L’homme politique russe et la télévision

« Qu’importe au succès des affaires
Qu’on soit d’accord pour les tenter,
Si l’on se jette en des partis contraires
Quand il s’agit d’exécuter?.. « 
I.A. Kriloff (« Le brochet, le cygne et l’écrivisse », Fables) 

La télévision et la politique en Russie allaient presque tout le temps ensemble; et pourtant les chaînes TV des partis politiques (à l’exception de celles du parti au pouvoir) ont rarement dépassé le stade d’un projet. Lors de deux dernières années, grâce à la banalisation des techniques et des outils nécessaires au traitement de la vidéo, la situation a changé et on voit maintenant certains de ces projets à voler de ses propres ailes.

Ainsi, le projet du parti communiste russe (KPRF), qui a commencé à s’intéresser à la télé en 2007 en créant sa propre chaîne YouTube, restait pendant très longtemps assez marginal. Aujourd’hui cette ressource compte plus de 2200 vidéos et plus de 10 millions de vues cumulées. Le lancement de sa propre chaîne TV, annoncé par le Chef du Département juridique et le secrétaire du Parti communiste Vadim Soloviev, s’inscrit bien dans le développement de ce projet. Mercredi dernier, Vadim Soloviev a communiqué à « RBC Daily » que 10 millions de roubles (300.000 dollars), issus des économies réalisées sur les frais d’impression et de distribution des tracts et des journaux du parti, vont être attribués chaque mois à la chaîne pour assurer son bon fonctionnement.

Ni le nom de la nouvelle chaîne (KPRF TV est le nom provisoire), ni sa date de lancement n’ont pas encore été dévoilés, mais les militants des 47 branches régionales du parti communiste ont déjà « du pain sur la planche », car « le Centre » les a chargés de la production des émissions de débat et d’actualité pour toutes les audiences. Au début, la chaîne de KPRF ne diffusera que sur Internet, mais Soloviev n’a pas exclu qu’elle passera en mode satellite dans le futur proche.

En même temps, les communistes ne sont pas les seuls passionnés de la radiodiffusion: un député éminent du gauche rival « Russie Juste », Dmitri Goudkov, travaille séparément sur un autre projet qui vise de créer une chaîne de télévision publique. La chaîne, qui prévoit de présenter les premiers pilotes de ses émissions en Septembre 2012 et espère attirer quelques personnalités de premier plan de la télévision publique fédérale sera diffusée sur Internet. L’idée de Goudkov est que les téléspectateurs potentiels mettent en commun les moyens pour créer leurs émissions en se mettant d’accord au préalable sur ce qu’ils souhaitent voir: « 100 roubles (3 dollars, n.d. @médiasrusses) par citoyen ce n’est pas énorme et cela suffira pour faire fonctionner la nouvelle chaîne avec le budget 100 000 roubles par mois « , – explique le député. Cette approche est très critiquée par les blogueurs russes qui considèrent que les gens  obtiennent déjà l’information qu’ils souhaitent sur Internet et n’auront donc pas besoin d’une chaîne télé (d’ailleurs, une chaîne semblable « TV Dozhd » existe déjà).

Quand au Kremlin, il envisage (lui aussi) de lancer en 2013 une chaîne de télévision publique indépendante en Russie afin de pouvoir équilibrer la télévision contrôlée par l’Etat.  Un beau projet que nous avons traité sur les pages de ce blog mais qui petit à petit s’éloigne des objectifs initialement prévus: le projet sera initialement financé par l’État et les dirigeants de la chaîne seront nommés par le Président.

En réalité la Russie a déjà eu sa chaîne publique. Elle s’appelait Obshestvennoe televidenie Rossii ou ORT (Télévision publique de Russie). Sa création a été entérinée par Eltsine en 1994. Mais son existence fut brève : assassinat du directeur général, changement de pouvoir et passage au statut de chaîne commerciale. Aujourd’hui, elle est devenue Pervyi canal (Première chaîne), un exemple flagrant de « propagande d’État ». Cette nouvelle chaîne publique réussira-t-elle a apporter quelque chose de neuf ou bien viendra-t-elle grossir les rangs serrés des chaînes officielles ?

Source

Lire également sur notre blog:

Publicités