendra la première adaptation russe de ce jeu délirant qui commence à prendre ses racines en Russie. BANZAAAAAAAAAAI ! 🙂  

Source

La première chaîne nationale tire le diable par la queue

On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte, et l’on boit goutte à goutte une vérité qui nous est amère.

  – Denis Diderot

ChannelOneLa principale chaîne de la télévision nationale Channel One est accusée de mensonge après avoir montré le final alternatif du jeu télévisé Crazy Games, (Intervilles), le format développé par Mistral Production (France). Cela parait tellement bizarre qu’on aurait pu croire à l’histoire racontée dans le film de Paul Michael Glaser The Running Man (où la télévision relaye largement la propagande mise en place par le gouvernement et modifie le final de son jeux-phare selon ses besoins).

Qu’est-ce qui s’est passé?

En bref, dans le Grand final du jeu Crazy Games animé par un suisse Olivier Grandjean, l’équipe de Russie a gagné le même nombre de points que l’équipe de Kazakhstan. Après quelques minutes de délibération le jury a décidé de décerner le premier prix au Kazakhstan. Ce qu’on voit clairement dans la vidéo n°1 (ci-dessous)

L'équipe kazakh gagne le final du jeu "Crazy Games"

L’équipe kazakhe gagne le final du jeu « Crazy Games »

Cependant, cette décision n’a pas plu à la direction de la première chaîne fédérale russe qui a décidé de « bacler » sa version du final. Dans les extraits diffusés on voit que le prix (très différent du prix officiel des Crazy Games) revient à la Russie et toute l’équipe est folle de joie: les gens se félicitent, dansent, chantent, certaines vedettes russes vont encore plus loin en disant qu’ils / elles ont toujours su (ils ont toujours cru) que le Russie remportera le final… Bref, c’est la fête, quoi! (Voir la vidéo°2 ci-dessous).

L'équipe russe fête "sa victoire" aux "Crazy Games"

L’équipe russe (elle aussi) fête « sa victoire » aux « Crazy Games »

La vérité a été révélée grâce à … Internet, bien évidemment, lorsque les blogueurs des deux pays voisins ont commencé à partager leurs joies.

Est-ce que le tournage de deux versions différentes a été prévu (autorisé) par les producteurs du jeu? Nous n’en savons rien. Si oui, pourquoi ne pas organiser une cérémonie de célébration commune aussi? Si non, … la télévision russe va très très mal puisque un petit mensonge (même dans le cadre d’un jeu ou d’une compétition internationale) restera un mensonge, une tromperie.

En attendant la fin de cette histoire nous avons envoyé la question à Olivier Grandjean via son site. Stay tuned et méfiez-vous de ce qu’on vous montre à la télé 🙂 ! 

Bilan de l’année 2012 à la télévision russe

watching_tvTout d’abord, il faut noter que l’année civile à la télévision russe est très semblable à celle aux Etats-Unis:  la période de diffusion « classique » court de septembre à mai ce qui fait que le Jour de l’An est souvent considéré comme l’équateur. Cependant, nous sommes tous des humains et tous les bilans sont traditionnellement faits à la fin de l’année civile.

Maintenant quand la 2012 est finie, faisons un court bilan sur ce qui s’est passé en 2012 sur le champs de bataille entre les chaînes de télévision; quels programmes ont généré plus d’audience etc. Le correspondant du quotidien russe Коммерсантъ (le Commençant) Arina Borodina va nous aider.

La première Troïka: celle qui perd moins – gagne!

La première troïka des chaînes TV : Channel One, NTV, Rossya 1

La première troïka des chaînes TV : Channel One, NTV, Rossya 1

Parmi tous les téléspectateurs âgés de plus de 18 ans (18+ – est la principale catégorie pour laquelle les plus grandes chaîne TV sont en concurrence les uns avec les autres), la première place revient …  à la chaîne NTV. Et oui! C’est la chaîne à trois lettres qui selon l’organisme de mesure d’audience TNS Gallup Russie est un leader inconditionnel en termes de la part d’audience moyenne quotidienne ( Du 1 Janvier au 23 Décembre 2012 la moyenne de la part d’audience journalière sur NTV était de 15,3% à Moscou et de 14,7% au niveau national (-0,4% par rapport au même période en 2011)). Channel One qui occupe la deuxième position a dû se contenter de 12,6%  d’audience moyenne journalière à Moscou et de 14,3% (-3,1% par rapport au même période en 2011) sur l’ensemble du territoire de la Russie. La médaille de bronze de cette course acharnée est revenue à la chaîne Rossya 1 du holding VGTRK: 11,9% d’audience moyenne pour Moscou et 13,8% (-2,1% par rapport au même période en 2011) pour l’ensemble du pays pendant la période entre le 1 Janvier et le 23 décembre 2012.

La deuxième Troïka: le cap sur la croissance.

La deuxième troïka des chaînes TV : TNT, CTC, REN (suivie par Channel Five)

La deuxième troïka des chaînes TV : TNT, CTC, REN (suivie par Channel Five)

En ce qui concerne les trois canaux de la deuxième troïka (CTC, TNT et Ren TV) – les différences dans les résultats par rapport à l’année dernière sont également à noter. Ainsi,  la chaîne CTC qui cible le public de 6 à 54 ans a recueilli 9,3% d’audience moyenne journalière ce qui est de 1,1% en moins par rapport à la période du 1 Janvier au 23 Décembre 2011. Notons, cependant, que la chaîne a fait quelques changements importants : de l’habillage général à l’orientation vers un public différent (de 10 à 45 ans) ce qui va avoir l’incidence sur les résultats à la fin de saison 2012/2013.

A l’instar de toutes les chaînes TV ci-dessus, les audiences de la TNT ont, au contraire, augmenté :  12,6% de la part d’audience moyenne en 2012 dans le secteur de 14 à 44 ans (+0,7% par rapport à 2011).

La REN TV, elle aussi, a vu ses chiffres à la hausse. Si en 2011 la chaîne avait généré la part d’audience de 5,1% auprès des téléspectateurs de 25 à 59 ans, elle a su dépasser cette barre de 0,8% pour arriver à 5,9% de la part d’audience moyenne en 2012.

Il faut dire que cette augmentation était d’autant plus importante pour la REN TV au vu du succès d’une autre chaîne fédérale: Channel Five dont la part d’audience moyenne hebdomadaire est passée de 3,3% à 5,4% en 2012 (+2,1%)! Le résultat est impressionnant. Tout le producteur de télévision peut vous dire qu’est-ce qu’un saut de 2% à 5% en terme d’audience moyenne … A cette allure Channel Five pourrait bien viser la troisième place dans la deuxième troïka des chaînes TV russes vers la fin de la saison  2012/2013.

« Les boosters » des audiences* 

En ce qui concerne les programmes, le Championnat d’Europe de Football a été le roi des audiences en 2012. Les matchs avec la participation de l’équipe nationale russe ont battu tous les records: presque 40% de la part d’audience pour le match Russie – Pologne; 37,6% et 37% pour les matchs Russie – République Tchèque et  Russie -Grèce respectivement. 

Pust Govorjat (Laissez-les parler) un talk-show d'Andreï Malakhov

Pust Govorjat (Laissez-les parler) un talk-show d’Andreï Malakhov

Le deuxième programme le plus populaire de l’année (du 1 Janvier au 23 Décembre) a été un talk-show « Пусть Говорят » (Laissez-les parler) sur Channel One. Ce talk-show de l’animateur vedette de la télévision russe Andrei Malakhov est un phénomène à la télévision nationale. Le format est à l’antenne depuis 2001 mais il continue de générer des audiences fantasmagoriques. Si vous regardez la liste des 20 meilleurs programmes de la télévision en 2012 les émissions du « Laissez-les parler » vont occuper 12 places sur 20 avec le chiffre le plus bas de la part d’audience à 26%! Dans le monde des médias on dit souvent que l’audience n’a aucun lien avec la qualité du programme: ce talk-show russe où on lave son linge sale en public en est le meilleur exemple.

Les films « Sniper 2 Toungouse » (35,2%) ou « Moscou ne croit pas aux larmes » (28,4%), les émissions consacrée aux débats présidentiels (28,5%), le journal télévisé de 22h « Vremya » (le temps), certaines épisodes de la série russe « Nid d’hirondelle » (26,6%) sur la chaîne Rossya 1 ou l’adaptation du célèbre format The Voice (26%) sont également dans la liste des Top-20 des émissions russes.

En parlant des meilleurs émissions il ne faut pas oublier quelques particularités : la parade  militaire sur la Place Rouge, traditionnellement regardé chaque année le Jour de la Victoire (le 9 mai) et le concours annuel de la chanson Eurovision (ou les grands-mères de Bouranovo ont fait un tabac) Les deux programmes ont enregistré la part d’audience de 36% et 40% respectivement.

En fait, si vous regardez les vingt premières programmes les mieux notées (tous genres confondus) vous verrez que les 12 places sur 20 sont occupé par les émissions de Channel One, les chaîne Rossya 1 et NTV y partagent la deuxième position avec 4 programmes chacune. La troisième place revient à CTC avec la projection des films d’animation en début de l’année dernier (par exemple:   » Les Trois Preux et La Reine de Chamakhan«   de Sergueï Glézine).

*Gardons toujours en mémoire notre remarque par rapport à l’année civile à la télévision russe, car toutes les stats de cet article ne tiennent pas compte des émissions de fin d’année fort capables d’apporter quelques changements dans le classement des émissions phares de la saison 2012/2013 qui se terminera au mois de mai prochain. 

Source

Lire également sur notre blog: 

L’homme politique russe et la télévision

« Qu’importe au succès des affaires
Qu’on soit d’accord pour les tenter,
Si l’on se jette en des partis contraires
Quand il s’agit d’exécuter?.. « 
I.A. Kriloff (« Le brochet, le cygne et l’écrivisse », Fables) 

La télévision et la politique en Russie allaient presque tout le temps ensemble; et pourtant les chaînes TV des partis politiques (à l’exception de celles du parti au pouvoir) ont rarement dépassé le stade d’un projet. Lors de deux dernières années, grâce à la banalisation des techniques et des outils nécessaires au traitement de la vidéo, la situation a changé et on voit maintenant certains de ces projets à voler de ses propres ailes.

Ainsi, le projet du parti communiste russe (KPRF), qui a commencé à s’intéresser à la télé en 2007 en créant sa propre chaîne YouTube, restait pendant très longtemps assez marginal. Aujourd’hui cette ressource compte plus de 2200 vidéos et plus de 10 millions de vues cumulées. Le lancement de sa propre chaîne TV, annoncé par le Chef du Département juridique et le secrétaire du Parti communiste Vadim Soloviev, s’inscrit bien dans le développement de ce projet. Mercredi dernier, Vadim Soloviev a communiqué à « RBC Daily » que 10 millions de roubles (300.000 dollars), issus des économies réalisées sur les frais d’impression et de distribution des tracts et des journaux du parti, vont être attribués chaque mois à la chaîne pour assurer son bon fonctionnement.

Ni le nom de la nouvelle chaîne (KPRF TV est le nom provisoire), ni sa date de lancement n’ont pas encore été dévoilés, mais les militants des 47 branches régionales du parti communiste ont déjà « du pain sur la planche », car « le Centre » les a chargés de la production des émissions de débat et d’actualité pour toutes les audiences. Au début, la chaîne de KPRF ne diffusera que sur Internet, mais Soloviev n’a pas exclu qu’elle passera en mode satellite dans le futur proche.

En même temps, les communistes ne sont pas les seuls passionnés de la radiodiffusion: un député éminent du gauche rival « Russie Juste », Dmitri Goudkov, travaille séparément sur un autre projet qui vise de créer une chaîne de télévision publique. La chaîne, qui prévoit de présenter les premiers pilotes de ses émissions en Septembre 2012 et espère attirer quelques personnalités de premier plan de la télévision publique fédérale sera diffusée sur Internet. L’idée de Goudkov est que les téléspectateurs potentiels mettent en commun les moyens pour créer leurs émissions en se mettant d’accord au préalable sur ce qu’ils souhaitent voir: « 100 roubles (3 dollars, n.d. @médiasrusses) par citoyen ce n’est pas énorme et cela suffira pour faire fonctionner la nouvelle chaîne avec le budget 100 000 roubles par mois « , – explique le député. Cette approche est très critiquée par les blogueurs russes qui considèrent que les gens  obtiennent déjà l’information qu’ils souhaitent sur Internet et n’auront donc pas besoin d’une chaîne télé (d’ailleurs, une chaîne semblable « TV Dozhd » existe déjà).

Quand au Kremlin, il envisage (lui aussi) de lancer en 2013 une chaîne de télévision publique indépendante en Russie afin de pouvoir équilibrer la télévision contrôlée par l’Etat.  Un beau projet que nous avons traité sur les pages de ce blog mais qui petit à petit s’éloigne des objectifs initialement prévus: le projet sera initialement financé par l’État et les dirigeants de la chaîne seront nommés par le Président.

En réalité la Russie a déjà eu sa chaîne publique. Elle s’appelait Obshestvennoe televidenie Rossii ou ORT (Télévision publique de Russie). Sa création a été entérinée par Eltsine en 1994. Mais son existence fut brève : assassinat du directeur général, changement de pouvoir et passage au statut de chaîne commerciale. Aujourd’hui, elle est devenue Pervyi canal (Première chaîne), un exemple flagrant de « propagande d’État ». Cette nouvelle chaîne publique réussira-t-elle a apporter quelque chose de neuf ou bien viendra-t-elle grossir les rangs serrés des chaînes officielles ?

Source

Lire également sur notre blog:

Euro 2012: Les chaînes russes augmentent des tarifs publicitaires de 50% par rapport à l’Euro-2008

L'attaquant russe Andrei Arshavin dans la publicité de Lays

L’attaquant russe Andrei Arshavin dans la publicité des chips

Le Championnat d’Europe de football a bien débuté non seulement pour l’équipe nationale, mais aussi pour les chaînes de télévision russes qui ont procédé à l’augmentation des tarifs publicitaires de presque 50% en comparaison avec le championnat précédent (2008).

Les deux chaînes principales qui ont partagé la retransmission des matchs (Channel One – 15 et Rossya-1 (Sport-1) – 16 dont le final) n’ont pas voulu suivre l’exemple des tarifs proportionnels pratiqués par TF1 et M6 et ont opté pour un tarif unique: 138 000 EUR le spot publicitaire de 30″ dans les matchs de poule (en guise d’exemple TF1 les facture à 98 000 EUR en moyen).

Cette inspiration doit en premier lieu au succès de l’équipe nationale de Guus Hiddink en 2008 où elle s’est inclinée face aux Espagnols en quart de final (ce qui est un grand succès pour la Russie). A l’époque le match Russie – Espagne a enregistré une audience de 70 millions de téléspectateurs; un record absolu pour ce type d’évènement qui reste imbattu.

Quand aux matchs d’ouverture (ici il est curieux de noter qu’au XXI siècle tous les premiers matchs de l’équipe nationale russe aux Championnats d’Europe de Football étaient avec une équipe d’Espagne), leurs audiences sont ci-dessous:

2004: Russie – Espagne (36 millions de spectateurs).

2008: Russie – Espagne (44 millions de spectateurs)

Et 2012?  Selon les premières estimations, 35-40 millions ont regardé le duel Russie – République Tchèque . A ces chiffres s’ajoutent plus de 180 000 de spectateurs des « fans zones » installé dans les grandes villes russes. Tout cela nous fait croire que les chaînes Russes pourront vraisemblablement récolter de bonnes recettes publicitaires à l’EURO-2012,  leur permettant d’équilibrer les investissements dans les droits de rediffusion.

PS: A l’étranger, 10,7 millions de personnes ont suivi le match en Allemagne (selon les données de l’ARD), et presque 6 millions personnes en France (5,9 million selon Médiamétrie).

Source

UPDATE : Après le dernier match (honteux) de l’équipe russe, à la suite duquel elle a été éliminée, il est possible que les chaînes aient un peu plus de mal à maintenir les mêmes tarifs pour les tournois à venir…