La série animée russe à la 15e position du classement mondial des chaînes YouTube

En octobre dernier je vous ai parlé du classement mondial des chaînes YouTube Tubefilter* dans lequel les quatre (!) chaînes des séries animées russes ont été incluses. Aujourd’hui j’ai parcouru un nouveau rapport de Tubefilter et oh la surprise …

La chaîne de la série animée "Masha et l'Ours" monte à la quinzième position du classement mondial Tubefilter

La chaîne de la série animée « Masha et l’Ours » monte à la quinzième position du classement mondial Tubefilter

Non seulement toutes les quatre y sont présentes mais elles continuent à monter les échelons! Ainsi, mashamedvedtv (une chaîne de la série animée qui existe en russe et beaucoup d’autres langues dont le français) est désormais à la 15ème position (+27 depuis octobre 2013), un agrégateur de contenu familial getmovies est le deuxième – 32ème place (+8). Quand au leader automnal, une chaîne du dessin animé Luntik est devenue troisième avec 41ème position (-15) par rapport au classement fait en octobre ; La quatrième chaîne russe reste toujours celle de la série animée éducative fixiki : 81ème place (+12).

Une très belle performance! Bravo.

Je suis certain que les autres dessins animée auraient pu avoir un grand succès à l’international si ils étaient traduits en plusieurs langues étrangers (comme « Masha et l’Ours » ou bien « Luntik »…)

Source

Lire également sur notre blog:

(La note mensuelle Tubefilter a été créé sur la base de la plate-forme analytique OpenSlate, qui suit les statistiques de 50000+ chaînes YouTube).

Publicités

Quatre chaînes d’animation russe dans le classement mondial Top 100 de Tubefilter!

TubefilterTop100Rus

Le mois dernier, quatre chaînes d’animation russe ont été incluses dans le classement mondial  Top 100 de Tubefilter(*).  Ainsi, la série animée éducative « Fixiki » (fixiki, 36 millions de visites par mois) s’est grimpée à la 93e place, une autre série, très populaire à l’étranger, « Masha et l’ours » (mashamedvedtv, 51 millions de visites par mois) a occupé 42e place, la chaîne Getmovies, un aggrégateur de contenu familial (getmovies) a enregistré 52 millions de visites lui assurant la 40e position.

Le champion (26e place dans la liste de Tubefilter) des chaînes YouTube russes a été celle de « Luntik », une célèbre créature duveteux tombée de la Lune qui essaye de s’intégrer dans un nouveau monde terrestre). Sa chaîne (Luntik) a cumulé 61 millions de visites par mois!..

Il est curieux de voir que parmi tout le contenu russe disponible sur YouTube seules les chaînes d’animation (l’industrie qui ne se porte pas trop bien) ont été remarquées. Est-ce un signe de la renaissance de l’animation russe? Pourvu que ce soit vrai et que nous assistions à la guérison de l’industrie qui commence à s’adapter aux nouvelles réalités de la distribution de contenu en ligne.

*(La note mensuelle Tubefilter a été créé sur la base de la plate-forme analytique OpenSlate, qui suit les statistiques de 50000+ chaînes YouTube).

Source

Lire également sur notre blog: 

YouTube et la télévision russe

Sport, cuisine, voyage, animaux, séries, dessins animés, films d’horreur il y a du tout sur YouTube qui a récemment élargi son offre en autorisant les chaînes payantes sur abonnement. Tout est là pour que « la télérévolution » (changement global du mode de consommation des programmes TV) prônée par le fondateur de Google Sergey Brin se passe en Russie qui occupe la 5ème position pour le trafic mensuel en provenance de YouTube généré par 51 million utilisateur actifs.  Cependant, à la différence des Etats-Unis les chaînes thématiques YouTube n’ont pas encore percé en Russie; Beaucoup de questions se posent dont la plus importante est sur l’acceptation de payer pour un service dont les internautes bénéficiaient gratuitement depuis huit ans. 

YouTubeRus

Néanmoins, des chaînes de télévision russes, jusqu’à récemment très réticentes à ‘libérer’ leur contenu, commencent à s’agiter un peu plus en créant leurs propres chaînes YouTube. Très soucieuses de la chute des audience elles sont de moins en moins sceptiques par rapport aux nouvelles niches de distribution. En voici quelques exemples :

A la fin de 2012 Perviy Kanal avait signé un accord avec YouTube selon lequel la plateforme de Google a reçu les droits non-exclusifs sur quelques 3500 heures de contenu qui ont servi la base pour la création de la chaîne 1TV (+/- 140 000 abonnés).  D’autres services russes d’hébergement vidéo ont tenté d’obtenir le contenu de la première chaîne nationale (ex:  ivi.ru) mais aucun contrat n’a jamais été signé. Quand à YouTube, elle est devenue la première et la seule société légitime à diffuser le contenu de la chaîne sur Internet.

A la différence de Perviy Kanal, la chaîne NTV était assez présente sur l’Internet, car quelques-unes de ses émissions ont été diffusées sur les portails vidéo RuTube et Now.ru (les deux, comme NTV, appartiennent à Gazprom-Media). La création de la chaîne officielle de NTV sur YouTube (+/- 36000 abonnés) a été un prolongement de sa politique d’ouverture.

Rossya, la troisième chaîne de la grande ‘troïka’, est malheureusement le mauvais élève. Comme toutes les chaînes de la compagnie pan-russe d’État de télévision et de radiodiffusion (VGTRK), elle est très peu présente sur YouTube. Cela s’explique en partie par le fait que le contenu de la VGTRK a été longtemps représenté sur Zoomby.ru – un autre ressource russe qui avait un contrat d’exclusivité sur la distribution des programmes du holding ; Aujourd’hui ce n’est plus le cas, mais … bien que l’exclusivité ait été levée, le holding média n’a pas encore pu se mobiliser pour élaborer la stratégie de sa présence sur YouTube. Les résultats en témoignent :  les versions YouTube des chaînes thématiques de VGTRK (elle en a dix actuellement et réfléchit à la création de la onzième) ont été créées sporadiquement et rares sont celles qui dépassent la marque de 3000 abonnés. Les paroles du directeur adjoint de la VGTRK Dmitry Mednikov ne font que confirmer notre observation : « Nous donnons des miettes à YouTube.. – dit-il dans son interview à Cinémotion Lab, – notre principal partenaire reste Zoomby ».

YouTube gagne du terrain et commence à bénéficier de la notoriété non seulement chez les producteurs de contenu (chez certains la collaboration avec YouTube rapporte plus que la distribution classique) mais aussi chez les grande chaînes de télévision et des holdings médias. Si les dirigeants du groupe CTC Media ont tous été adeptes de la stratégie de distribution du contenu via son propre service de streaming (Videomore), ils commencent à s’incliner vers l’utilisation des services tiers. La chaîne YouTube de CTC Media compte plus de 46000 abonnés.

RussiaTodayYouTube

La chaîne RT – le meilleur élève de la fac ‘YouTube’ en Russie (835 000 abonnés)

De façons générale les sociétés de télévision russes ont compris que les téléspectateurs loyaux vont continuer à aller sur leurs sites-web ou bien brancher la télé à l’heure précise pour regarder leurs émissions préférées. Quand à d’autres portails vidéo, ils ne sont plus perçu comme des ennemis mais comme des ressources qui sont capables d’apporter à la chaîne des revenus supplémentaires sans trop compromettre leurs audiences. Malgré tout, le temps des chaînes  YouTube à péage n’est pas encore au rendez-vous. Même les chaînes les plus populaires sur YouTube n’y pensent pas encore. La chaîne d’information du Kremlin Russia Today en est la meilleur exemple. Très connectée, avec plus de 800 miles abonnés et le nombre de visionnage qui se rapproche du milliard elle réalise un chiffre d’affaire de $1,5 million de dollars issu de la collaboration avec YouTube (partage des recettes publicitaires) et, selon les communiqués de presse récents, ne veut rien changer.  Pour la majorité des producteurs russes à succès le partage des recettes restera le juste milieu pour l’instant.

Via

Lire également sur mon blog:

Luntik – un nouveau milliardaire de l’animation russe

Selon le communiqué sur le site de l’Association des producteurs de cinéma et de la télévision paru le 22 novembre, une vedette de l’animation russe pour les enfants d’âge préscolaire Luntik a enregistré un milliard de visionnages sur sa chaîne YouTube et peut désormais s’aligner sur des célébrités mondiales comme Michael Jackson ou Britney Spears dont les chaînes officielles attirent un nombre pareil de spectateurs.

« Les aventures de Luntik » c’est l’histoire d’une petite créature duveteux (Luntik) qui est tombée de la Lune sur la Terre et essaye de s’intégrer dans un nouveau monde. En l’explorant Luntik rencontre de nouveaux amis, apprend à communiquer, à être poli, tolérant et finit par trouver une famille d’acceil chez les abeilles. La majorité des personnages de la série sont de petits animaux: insectes, poissons, crapauds, vers; certains sont des adultes, d’autres – les enfants; dans ce monde chacun a son caractère mais nul n’est méchant. C’est la particularité du dessin animé ce qui fait que les histoires racontées sont toujours très gentilles, chaleureuses et extrêmement positives. Chaque épisode ne dure que six minutes et représente une histoire finie vécue à travers les yeux  d’enfant avec un moral (ou la conclusion) prononcé par la voix adulte à la fin.

Succès commercial

Luntik est la plus longue série animée pour enfants dans l’histoire de l’animation russe. Le premier épisode est sorti sur les écrans en 2006.  Pendant ces 7 ans Luntik et ses amis étaient parmi les personnages les plus populaires chez les enfants. Les licences pour les produits dérivées (des jouets, des livres, des friandises, des jeux éducatifs, des articles de sport, des ordinateurs, – au total plus de 3000 articles) ont assuré le succès commercial pour les auteurs du dessin animé (studio de film d’animation « Melnitsa » (un moulin) de Saint-Pétersbourg). Quand à l’Internet, il s’est avéré un excellent moyen de distribution qui apporte des dizaines milliers de dollars supplémentaires grâce à la monétization du contenu sur la chaîne YouTube (chaque épisode du dessin animé est précédé par une annonce publicitaire).

Aujourd’hui, « Les aventures de Luntik et de ses amis » se compose de 389 épisodes; 50 nouveaux épisodes sont en production et sortiront aux écrans en 2013.

Source

Pour plus d’info sur Luntik et son univers : http://www.luntik.ru/ (en russe)