La Douma prépare les sanctions contre les producteurs des films américains. Une auto-punition ?

See on Scoop.itMédias en Russie

(traduction) "Le film a été annulé"

(traduction) « Le film a été annulé »

Un projet de loi déposé cette semaine à la Douma, le Parlement russe, pourrait faire mal aux Américains. Cette loi, si elle est adoptée, limiterait à 50% l’espace accordé aux films étrangers sur tout le territoire russe. Actuellement, les productions venues d’ailleurs occupent 80% du marché. La moitié des films étrangers lancés en Russie proviennent des États-Unis.

Selon la firme d’analyse Nevafilm, 70% des recettes totales en Russie sont engendrées par des productions américaines.

Les observateurs estiment que cette visée protectionniste serait irréaliste dans les circonstances, dans la mesure où l’industrie du cinéma russe n’a produit que 74 longs métrages l’an dernier. Qui n’occupent que 20% du marché. En 2013, les films américains ont enregistré des recettes de 885 millions de dollars en Russie.

Médias en Russie‘s insight:

Un projet peu intéressant et très mal pensé comme, d’ailleurs, toutes les autres mesures et des sanctions proposées depuis l’annexion de la Crimée par n’importe quel pays.

Si le projet de la loi est soutenu il se traduira par la perte de revenu  pour les producteurs d’Hollywood, certes, mais aussi par la crise des salles de cinéma en Russie, car l’industrie ne sera pas capable de combler la lacune après le départ forcé des films américains.

De l’autre côté les distributeurs du « Home Cinéma » et des plateformes de vidéo à la demande (VOD) ainsi que les producteurs des chaînes thématiques seront content car la demande de leurs service augmentera d’un cran…

See on www.lapresse.ca

Lire également sur notre blog:

 

Le cycle documentaire sur la famille Tolstoï

Famille_Tolstoi

Les descendants de Léon Tolstoï (crédits photo: RIA Novosti)

Les descendants les plus célèbres et les ancêtres du grand écrivain russe Léon Tolstoï sont les héros du cycle documentaire Les Tolstoï. La première a eu lieu le 3 juillet dans un musée, un domaine du grand classique russe Yasnaia Poliana à l’occasion de l’inauguration du IVe festival international d’art « Jardin des génies ». L’auteur du film documentaire est la journaliste en vue Fiokla Tolstaia, arrière-petite fille de l’écrivain, qui a accordé une interview à La Voix de la Russie.

Le cycle sera composé de huit films de 30 minutes et racontera une histoire fascinante de la famille Tolstoï qui est très ancienne. Parmi les héros des films, il y a des personnes ayant vécu il y a plusieurs siècles.

« Par exemple, il y a l’histoire du premier comte Tolstoï, Piotr, qui était un disciple de Pierre Le Grand. Cet homme étonnant était l’arrière grand-père de l’écrivain. Une des personnes les plus riches de Russie, il a failli être exécuté, puis il a été envoyé en exil sur les îles Solovki, où il est mort à l’âge de 82 ans » – raconte Fiokla Tolstaia.

Les films seront projetés en automne sur la chaîne de télévision fédérale Kultura (culture). 

Source 

 

La fabrique des films de Michel Gondry à Moscou!

Voir l’annonce: http://youtu.be/Kz2SXKYc_uM

Une foule de visiteurs afflue ces jours-ci au centre de culture contemporaine « Garage ». Aucun d’eux n’a un lien avec le cinéma mais tous rêvent de s’essayer comme réalisateurs ou comédiens. Ils peuvent le faire grâce au projet interactif « La fabrique des films de Michel Gondry » (16 août – 30 septembre).

Réalisateur français bien connu, Michel Gondry a inventé une sorte de fabrique de films amateurs qui permet à tout un chacun d’être tour à tour réalisateur cameraman et comédien, le tout gratuitement. Les fabriques des films de Godry avaient déjà eu le temps de tourner avec succès à Paris, New York, Rio et Rotterdam. Moscou prend maintenant la relève avec une centaine de visiteurs qui viennent tous les jours pour s’essayer dans le cinéma. On met à leur disposition tout le matériel nécessaire y compris les costumes et les décors. Une salle est transformée en compartiment de train ou cabinet médical, telle autre, propose les intérieurs d’un appartement ou d’un café. Il y a encore une voiture qui semble rouler à l’aide d’un projecteur qui crée l’illusion du mouvement. L’équipe de tournages dispose de trois heures pour se connaître, déterminer le thème du film, élaborer le sujet, répartir les rôles et faire les tournages proprement dits. Les coordinateurs sont là pour donner quelques conseils mais n’interviennent pas dans le processus créateur qui se décompose en quatre workshops, raconte la coordinatrice Oxana Popova :

«  A la première étape, les participants formulent le genre du court-métrage, le titre et les principaux repères du sujet. A l’étape suivante, ils décrivent par le menu toutes les scènes, les décors, les noms des partcipants et répartissent les rôles. Vient ensuite l’étape principale à savoir les tournages à proprement parler « .

La quatrième et la dernière étape est celle qui fait le plus plaisir parce que c’est le visionnement du film qui vient d’être tourné. L’ambiance est faite de discussions enflammées et d’effervescence créatrice. Tout le monde s’entend bien sur le plateau, raconte Natalia qui s’est essayée en cinéaste amateur.

«  C’étaient les discussions entre créateurs mais on trouvait toujours un compromis sans jamais en venir aux mains, – plaisante Natalia. On peut combiner plusieurs idées dans un clip. Certes, on est limité côté accessoires mais on peut toujours trouver une solution en faisant travailler l’imagination. Les costumes disponibles sont principalement ceux des personnages qui viennent les premiers en tête, comme un policier ou un médecin « .

Il est vrai cependant que les membres d’une autre équipe ont avoué avoir tout de suite sélectionné le masque d’un gorille et c’est un monstre qui s’en est finalement sorti.

Nous n’avons pas pu savoir de quoi se sont inspirés les auteurs d’un autre court-métrage dont les personnages ne perçoivent le monde que sous un angle déterminé : la jeune fille à travers l’objectif d’une caméra et le jeune homme du côté opposé. Apparemment un couple idéal mais cette position est source d’ennuis et même de complexes. Pourtant, tout finit bien et les personnages surmontent avec succès leurs problèmes.

Les artifices informatiques sont proscrits, ce qui est également le cas de l’auteur du projet Michel Gondry qui préfère les trucs visuels originaux. Les fans du cinéma le connaissent comme auteur des films cultes Eclat éternel de la raison pure et La science des rêves. Pendant la présentation de son usine à films, les visiteurs verront également une rétrospective des films de Gondry : longs-métrages, clips musicaux et spots publicitaires.

Source