Les JO à Sotchi ont rapporté 2 milliards de roubles aux chaînes TV russes

Bonjour Chers lecteurs,

Cela fait longtemps que je n’ai pas dit un mot sur les médias en Russie ce qui est dû au charge de travail que j’ai actuellement. Je m’excuse auprès de vous pour l’irrégularité de mes postes et je vous invite à m’envoyer un petit message si un sujet particulier vous intéresse. Entre temps,  j’ai décidé de tourner la page des JO à Sotchi 2014 en vous proposant quelques stats intéressantes…

SochiBroadcasting

Il est connu que les événements de cette taille attirent des grands annonceurs qui remplissent les caisses des diffuseurs. Les JO à Sotchi ont également généré plus de 2 milliards de roubles (plus de 40 millions d’euro) en recettes publicitaires ce qui a permis aux chaînes de télévision Rossya 1, Rossya 2 et Channel One Russia de rembourser les frais engagés pour l’acquisition des droits de diffusion (1,6 milliard de roubles). La banque russe Sberbank (Caisse d’Epargne) est devenu l’annonceur le plus actif des Jeux Olympiques.

D’après l’étude de « Quendi RusMediaAudit » la première chaîne russe (Channel One Russia) a obtenu entre 55-65% de recettes en attirant 29 grandes marques contre 18 pour la chaîne du holding VGTRK Rossya 1. Quand au prix du spot publicitaire, c’est aussi Channel One qui détient le record: plus de 250 000 roubles HT (50 000 euro HT) pour un point GRP (« gross rating point » correspond au nombre moyen de contacts publicitaires obtenus sur cent individus de la cible visée) lors de la cérémonie d’ouverture et de clôture.

Audience booster par excellence. 

ChelVtykaetAu total, selon les estimations de TNS Russie, plus de 63,7 millions de Russes, soit 93,5 pour cent de l’audience de la télévision russe, ont suivi les Jeux Olympiques du 7 au 23 février 2014 La cérémonie d’ouverture a elle seule a attirée 40,8 millions de Russes. Belles performances, rien à dire.  Une très forte augmentation de l’auditoire a été remarqué sur toutes les chaînes qui diffusaient des épreuves olympiques. Ainsi, la part d’audience 18+ de la chaîne Rossya 1 a augmenté de 14% dans la période pré-olympique pour atteindre à 16,5% au cours des Jeux. Quand à sa sœur Rossya 2, une chaîne publique entièrement consacrée à la diffusion des événements sportifs, son audience a fait un bond de 2% à 4,9% ! A ne pas oublier la part d’audience de la chaîne thématique à péage Sport 1 qui a bondi de 0,2% à 1,1% soit plus de cinq fois.

Et en France? 

Les diffuseurs exclusifs des JO France 2 et France 3 ont gagné respectivement 400 000 et 200 000 téléspectateurs quotidiens : l’audience moyenne de France 2 pendant les deux semaines des JO a monté à 1,7 million de personnes ( 17,3%) par jour contre 1,3 million (13,9%) pendant le mois précédant les JO. Pour France 3, l’audience moyenne a atteint 1,1 million (11,1% de l’audience) pendant les Jeux contre 907 000 (9,5%) le mois précédent (source).

Deuxième écran en plein boom.

Les chercheurs ont également noté un intérêt accru pour les Jeux Olympiques sur Internet. Ainsi, l’application de VGTRK pour les écrans connectés (dont les téléviseurs avec la technologie SmartTV) a été installée  par 7 millions d’internautes parmi lesquels se trouve votre aimable serviteur 🙂  Le portail sportif Sportbox a attiré plus de 15 millions d’utilisateurs uniques pendant la période des Jeux Olympiques (2 millions d’utilisateurs par jour en moyenne, un visiteur sur cinq a consulté la ressource à partir d’un appareil mobile).

A lire également : 

Publicités

Le seigneur des anneaux aux JO de Sochi: un saga continue…

« …Les gros chiens diront, et pour cause : « C’est un carlin qui se défend ! II faut qu’il soit fort, puisqu’il ose aboyer contre un éléphant ! « 

       ( Ivan Krylov, « Eléphant et le carlin », Fables)

olumpiarongad-sotsi-67771295

Sochi, Сочи, Sotchi… c’est le sujet qui envahit actuellement tous les médias. Certains se concentrent sur la performance des meilleurs athlètes, d’autres courent auprès des scandales : des hôtels hors normes, des pistes trop dangereuses, et au final, un anneau olympique qui ne s’allume pas pendant la cérémonie de l’ouverture. Le dernier incident, d’ailleurs, a engendré une large polémique autour de la censure, de la liberté de la presse en Russie, car le couac est passé inaperçu pour les téléspectateurs russes (les images de la cérémonie ont été diffusées avec une quinzaine de secondes de retard par rapport au direct depuis le stade. Ce temps a permis à la télévision russe de remplacer le direct par une image de la répétition pour camoufler ce ratage).  

« Censure! Tricherie! et … sacrebleu Poutine et ses jeux pourris »  – voilà ce qu’on pouvait lire dans la presse  française quelques minutes après cet incident. Et vous savez quoi? Y-en-a marre de ces journalistes ignorants assoiffés des scandales dont le but est d’accuser la Russie à tord et à travers pour rester du bon côté de la tendance (voir mon épigraphe en haut).  Mais, commençons par le début :

7692185Quelle censure ?  

Même le producteur de la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques de Sotchi l’a reconnu. «Lorsque que nous avons compris avant tout le monde, en quelques secondes, que le cinquième anneau ne s’ouvrirait pas, nous avons décidé d’utiliser l’image de la répétition», a déclaré le producteur Konstantin Ernst dans la nuit de vendredi à samedi, après la grandiose cérémonie d’ouverture des jeux. «Nous n’essayons pas d’en faire un secret, il n’y a là rien de scandaleux», a estimé M. Ernst, également patron de la chaîne de télévision pro-pouvoir russe Pervyi Kanal.

Et si vous appelez cela la censure, alors comment qualifierez-vous la décision des chaînes françaises de ne pas monter leur chef d’état ivre lors d’une conférence de presse au sommet du G8 ? (un rappel) Ou bien une nouvelle plus récente?

Quelle tricherie ? 

Oui, d’accord, un anneau ne s’est pas allumé ce qui a gâché un peu l’atmosphère pour les spectateurs présents au stade Fisht à Sochi. La direction de la chaîne russe a décidé d’intervenir pour que leurs téléspectateurs ne soient pas déçus. Point.

Vous avez cherché le scandale? Vous l’avez eu à la France 2. Une autre chaîne a décidé autrement ce qui ne vous concerne point. Et pour vous dire la vérité … il y avait pire. Vous pouvez lire cette histoire sur mon blog, ou bien celle-ci, ou encore celle-là pour avoir l’idée de la tricherie et de la censure à la télévision qui dérangent.

Sacrebleu Poutine et ses jeux pourris ? 

Complètement hors sujet. La cérémonie d’ouverture (bien supervisée par le président russe) a été un spectacle grandiose dépourvu de la politisation extrême et de la propagande quelconque. Les organisateurs ont su monter la culture russe et l’histoire de la Russie au-delà des clichés « mishka, matreshka, vodka, balalaika ». Et je les en remercie. Mieux que cela, Monsieur Poutine, autant critiqué pour ses propos anti-gay, a agit comme un vrai troll en invitant  le groupe russe d’électro-pop t.A.T.u., formé par deux chanteuses connues pour leurs mises en scènes et vidéos de relations lesbiennes, à la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques de Sotchi. Et (oh my God!) pendant la cérémonie, la délégation russe a défilé sur un mix de Queen (carton jaune) et d’une chanson de t.A.T.u.  (carton rouge!)

Quel beau message à tous les journalistes-empesteurs qui ont tant spéculé sur ce sujet avant les JO et qui continuent à se plaindre de la mauvaise organisation des jeux et de leurs conditions de travail à Sotchi. Mais nous, nous connaissons bien qu’un mauvais ouvrier blâme toujours ses outils, n’est-ce pas… Pour eux, j’ai un nouveau sujet à développer: Savez-vous pourquoi c’est l’anneau rouge qui ne s’est pas allumé ? 🙂 Cherchez la réponse est sur l’image ci-dessous. Et bon fin weekend!  

L'anneau rouge symbolise bien l'Amérique.

TIP: L’anneau rouge symbolise  l’Amérique

Couverture des JO d’hiver 2014 de Sotchi par RIA Novosti

Le groupe RIA Novosti a montré qu’elle était prête à couvrir les Jeux olympiques de 2014 à Sotchi comme agence hôte nationale et pool photo.

« RIA Novosti a également inauguré de nouvelles technologies lors de l’Universiade 2013, qui ont permis de porter la rapidité de transmission des informations – notamment visuelles – à un niveau jamais vu sur le marché médiatique russe. Nos lecteurs et abonnés pouvaient déjà voir les photos des compétitions seulement quelques dizaines de secondes après l’événement », a commenté Maxime Filimonov, premier rédacteur en chef adjoint de RIA Novosti.  Ci-dessous vous pouvez étudier l’infographie qui dévoile le dispositif déployé par l’agence pour les JO 2014 :

Sochi2014_par_RIA_Novosti

Source