Les voyages interplanétaires en Russie soviétique

La nuit du 12 avril 1961 au cours de laquelle Youri Gagarine devenait le premier homme à accomplir un vol dans l’espace est rentrée dans l’histoire de l’humanité. Depuis, la Journée mondiale de l’astronautique est célébrée un peu partout dans le monde ; Cependant, il faut admettre que c’est bien avant cette datte que l’homme a commencé une exploration de l’espace à travers des livres et des films. Le Voyage dans la Lune (1902) de Georges Méliès en est un bon exemple. Quand aux vols interplanétaires c’est bien le réalisateur russe Iakov Protazanov qui, il y a 90 ans, a tourné un film de science fiction d’après un roman d’Alexei Tolstoï.

Aelita

Affiche du film en 1927, par Izrail Bograd

Aelita (1924) était le premier film à gros budget fait en Russie soviétique.  En dehors du kitsch martien à la sauce bolchevique (le film a servi la propagande bolchevique pour faire la comparaison entre la Russie de 1921 et Mars qui est devenue une planète capitaliste), l’oeuvre de Iakov Protazanov a une véritable importance historique. D’un côté, le film documente de manière très réaliste l’ambiance qui régnait à Moscou (où de nombreuses scènes se déroulent) durant la Nouvelle Politique Économique post révolutionnaire. D’autre part Il s’agit de l’unique superproduction du cinéma soviétique : une distraction populaire, politiquement correcte, mais capable de concurrencer l’envahissement du cinéma hollywoodien. D’ailleurs, les décors incroyables et avant-gardistes réalisés par Alexandra Exter et son protégé Isaak Rabinovich seraient bientôt repris par Fritz Lang dans Métropolis.

Synopsys

aelita (1)L’histoire s’inspire d’Pendant les difficiles années du communisme de guerre, l’ingénieur Los construit un appareil destiné à voler vers la planète Mars. Ce qui le stimule dans l’accomplissement de cette invention, ce n’est pas tant le rêve de découvrir des mondes inconnus que les innombrables difficultés quotidiennes qu’il rencontre sur la Terre. Loss veut quitter cette Terre maudite, ou l’on a faim et froid , ou le voisin de palier fait une cour assidue à sa femme.  Après une querelle conjugale,  Loss dans un  accès de jalousie tire sur sa femme et s’enfuit de la maison, décidant de s’envoler immédiatement sur Mars…

Si vous êtes intéressé je vous recommande de lire un très bon article de Franck Lubet sur le film Aelita. Vous pouvez même regardez le film complet avec les sous-titres anglais sur YouTube. Sinon, je sais que la compagnie RUSCICO a fait une belle édition DVD avec des sous-titres français qui est disponible ici au prix de 12 euro.

PS: C’est juste intéressant de remarquer que la planète Mars sera plus proche de nous que jamais ce lundi 14 avril. 🙂 Vous pouvez l’observer à l’œil nu et si le temps le permet, peut être, seriez-vous capable de distinguer les descendants de l’ingénieur Loss 😉 

D’autres articles sur notre blog: 

Publicités

MGM achète les droits d’adaptation de « Metro 2033 »

Le livre de SF post Apocalypse « Metro 2033« , écrit par le russe Dmitry Glukhovsky, fera prochainement l’objet d’une adaptation au cinéma par la MGM, qui vient d’acquérir les droits, après être passé avec succès par la case jeux vidéo.

Le studio MGM vient de se porter acquéreur des droits d’adaptation de l’excellent roman de SF post-apocalyptique Metro 2033, énorme succès en librairie signé par l’écrivain russe Dmitry Glukhovsky. Le film sera produit par Mark John, tandis que Scott Frazier a été chargé de plancher sur un scénario adapté du touffu roman. Ce dernier a entre-autre sur son tableau de chasse les scripts de Donnie Brasco, Narnia, et Good morning Vietnam. Prochaine étape, trouver un réalisateur.

Metro 2033 a déjà fait l’objet d’une remarquable adaptation en 2010, sous forme de jeu vidéo. Développé par le studio ukrainien 4A Games, le jeu se présente sous la forme d’un jeu de tir en vue subjective. Bien qu’un peu trop linéaire, loin de la liberté d’un jeu comme STALKER, le titre offrait néanmoins une extraordinaire ambiance. Sa suite très attendue, baptisée Metro Last Light, est prévue courant premier trimestre 2013.

Synopsis du livre.

2033. Une guerre a décimé la planète. La surface, inhabitable, est désor­mais livrée à des monstruosités mutantes. Moscou est une ville aban­donn­ée. Les survi­vants se sont réfu­giés dans les pro­fon­deurs du métro­politain, où ils ont tant bien que mal orga­nisé des micro­sociétés de la pénurie. Dans ce monde réduit à des stations en déli­quescence reliées par des tunnels où rôdent les dan­gers les plus insolites, le jeune Artyom entre­prend une mission qui pour­rait le conduire à sauver les derniers hommes d’une menace obscure… mais aussi à se découvrir lui-même à travers les rencontres improbables qui l’attendent.

Voir la bande-annonce du jeu Metro 2033http://youtu.be/Xc2hhef-Nzo

Source